À la une cha^ban

Jeûner la seule journée de la mi-cha^ban lorsque c’est un vendredi

Jugement de jeûner la seule journée de la mi-Cha^ban et ce qui est de cet ordre, lorsque ça coïncide avec un vendredi

Jugement de jeûner la seule journée de la mi-Cha^ban et ce qui est de cet ordre, lorsque ça coïncide avec un vendredi

Il est recommandé de jeûner la journée de la mi-Cha^ban en raison du hadith :

إذا كانت ليلة النصف من شعبان فقوموا ليلها وصوموا نهارها

qui signifie : « Veillez la nuit qui précède la mi-Cha^ban et jeûnez sa journée ». Rapporté par Ibn Majah.

Il n’est pas permis et il n’est pas valide de jeûner la deuxième moitié du mois de Cha^ban en raison du hadith de Abou Hourayrah, que Dieu l’agrée :

لا يتقدمن أحدكم رمضان بصوم يوم أو يومين إلا أن يكون رجل كان يصوم صومه فليصم ذلك اليوم

qui signifie : « N’anticipez pas le jeûne de Ramadan d’un ou de deux jours, sauf s’il s’agit d’un jeûne habituel de quelqu’un ; qu’il le fasse dans ce cas-là ». Rapporté par Al-Boukhariyy et Mouslim.

Ce n’est pas permis et ce n’est pas valide de le faire en raison d’un autre hadith de Abou Hourayrah, que Dieu l’agrée, dans lequel il rapporte que le Messager de Dieu, صلى الله عليه وسلم, a dit :

إذا بقي نصف من شعبان فلا تصوموا

ce qui signifie : « A partir de la mi-Cha^ban, ne jeûnez plus ». Rapporté par At-Tirmidhiyy qui l’a jugé haçan sahih.

Lorsque la mi-Cha^ban coïncide avec un vendredi, ce n’est pas déconseillé de jeûner la seule journée du vendredi pour quelqu’un qui a l’habitude de jeûner ce jour-là. Quant à celui qui n’avait pas l’habitude de jeûner ce jour-là, la question qui se pose est :

  • Est-ce qu’il n’y a plus de caractère déconseillé de jeûner la seule journée du vendredi, puisque l’incitation[1] à le jeûner est rapportée, le jeûne étant à l’origine un acte d’obéissance requis ?
  • Ou alors, le caractère déconseillé demeure par précaution, car il a été rapporté qu’il nous a été demandé de ne pas [2] de jeûner la journée du vendredi seule.

Certains ont penché pour nier le caractère déconseillé.

D’autres n’ont pas fait prévaloir un jugement (la levée du caractère déconseillé) sur un autre (le maintien du caractère déconseillé).

Ce qui est compris de leur propos et du propos de notre Chaykh que Dieu lui fasse miséricorde, est qu’on ne juge pas déconseillé de jeûner la seule journée du vendredi dans ce cas-là, et qu’on jeûne, par précaution, la journée du quatorze, puis le vendredi après.

 

Et Dieu sait plus que tout autre.

[1] Le mot incitation a une portée plus générale que le devoir dont le délaissement fait mériter un châtiment. Le sens du mot « incitation » englobe aussi bien ce qui est recommandé ou obligatoire. Ici, le jeûne de la mi-Cha^ban est recommandé.

[2] L’expression “Il nous a été demandé de ne pas faire” a une portée plus générale que l’interdit dont l’accomplissement fait mériter un châtiment. Son sens englobe aussi bien ce qui est interdit que ce qui est déconseillé. Ici, le jeûne de la seule journée de vendredi est déconseillé.