Accueil À la une Ne te mets pas en colère

Ne te mets pas en colère

Parmi les recommandations sur lesquelles notre Prophète ^alayhi s-salatou was-salam a maintes et maintes fois insisté, pour enseigner et mettre en garde ses compagnons et sa communauté, il y a la recommandation de délaisser la colère.

Hadith_Colere_Apbif

La louange est à Allah, le Seigneur des mondes, Qui a créé les créatures, Qui leur a révélé la religion. Que Dieu honore notre maître Mouhammad, le meilleur des Messagers, ainsi que sa famille et ses compagnons bons et purs.

Une recommandation du Prophète Mouhammad

Parmi les recommandations sur lesquelles notre Prophète ^alayhi ssalatou was-salam a maintes et maintes fois insisté, pour enseigner et mettre en garde ses compagnons et sa communauté, il y a la recommandation de délaisser la colère.

L’un de ses compagnons lui avait demandé une recommandation, il lui avait alors répondu :

(( لا تغضب ))

(la taghdab)

 « Ne te mets pas en colère » en le répétant trois fois.

Un autre lui avait demandé conseil : « Ô Messager de Allah, indique-moi une œuvre qui me fera entrer au Paradis », il lui avait répondu ^alayhi ssalatou was-salam :

(( لا تغضب ))

(la taghdab)

« Ne te mets pas en colère. »

Ceci n’était, de la part du Messager de Allah salla l-Lahou ^alayhi wasallam, que par miséricorde envers sa communauté, par crainte d’un sujet dont le danger est éminemment grand et dans lequel tout un chacun peut se retrouver si Dieu ne le préserve pas et s’il ne se contrôle pas.

Les dangers de la colère

Il n’y a pas de doute que si le Prophète salla l-Lahou ^alayhi wasallam a ordonné aux gens de délaisser la colère blâmable, celle qui concerne leur bas monde et leurs échanges, c’est en raison des mauvaises conséquences qu’elle peut causer pour celui qui se met en colère.

Il y a entre autres qu’elle risque de porter atteinte à sa religion, de nuire à sa santé, à ses enfants ou à son argent, car la colère corrompt beaucoup de choses touchant à la personne, y compris dans sa religion. Elle l’amène à faire des choses qui sont des péchés, que ce soit des paroles ou des actes et elle le prive de beaucoup de profit dans son existence ici-bas. Combien de gens ont vu qu’en conséquence de leur colère, ils ont nui à leurs enfants et à leurs familles, ils ont fait du tort à leurs parents, ils ont divorcé leurs épouses, puis le regret a perduré et ils n’ont pas pu se rattraper.

Certains autres, les traces de leur colère les ont menés à leur perte, ils ont alors coupé les liens avec leurs proches parents, ils se sont entretués les uns les autres, ils ont semé le mal sur terre.

D’autres encore, leur colère les a amenés à la mécréance, à mécroire en Allah, que Allah nous en préserve, et ceci est le pire dans la perdition.

Dans l’ordre du Prophète salla l-Lahou ^alayhi wasallam de délaisser la colère et dans le fait de l’avoir répété plusieurs fois, il y a une preuve que la colère rassemble les sortes du mal, et que s’en préserver rassemble les sortes du bien.

Éviter ce qui provoque la colère

Cependant, la colère étant inhérente à la nature humaine, Allah l’a créée en l’être humain pour une sagesse, qui peut être une source de profit pour la personne si elle se contient lors de la colère. Ce que le Prophète salla l-Lahou ^alayhi wasallam a visé en disant (la taghdab) qui signifie : « Ne te mets pas en colère » ne vise pas de faire sortir l’homme de sa nature, mais qu’il se protège de la colère, en évitant ce qui la provoque et l’amène, alors il ne s’y exposera pas par crainte de se retrouver dans ce vers quoi elle mène et en évitant de faire les actes auxquels appelle la colère, comme gestes et paroles dont les conséquences ne sont pas louables.

Le Prophète salla l-Lahou ^alayhi wasallam nous a enseigné que l’homme est capable de contenir sa colère puisqu’il a dit :

(( ليس الشديد بالصرعة إنما الشديد من يملك نفسه عند الغضب ))

(layça ch-chadidou bissoura^ah ; ‘innama ch-chadidou man yamlikou nafsahou ^inda l-ghadab)

« Celui qui est fort ce n’est pas celui qui terrasse les autres au combat mais c’est celui qui arrive à se contenir lors de la colère »

c’est-à-dire que celui qui a atteint le summum de la force ce n’est pas celui qui arrive à combattre les gens et à les mettre au sol et qui le fait souvent, mais c’est bien celui qui arrive à contenir son âme lors de la colère. C’est celui-là qui a atteint le summum dans la force, pour avoir pris le dessus sur son penchant et l’avoir contraint, et pour avoir délaissé ce que lui embellit le chaytan comme actes laids.

Allah tabaraka wata^ala fait l’éloge de celui qui fait cela et qui fait partie des pieux dans Son Livre Honoré :

﴿ وَالْكَاظِمِينَ الْغَيْظَ وَالْعَافِينَ عَنِ النَّاسِ ﴾

(wal-kadhimina l-ghaydha wal-^afina ^ani n-nas)

 « Ceux qui étouffent leur colère et qui pardonnent aux gens »

notre Seigneur tabaraka wata^ala les a décrit comme étant mouhsinoun, c’est-à-dire bienfaisants. Et Il nous a appris qu’Il les agrée c’est-à-dire Il veut le bien pour eux dans l’au-delà.

Allah dit :

﴿ وَاللهُ يُحِبُّ الْمُحْسِنِينَ ﴾

(wal-Lahou youhibbou l-mouhsinin)

« Allah agrée les bienfaisants. »

Comment remédier à la colère ?

Le Messager de Allah salla l-Lahou ^alayhi wasallam a indiqué à sa communauté comment remédier à la colère : par plusieurs choses, entre autres en recherchant la protection (isti^adhah) contre le chaytan, et aussi en faisant le woudou’. Il nous a fait savoir en effet que toutes les manifestations de la colère sont du fait du chaytan : or le chaytan a été créé de feu et l’eau éteint le feu. D’autre part, il a ordonné à certains compagnons d’y remédier si cela devait apparaître, il a dit :

(( إذا غضب أحدكم وهو قائم فليجلس فإن ذهب عنه الغضب وإلّا فليضطجع ))

 « Si l’un d’entre vous se met en colère alors qu’il est debout, qu’il s’assoie ; s’il est débarrassé de sa colère, tant mieux, sinon qu’il s’allonge. »

En effet celui qui est debout est prêt à bouger et à agir alors que celui qui est assis est moins en mesure de le faire ; et celui qui est allongé est encore moins capable de le faire. Le Prophète a ordonné au compagnon de s’asseoir ou de s’allonger en cas de colère afin qu’il ne se produise pas de lui en étant debout ou assis ce qui le ferait regretter par la suite.

Que chacun d’entre nous réfléchisse aux conséquences de la colère, qu’il évite ses causes et raisons. Et si jamais elle apparaît en lui, qu’il s’empresse de l’étouffer, qu’il taise cette colère en ayant à l’esprit ce que Allah a réservé comme récompense pour celui qui l’étouffe et en raison des mauvaises conséquences qui pourraient advenir s’il ne l’étouffait pas. Qu’il se rappelle comment y remédier, conformément aux enseignements du Messager de Allah salla l-Lahou ^alayhi wasallam.

Que Allah nous préserve des dérapages de la colère et de ce qui fait encourir le châtiment du Seigneur.

A retenir :

Le Prophète a fortement mis en garde contre le fait de se mettre en colère

Elle peut avoir de graves conséquences pour soi

Il faut donc s’efforcer d’éviter ce qui provoque la colère et apprendre à la canaliser