Accueil SAVANTS MUSULMANS ^Outhman ibn ^Affan Othman Ibn Affan : Histoire d’un compagnon et troisième calife

Othman Ibn Affan : Histoire d’un compagnon et troisième calife

Retrouvez l'histoire de Othman Ibn Affan (^Outhman Ibnou ^Affan), la biographie du troisième calife bien guidé, un compagnon émérite du prophète Mouhammad, salla l-Lahou ^alayhi wa sallam. Entendue durant le mois béni de Ramadan 1441 de l'hégire sur Radio Sunnite, la voix de l'APBIF.

Retrouvez l’histoire de Othman Ibn Affan (^Outhman Ibnou ^Affan), la biographie du troisième calife bien guidé, un compagnon émérite du prophète Mouhammad, salla l-Lahou ^alayhi wa sallam. Entendue durant le mois béni de Ramadan 1441 de l’hégire sur Radio Sunnite, la voix de l’APBIF.

Savez-vous qui était ^Outhman Ibnou ^Affan ?

L’Émir des croyants, ^Outhman Ibnou ^Affan que Allah l’agrée, se nomme Abou ^Abdi l-Lah ^Outhman Ibnou ^Affan, fils de Abou l-^As. Sa mère se nommait Arwa fille de Kourayz. Il a également été surnommé Dhou n-Nourayn car il a épousé deux des filles du Maître des mondes salla l-Lahou ^alayhi wasallam : Rouqayyah, puis ‘Oummou Koulthoum après la mort de sa sœur.

Il était, que Dieu l’agrée, de taille moyenne, ni petit ni grand. Il avait un beau visage, blanc, teinté de rougeurs, la barbe fournie, de longs avant-bras que couvrait sa pilosité, il avait renforcé ses dents avec de l’or.

Il est né six ans après l’année de l’éléphant. Il est entré tôt en Islam, sur les mains de Abou Bakr, que Allah les agrée tous les deux. Il fait donc partie des premiers à être entrés en Islam. Il a accompli les deux émigrations : la première de La Mecque vers l’Abyssinie et la deuxième de La Mecque à Médine.

Il était présent lors de tous les événements importants avec le Messager de Allah salla l-Lahou ^alayhi wasallam, hormis Badr parce que son épouse Rouqayyah était malade. Le Prophète salla l-Lahou ^alayhi wasallam lui avait ordonné de rester à Médine pour s’occuper d’elle, mais le Prophète l’avait compté, malgré cela, au nombre des gens de Badr et lui avait donné sa part du butin.

Il fut désigné pour être Calife après la mort de ^Oumar Ibnou l-Khattab, que Allah l’agrée, trois nuits après sa mort. À son époque, d’éminentes conquêtes ont eu lieu, l’état musulman s’est propagé et beaucoup de gens sont entrés en Islam, grâce à Dieu.

^Othman a fait des copies du Mous-haf

Ses mérites sont éminents et les traces qu’il a laissées, que Allah l’agrée, sont nombreuses. On cite notamment qu’en l’an trente de l’Hégire, il avait craint qu’il y ait une divergence à propos du Qour’an. Il a donc convoqué les compagnons et a fait quatre ou cinq copies du moushaf, à partir du moushaf qu’avait rassemblé Abou Bakr AsSiddiq, que Allah l’agrée. Il a envoyé dans chaque région un moushaf qui soit une référence et sur laquelle les gens de cette région puissent se baser. Et il n’y eut jamais, par la grâce de Dieu, de divergence au sujet du Qour’an.

Un homme ascète

^Outhman Ibnou ^Affan était ascète et détaché du bas monde : il a dépensé ses biens dans la voie que Allah agrée. At-Tirmidhiyy a rapporté dans ses Sounan que le Prophète salla l-Lahou ^alayhi wasallam avait adressé un discours aux gens pour les inciter à préparer l’armée qui fut nommée l’armée de la difficulté. ^Outhman a dit : « Je m’engage à fournir cent chameaux avec tout leur harnachement », c’est-à-dire tout l’équipement, la bride, la couverture, la selle que l’on pose dessus pour les monter, « et ceci dans la voie que Allah agrée. » Puis le Messager salla l-Lahou ^alayhi wasallam avait de nouveau incité les gens à faire des dons et ^Outhman, que Allah l’agrée, a dit : « Je m’engage à fournir deux cents chameaux avec tout leur harnachement, dans la voie que Allah agrée. » Mais le Messager salla l-Lahou ^alayhi wasallam avait de nouveau incité à faire des dons et ^Outhman a dit : « Je m’engage à donner trois cents chameaux avec tout leur harnachement, dans la voie que Allah agrée. » Celui qui rapporte le hadith a dit : « J’ai vu le Messager de Allah salla l-Lahou ^alayhi wasallam descendre du minbar en disant :

(( ما على عُثمانَ ما عَمِلَ بعدَ هذه ، ما على عُثمانَ ما  عَمِلَ بعدَ هذه  ))

« ^Outhman a gagné par cet acte beaucoup de récompenses. » Et il l’a répété deux fois.

Chourahbil fils de Mouslim a dit : « ^Outhman, que Allah l’agrée, donnait aux gens le repas qui lui était destiné quand il était Calife et il rentrait chez lui manger du vinaigre et de l’huile. »

Un homme pour lequel les anges avaient beaucoup de respect

Parmi ses mérites également, que Allah l’agrée, c’est que le Prophète salla l-Lahou ^alayhi wasallam l’a décrit comme étant un homme pour lequel les anges avaient beaucoup de respect, tout comme cela a été rapporté de ^A’ichah, la mère des croyants, que Allah l’agrée, elle a dit : « Ô Messager de Allah, lorsque Abou Bakr puis ^Oumar ont demandé l’autorisation d’entrer pour te voir, tu le leur as autorisé et tu as gardé la même position ; et lorsque ^Outhman a demandé l’autorisation, tu t’es rassis et tu as arrangé tes vêtements. » Alors il lui a dit que ^Outhman est un homme pudique et il a fait son éloge.

^Outhman, que Allah l’agrée, achevait la récitation du Qour’an dans sa totalité en une seule rak^ah. D’après le fils de ^Oumar, que Allah les agrée tous les deux, il a dit à propos de la parole de Allah ta^ala :

﴿ أَمَّنۡ هُوَ قَٰنِتٌ ءَانَآءَ ٱلَّيۡلِ سَاجِدٗا وَقَآئِمٗا يَحۡذَرُ ٱلۡأٓخِرَةَ وَيَرۡجُواْ رَحۡمَةَ رَبِّهِۦۗ قُلۡ هَلۡ يَسۡتَوِي ٱلَّذِينَ يَعۡلَمُونَ وَٱلَّذِينَ لَا يَعۡلَمُونَۗ إِنَّمَا يَتَذَكَّرُ أُوْلُواْ ٱلۡأَلۡبَٰبِ ﴾

« Ou celui qui implore au cœur de la nuit en prosternation ou debout, craignant la rétribution dans l’au-delà et espérant la miséricorde de son Seigneur. Dis : Sont-ils équivalents ceux qui ont la connaissance et ceux qui ne l’ont pas ? Ne réfléchissent correctement à propos des arguments que ceux qui sont dotés de raison saine », il a dit : « Il s’agit de ^Outhman Ibnou ^Affan. »

L’assassinat de ^Outhman ibn Affan

Au sujet de sa mort, que Allah l’agrée, elle eut lieu après qu’il avait été assiégé un certain temps dans sa demeure. Il avait lui-même interdit à ses serviteurs de monter sa garde et il avait demandé aux compagnons qu’on ne fasse pas couler de sang à cause de lui. Mais certains compagnons avaient craint pour lui et avaient envoyé leurs fils monter la garde à la porte de sa demeure afin que personne n’y pénètre pour lui nuire. Au point que ^Aliyy avait envoyé Al-Haçan et Al-Houçayn surveiller tous les deux la porte de sa maison.

Ahmad a rapporté de ^Outhman qu’il a dit : « J’ai vu hier soir le Messager de Allah dans le rêve avec Abou Bakr et ^Oumar. Ils m’ont dit : « Patiente tu rompras le jeûne demain auprès de nous ». » Demain, c’est-à-dire la nuit suivante.

Effectivement, des individus escaladèrent sa maison, en passant par des maisons collées à la sienne et des semeurs de troubles pénétrèrent chez lui. L’un d’entre eux le frappa avec son épée, mais son épouse Na’ilah le protégea de son corps et des doigts de sa main furent coupés, puis ils l’ont assassiné, que Allah l’agrée.

Son assassinat eut lieu le vendredi dix-huit Dhou l-Hijjah de l’an trente-cinq de l’Hégire, il était en train de jeûner et de réciter le Qour’an. Il avait quatre-vingt-deux ans et n’avait pas essayé de se protéger, car ceux qui voulaient le tuer étaient musulmans. Il fut enterré dans Al-Baqi^. La durée de son califat fut de douze ans moins douze jours.

Ahmad rapporte de ^A’ichah, que Allah l’agrée, qu’elle a dit : « J’étais auprès du Prophète lorsqu’il m’a dit :

(( يا عائشة لو كان عندنا من يحدّثنا ))

« Ô ^A’ichah, si tu trouvais quelqu’un qui nous fasse la conversation ? »

Elle a dit : « Ô Messager de Allah, veux-tu que j’appelle Abou Bakr ? » Il se tut, puis il dit à nouveau :

(( لو كان عندنا من يحدّثنا ))

« Si tu trouvais quelqu’un qui nous fasse la conversation ? »

Elle a dit : « Je lui ai dit : veux-tu que je demande à quelqu’un qu’on nous ramène ^Oumar ? » Il s’est tu, puis il a demandé à un jeune serviteur près de lui, il lui a dit quelque chose à voix basse de sorte que ^A’ichah n’a pas entendu et il est parti. Elle a dit : « Voici que ^Outhman a demandé l’autorisation d’entrer. » Il l’autorisa et il entra, le Prophète salla l-Lahou ^alayhi wasallam a parlé longtemps avec lui, puis il lui a dit :

(( يا عثمان إنّ اللهَ عزّ وجلّ مقمصك قميصا (أي الخلافة) فإذا أرادك المنافقون على أن تخلعَه فلا تخلعْه لهم ولا كرامة ))

« Ô ^Outhman, Allah ^azza wajall va te revêtir d’un habit [il visait par là le califat], si les hypocrites te demandent de l’enlever ne l’enlève pas. » Il lui a répété cela deux ou trois fois.

Que Dieu agrée notre maître ^Outhman Ibnou ^Affan !


=> Pour en savoir plus sur notre maître ^Outhman Ibnou ^Affan, lisez d’autres articles dans ce dossier spécial : ^Outhman

=> Pour écouter d’autres podcasts rendez-vous sur le site de :  Radio Sunnite, la voix de l’APBIF