Les miracles successifs de notre maître ^Iça | VIDEO

0

miracle_jésus

Lorsque notre maître ^Iça le Messie eut trente ans, il reçut la révélation de la part de Dieu. En tant que Prophète, il lui fut ordonné d’appeler les gens à l'adoration de Dieu, l'Unique Qui n'a pas d'associé. ^Iça ^alayhi s-salam partit donc parcourir les contrées et traverser les villages, appelant les gens à l’Islam.

 

Lorsque notre maître ^Iça le Messie eut trente ans, il reçut la révélation de la part de Dieu. En tant que Prophète, il lui fut ordonné d’appeler les gens à l'adoration de Dieu, l'Unique Qui n'a pas d'associé. ^Iça ^alayhi s-salam partit donc parcourir les contrées et traverser les villages, appelant les gens à l’Islam en leur disant : « Adorez Allah Lui Seul, ne Lui attribuez aucun associé, et ayez pour croyance que je suis le Messager de Allah envoyé pour vous. » Au départ, parmi ceux qui avaient cru en lui, il y avait douze personnes, douze apôtres, qu’on appelait Al-Hawariyyoun.

Le miracle des vêtements teints

On rapporte le récit d’un des premiers miracles accordés par Dieu à notre maître ^Iça comme suit. Sa mère, la noble dame Maryam l’avait envoyé pour qu'il fasse différents métiers. Les derniers artisans à qui elle le confia étaient des teinturiers qui teignaient donc les habits en blanc et en couleur. L’artisan, employeur de notre maître ^Iça voulut un jour voyager. Il dit à ^Iça : « J’ai beaucoup d’habits à teindre en différentes couleurs. Maintenant que je t’ai enseigné la teinture, tu vas teindre chacun d’entre eux avec la couleur que je t’ai indiquée. J’ai attaché un fil de la couleur voulue sur chaque vêtement. »

Notre maître ^Iça fit chauffer un seul grand chaudron et y versa plusieurs couleurs. Puis il mit tous les vêtements dans ce grand récipient en disant : « Soyez, par la volonté de Allah, tels que je veux que vous soyez. » Or l’artisan revint de voyage alors que tous les habits étaient encore dans ce récipient. Lorsqu’il les vit, il s’étonna et lui dit : « Tu les as gâchés. » Alors notre maître ^Iça sortit du chaudron un habit rouge, puis un habit jaune et un autre vert, et tous les autres de la couleur du fil qui était attaché sur chacun d’eux.

L’artisan fut étonné et sut que cela venait de la part de Allah. C’est alors qu’il crut en ^Iça et appela les gens à croire en ^Iça et ils crurent en lui. Par la suite, cet artisan compta parmi les apôtres qui aidaient notre maître ^Iça dans son appel à la religion agréée par Allah exempt de toute imperfection.

Le miracle lors de la pêche

Puis les miracles se succédèrent… Le Prophète ^Iça passa un jour auprès d’un groupe qui pêchait le poisson, leur chef s’appelait Cham^oun. Notre maître ^Iça leur dit : « Que faites-vous ? » Ils lui dirent : « Nous pêchons le poisson. » Il leur dit : « Ne viendriez-vous pas avec moi pour pêcher les gens ? » c’est-à-dire pour les guider à l’Islam. « Mais qui es-tu donc ? » lui dirent-ils. Il leur répondit : « Je suis ^Iça fils de Maryam, l’esclave de Allah et Son Messager. »

Ils lui demandèrent une preuve de la véracité de ce qu’il avait dit. Or Cham^oun avait jeté son filet à l’eau cette nuit-là mais il n’avait rien pêché. Notre maître ^Iça lui ordonna de lancer son filet de nouveau. Et il invoqua Dieu exempt d’imperfection en L’implorant. Quelques instants s’étaient à peine écoulés que déjà une multitude de poissons s’étaient rassemblés dans ce filet qui faillit se déchirer. Ils demandèrent l’aide des gens d’un autre navire et ils remplirent les deux navires de poissons. C’est alors qu’ils crurent en ^Iça et partirent avec lui. Ils furent au nombre des apôtres qui pêchaient auparavant le poisson. Ayant cru en ^Iça, ils pêchaient désormais les gens, c’est-à-dire les guidaient à la religion de l’Islam. On les appelait les Hawariyyoun en raison de leurs habits blancs (en effet le mot tahwir en arabe signifie le blanchiment) et il a été dit que c’était parce qu’ils étaient les partisans de ^Iça et ses aides, sincères dans leur amour pour lui, dans son obéissance et son service.

Les non musulmans parmi les fils de ‘Israil étaient au courant des miracles éclatants de notre maître ^Iça le Messie. Ils ressentirent cela comme une menace pour leurs positions et leurs fonctions. En effet, ils avaient égaré et éloigné du chemin de la vérité beaucoup de gens pour de vils objectifs. Et voici notre maître ^Iça, sûr, fort par les preuves et les arguments qui dévoilait leurs secrets et qui propageait entre les gens la réalité de leur bassesse. Ils s’étaient donc concertés entre eux pour le combattre où qu’il soit et le démentir où qu’il aille.

Le miracle de la chauve-souris

Un jour, ils lui dirent par entêtement : « Si tu es véridique en ce que tu dis, alors façonne nous une chauve-souris de terre et fais la voler. » Notre maître ^Iça se leva, se fiant à Allah exempt d’imperfection, il prit de la terre glaise et en façonna une chauve-souris, puis il souffla dedans et cette chauve-souris s’envola par la volonté de Allah entre ciel et terre à la stupeur de l’assistance. Cependant, dès qu’elle avait échappé à leurs regards cette chauve-souris tomba morte.

Ce miracle s’étant bien réalisé, les fils de ‘Israil furent extrêmement irrités. En effet, ils avaient volontairement demandé une chauve-souris, qui compte parmi les plus surprenantes des créatures, et parmi les volatiles ayant une forme des plus complètes. Les femelles ont en effet des mamelles, des dents et des oreilles. Parmi ses caractéristiques étonnantes, il y a le fait qu’elle est composée de chair et de sang et qu’elle vole sans plume. Elle accouche et allaite comme les mammifères et ne pond pas d'œufs comme les oiseaux. Elle ne voit pas à la lumière du jour et à l’obscurité de la nuit. Elle ne voit que pendant deux heures : une heure après le coucher du soleil et une heure avant. Elle rit comme les êtres humains. La formation de la terre glaise et le souffle ont eu lieu de la part de notre maître ^Iça mais la création a lieu de la part de Allah.

Le miracle de la guérison des malades

Parmi ses miracles, notre maître ^Iça ^alayhi s-salam guérissait l’aveugle de naissance et ceux qui étaient atteint par al-baras par la volonté de Allah. Al-baras est une maladie de la peau, elle se manifeste sous forme de blancheurs recouvrant le corps, de sorte qu'habituellement les gens évitent les personnes atteintes par al-baras. Ces deux maladies ont été citées en particulier car elles étaient extrêmement difficiles à guérir à l'époque.

Le miracle de la résurrection des morts

La médecine était très florissante à l’époque de notre maître ^Iça. Allah manifesta sur les mains de notre maître ^Iça un miracle du même genre. Aussi, par la volonté de Allah, ^Iça faisait revivre les morts au point qu’il fut dit qu’il avait ressuscité quatre personnes par la volonté de Allah et par Sa toute-puissance. Notre maître Hizqil auparavant avait guéri huit personnes. C’était l’un des Prophètes envoyés par Dieu, parmi les fils de ‘Israil, tout comme ^Iça faisait partie des fils de ‘Isra’il.

Parmi ceux que ^Iça avait fait revivre par la volonté de Allah, il y avait l’un de ses amis qui s’appelait ^Azar. En effet, lorsqu’il était tombé malade, la sœur de ^Azar avait envoyé quelqu’un informer notre maître ^Iça ^alayhi s-salam qu’il agonisait. Il se mit en route pour se rendre chez lui mais il y avait entre eux une distance de trois jours de marche. Lorsqu’il arriva, il le trouva mort. Il vint auprès de sa tombe et invoqua Allah Qui a la perfection absolue et Qui est exempt de tout défaut, et il dit : « Lève-toi par la volonté de Allah. » ^Azar se leva par la volonté de Allah, il vécut de nouveau et eut des enfants.

Parmi ceux qui furent ressuscités par la volonté de Allah sur les mains de notre maître ^Iça le Messie, il y eu également le fils d’une vieille femme. On l’avait amené devant le Prophète ^Iça porté sur une civière. ^Iça fit des invocations pour lui, il se releva alors et descendit des épaules des gens, il remit ses habits puis souleva la civière et retourna vers sa famille.

^Iça fit de même avec l’un des rois qui était porté en convoi funéraire. Il arriva à ce roi ce qui était arrivé au fils de la vieille femme.

Le miracle de la résurrection de Sam fils de Nouh

Seulement, les fils de ‘Israil furent jaloux lorsqu’ils virent cela. Alors ils dirent par entêtement : « Tu ne peux ressusciter que ceux qui sont morts depuis peu de temps. Peut-être qu’en réalité ils n’étaient pas morts mais qu’ils étaient évanouis ou dans le coma. Alors ressuscite pour nous Sam le fils de Nouh. » Notre maître Nouh avait quatre fils, trois étaient entrés en Islam, ils furent sauvés avec lui dans l’arche. Il s’agit de Sam, Ham et Yafith. Quant au quatrième fils, Can^an, il avait refusé de croire en Nouh et n’était pas monté dans l’arche avec son père et ses frères. Il mourut noyé.

^Iça leur dit alors : « Montrez-moi sa tombe. » ^Iça s’était mis en route et les gens s’étaient déplacés avec lui jusqu’à parvenir à la tombe. Il invoqua Allah et Sam sortit de sa tombe, ceci eut lieu plus de quatre mille ans après sa mort. Sam se tourna et s’adressa aux gens en désignant notre maître ^Iça le Messie : « Croyez en lui, c’est un Prophète » puis il redevint comme il était avant.

Malgré tout cela, certains crurent en ^Iça et d’autres le démentirent en disant : « Ce n’est que de la magie. » Au sujet de sa résurrection des morts par la volonté de Allah, il a été rapporté que ^Iça frappait de son bâton le mort, sa tombe ou son crâne et cet être humain revenait à la vie et parlait.

Le miracle des provisions

Parmi ses miracles, il y a aussi le fait qu'il informait son peuple de ce qu’ils mangeaient et de ce qu’ils mettaient de côté comme provisions dans leurs maisons. Et ceci parce qu'après qu'il eut ressuscité pour eux les morts par la volonté de Allah, ils lui demandèrent un autre signe. Ils lui dirent : « Dis-nous ce que nous mangeons chez nous et ce que nous mettons de côté comme provisions pour le lendemain. » Et c'est ce qu'il fit, il disait : « Ô toi untel, tu as mangé telle et telle chose et toi, tu as mangé telle et telle chose et tu as mis de côté telle et telle chose. »

Depuis son jeûne âge, il informait déjà les enfants qui se trouvaient en classe, c’est-à-dire à l’endroit où les enfants étudiaient, de ce qu’ils avaient comme provisions chez eux. Ainsi il arrivait qu’il dise à un garçon : « Va chez toi, ta famille a mangé telle et telle chose et ils t’ont mis de côté telle et telle chose dans tel endroit. »

Poster une Réponse

Horaires des prières
PARIS
Fajr03:17
Chourouq06:04
Dhouhr14:03
Asr18:16
Maghrib21:55
Icha23:22