Khoutbah

Khoutbah n°1154 : L’injustice est source de ténèbres

L’injustice est interdite. Elle consiste à contrevenir aux ordres et aux interdits de celui à qui revient le fait d’ordonner et d’interdire.

Khoutbah n°1154

Discours du vendredi 5 novembre 2021 correspondant au 29 rabi^ounilawwal 1443 de l’Hégire.

L’injustice est sources de ténèbres

الحمد لله والصلاة والسلام على سيدنا محمّد رسول الله يا أيّها الذين آمنوا اتّقوا الله

Al-hamdou lil-Lahi wassalatou was-salamou ^ala sayyidina Mouhammad, raçouli l-Lah ; ya ‘ayyouha l-Ladhina ‘amanou t-taqou l-Lah.

Louanges à Dieu, Nous Le louons, nous recherchons Son aide, nous recherchons sa bonne guidée, nous demandons Son pardon, nous demandons qu’Il nous guide, nous demandons que Dieu nous préserve du mal de nos âmes et de nos mauvaises œuvres. Celui que Dieu guide, c’est lui qui est bien-guidé et celui qu’Il égare, tu ne trouveras personne pour le guider.

Je témoigne qu’il n’est de dieu que Dieu, Lui seul Il n’a pas d’associé, Il n’a pas de semblable, Il n’a pas d’équivalent, quoi que tu imagines dans ton esprit, Dieu en est différent. Quiconque qualifie Dieu par l’une des significations des humains a commis une mécréance.

Je témoigne que notre maître, notre bien-aimé, notre guide, la cause de notre joie محمّد Mouhammad, est l’esclave de Dieu et Son Messager, celui qu’Il a élu, celui qu’Il agrée le plus. Dieu l’a envoyé avec la bonne guidée et la religion de vérité, en tant que guide annonciateur de bonne nouvelle et avertisseur d’un châtiment, appelant à la religion que Dieu a toujours agréée, par Son vouloir éternel, et en tant que flambeau resplendissant. Dieu a guidé par sa cause la communauté, par sa cause Il a levé le voile de la confusion, et par sa cause Il a fait sortir les gens des ténèbres vers la lumière, que Dieu le rétribue pour nous du meilleur de ce dont Il a rétribué un prophète pour sa communauté. Ô Dieu, honore et élève davantage en degré notre maître محمّد Mouhammad, ainsi que sa famille et ses compagnons bons et purs et ceux qui les ont suivis parfaitement jusqu’au Jour du jugement.

Après quoi, esclaves de Dieu, je vous recommande ainsi qu’à moi-même, de faire preuve de piété à l’égard de Dieu votre Seigneur, Lui qui dit dans Son livre honoré, dans sourate غافر Ghafir :

﴿يَوۡمَ لَا يَنفَعُ ٱلظَّـٰلِمِينَ مَعۡذِرَتُهُمۡۖ وَلَهُمُ ٱللَّعۡنَةُ وَلَهُمۡ سُوٓءُ ٱلدَّارِ﴾

(yawma la yanfa^ou dhdhalimina ma^dhiratouhoum walahoumou l-la^natou walahoum sou’ou d-dar) [40/52] ce qui signifie : « Le Jour où les excuses des injustes ne leur serviront pas, ils auront la malédiction et auront la pire des résidences. »

Il faut savoir que l’injustice fait partie des plus graves péchés qui mènent à la perte, des corruptions les plus grandes, des crimes les plus vils qui se soient propagés à notre époque et dans notre société actuelle, que Dieu nous en préserve. C’est un péché ignominieux, une honte patente qui fera toucher le fond à celui qui le commet et qui l’exposera au châtiment et à la punition de Dieu العَظِيم Al-^Adhim –Celui Qui a l’éminence sur toute chose–, un péché qui sème dans le cœur des gens l’animosité et la haine envers l’injuste et qui les amènent à s’en méfier et à s’en éloigner tout comme on s’écarterait des loups et des vipères. L’injuste regrettera même si des gens vils avaient fait son éloge et l’opprimé qui patiente sera sain et sauf même si des gens proches ou éloignés l’avaient blâmé.

Notre Seigneur nous a ordonné la justice et nous a interdit l’injustice. Dieu تعالى dit dans sourate النّحل An-Nahl :

﴿ ۞إِنَّ ٱللَّهَ يَأۡمُرُ بِٱلۡعَدۡلِ وَٱلۡإِحۡسَٰنِ وَإِيتَآيِٕ ذِي ٱلۡقُرۡبَىٰ وَيَنۡهَىٰ عَنِ ٱلۡفَحۡشَآءِ وَٱلۡمُنكَرِ وَٱلۡبَغۡيِۚ يَعِظُكُمۡ لَعَلَّكُمۡ تَذَكَّرُونَ ﴾

(‘inna l-Laha ya’mourou bil-^adli wal-‘ihsani wa’ita’i dhi l-qourba wayanha ^ani l-fahcha’i wal-mounkari wal-baghy ya^idhoukoum la^allakoum tadhakkaroun) [16/90] ce qui signifie : « Certes, Dieu ordonne la justice et la bienfaisance et de maintenir les liens avec les proches parents, Il interdit la vilenie, les choses blâmables et l’injustice. Il vous exhorte, afin que vous vous rappeliez [de ces ordres et interdictions et que vous obéissiez à Dieu]. »

Le sens global de ce verset béni comporte l’ordre d’agir avec justice et il s’agit d’accorder à chaque ayant droit ce à quoi il a droit, et il comporte aussi l’interdiction de commettre l’injustice qui est de contrevenir aux ordres et aux interdits de celui à qui revient le fait d’ordonner et d’interdire. Il a été dit également que l’injustice consiste à disposer des biens d’autrui sans son autorisation.

Il se peut que la nuisance de l’injuste le dépasse pour atteindre les gens, comme lorsque quelqu’un nuit à autrui sans droit, ou consomme les biens des gens injustement, comme c’est beaucoup le cas de nos jours. Tu en vois qui privent les orphelins de leurs droits et qui les oppriment en raison de leur faiblesse, ou qui sont injustes envers les femmes en les privant de leur héritage et de ce à quoi elles ont droit. Ce qui les a amenés à cela, c’est l’amour du pouvoir et la vanité. Ils s’embarquent ainsi sur les mers de l’injustice et des ténèbres, en oubliant la disgrâce et les punitions exemplaires dont Dieu a menacé les injustes.

Il arrive néanmoins que la nuisance de l’injustice se restreigne à l’injuste et que son mal se limite à son auteur, sans toucher autrui, comme lorsque quelqu’un délaisse la prière ou le jeûne de رمضان Ramadan, sans excuse, ou commet d’autres péchés que ceux-là, qui le mènent à sa perte et le font tomber dans les filets de son crime. Il se peut encore que la personne tombe dans le plus grave des grands péchés et il s’agit de la mécréance en Dieu et quitte la foi en le sachant ou pas. En effet beaucoup de gens prononcent des paroles qui font sortir de la foi celui qui les dit et ce sans même s’en apercevoir. Ceci est conforme à ce qui est parvenu dans le حديث hadith du Prophète صلَّى الله عليه وسلم [rapporté par At-Tirmidhiyy] :

(( إِنَّ العَبْدَ لَيَتَكَلَّمُ بِالكَلِمَةِ لا يَرَى بِها بَأْسًا يَهْوِي بِها فِي النّارِ سَبْعِينَ خَرِيفًا ))

(‘inna l-^abda layatakallamou bil-kalimati la yara biha ba’sa yahwi biha fi n-nari sab^ina kharifa) qui signifie : « Certes, il arrive que quelqu’un dise une parole dans laquelle il ne voit aucun mal, mais à cause de laquelle il chutera en enfer pendant soixante-dix automnes. » Dans ce حديث hadith, il y a la preuve que quelqu’un peut quitter la foi sans s’en apercevoir.

Et notre Seigneur تعالى a dit dans sourate لقمان Louqman, en parlant de لقمان Louqman qu’il a dit en portant conseil à son fils :

﴿ وَإِذۡ قَالَ لُقۡمَٰنُ لِٱبۡنِهِۦ وَهُوَ يَعِظُهُۥ يَٰبُنَيَّ لَا تُشۡرِكۡ بِٱللَّهِۖ إِنَّ ٱلشِّرۡكَ لَظُلۡمٌ عَظِيمٞ ﴾

ce qui signifie : « Lorsque لقمان Louqman a dit à son fils en l’exhortant : “Ô mon fils, n’attribue pas d’associé à Dieu. Certes attribuer un associé à Dieu est une grande injustice. » Or, la plus grande des injustices dans l’absolu, c’est la mécréance en Dieu.

Dieu تعالى a dit dans sourate البَقَرَة Al-Baqarah :

﴿ وَٱلۡكَٰفِرُونَ هُمُ ٱلظَّٰلِمُونَ ﴾

(wal-kafirouna houmou dhdhalimoun) [2/254] ce qui signifie : « Les mécréants, ce sont eux qui commettent la plus grave des injustices » c’est-à-dire que leur mécréance est plus grave que tout autre péché. Ainsi, quelqu’un est effectivement injuste envers lui-même, sans porter atteinte à autrui, du simple fait qu’il n’obéit pas aux ordres et aux interdits de celui à qui revient le fait d’ordonner et d’interdire et il s’agit de Dieu تعالى uniquement. Par conséquent, il n’est pas permis à l’être humain de disposer de ses propres biens ni même de sa propre personne sinon conformément à ce que Dieu lui en a donné l’autorisation, car lui-même, et tout ce qu’il possède, appartient à Dieu. Et c’est à Dieu que revient le fait d’ordonner dans l’absolu et il n’y a personne qui Lui donne des ordres, et à Lui revient le fait d’interdire dans l’absolu et il n’y a personne qui Lui interdise quoi que ce soit.

Il est parvenu dans le حديث hadith qoudsiyy rapporté par Mouslim par l’intermédiaire de Abou dharr du Prophète صلَّى الله عليه وسلم dans ce qu’il rapporte de son Seigneur تبارك وتعالى :

(( يا عِبادِي إِنِّي حَرَّمْتُ الظُّلْمَ عَلَى نَفْسِي وجَعَلْتُهُ بَيْنَكُمْ مُحَرَّمًا فَلَا تَظالَمُوا ))

(ya ^ibadi ‘inni harramtou dhdhoulma ^ala nafsi waja^altouhou baynakoum mouharraman fala tadhalamou) ce qui signifie : « Ô vous Mes esclaves, Je suis exempt de l’injustice et J’ai fait que l’injustice soit interdite entre vous, alors ne faites pas preuve d’injustice les uns envers les autres. ». Et le sens de :

(( حَرَّمْتُ الظُّلْمَ عَلَى نَفْسِي ))

(harramtou dhdhoulma ^ala nafsi) c’est : « Je suis exempt de l’injustice. »

L’injustice est donc impossible au sujet de Dieu, elle n’est pas concevable à Son sujet تَعالى. Il est مالِكُ المُلْك Malikou l-moulk –Celui Qui a la souveraineté–, فَعَّالٌ لِما يُرِيدُ fa^^aloun lima yourid –Celui Qui fait ce qu’Il veut–, Il ordonne à Ses créatures les jugements qu’Il veut, Il n’est pas interrogé sur ce qu’Il fait alors que les créatures, elles, seront interrogées. D’après Jabir, le Prophète صلَّى الله عليه وسلم a dit :

(( اتَّقُوا الظُّلْمَ فَإِنَّ الظُّلْمَ ظُلُماتٌ يَوْمَ القِيامَة ))

(‘ittaqou dhdhoulma fa’inna dhdhoulma dhouloumatoun yawma l-qiyamah) ce qui signifie : « Gardez-vous de l’injustice, car l’injustice sera source d’obscurités au Jour du jugement. »

L’injuste attend sa punition, et l’opprimé qui a patienté attend sa récompense, il y a une grande différence entre les deux !

Ainsi d’après Abou Mouça Al-‘Ach^ariyy, le Messager de Dieu صلَّى الله عليه وسلم a dit :

(( إِنَّ اللهَ لَيُمْلِي لِلظّالِمِ فَإِذا أَخَذَهُ لَمْ يُفْلِتْهُ ))

(‘inna l-Laha layoumli lidhdhalimi fa’idha ‘akhadhahou lam youflit-h) ce qui signifie : « Certes, Dieu reporte [le châtiment] de l’injuste, puis lorsqu’Il le punit, il ne pourra échapper [à Son châtiment] » puis il a récité la parole de Dieu [dans sourate هود Houd] :

﴿ وَكَذَٰلِكَ أَخۡذُ رَبِّكَ إِذَآ أَخَذَ ٱلۡقُرَىٰ وَهِيَ ظَٰلِمَةٌۚ إِنَّ أَخۡذَهُۥٓ أَلِيمٞ شَدِيدٌ ﴾

(wakadhalika ‘akhdhou Rabbika ‘idha ‘akhadha l-qoura wahiya dhalimatoun ‘inna ‘akhdhahou ‘alimoun chadid) [11/102] ce qui signifie : « Et c’est ainsi que Ton Seigneur punit, lorsqu’Il a anéanti les villes alors qu’elles avaient été injustes, certes la punition qu’Il leur fait parvenir est douloureuse et terrible. »

Il arrive que Dieu fasse parvenir la punition de l’injuste dans le bas monde avant même l’au-delà et qu’Il exauce l’invocation des opprimés. Il a été rapporté de Ibnou ^Abbas que le Prophète صلَّى الله عليه وسلم avait envoyé Mou^adh Ibnou Jabal au Yémen et lui avait dit :

(( اتَّقِ دَعْوَةَ المَظْلُومِ فَإِنَّها لَيْسَ بَيْنَها وبَيْنَ اللهِ حِجابٌ ))

(‘ittaqi da^wata l-madhloumi fa’innaha layça baynaha wabayna l-Lahi hijab) ce qui signifie : « Protège-toi de l’invocation que pourrait faire contre toi l’opprimé. Elle est acceptée et n’est pas rejetée. » [rapporté par Al-Boukhariyy] Il est parvenu dans le Sahih de Mouslim et dans d’autres recueils, que le Prophète صلَّى الله عليه وسلم [pour apprendre à la communauté], avait demandé à Dieu la protection contre l’invocation des opprimés. Combien d’opprimés se sont forcés à patienter en recherchant l’aide de Dieu et à qui Dieu a accordé en retour victoire, satisfaction et récompenses. Les frères de يوسف Youçouf avaient tendu un piège à يوسف Youçouf عليه السلام, leur fierté les avait conduits au péché et ils avaient voulu le tuer. Ils l’ont finalement jeté dans un puits, le chaytan leur ayant embelli leurs actions. Dieu l’a sauvé de l’affliction et les a amenés jusqu’à lui, humiliés, pour demander l’aumône et de l’aide, alors qu’il avait la charge des réserves de nourriture de la terre. Combien d’injustes se sont détournés de la justice et ont suivi la voie du mal, puis en ont subi les conséquences. L’histoire est fournie en exemples qui sont restés dans les mémoires, dont les récits seraient trop longs à raconter. Celui qui est censé, c’est celui qui se protège lui-même dans le bas-monde avant de se retrouver en un Jour où aucun dirham ni aucun dinar ne pourront sauver quiconque. Et d’après Abou Hourayrah, le Prophète صلَّى الله عليه وسلم, a dit :

(( مَنْ كانَتْ لَهُ مَظْلَمَةٌ لِأَخِيهِ مِنْ عِرْضِهِ أَوْ شَيْءٍ فَلْيَتَحَلَّلْهُ مِنْهُ اليَوْمَ قَبْلَ أَنْ لا يَكُونَ دِينارٌ ولا دِرْهَمٌ إِنْ كانَ لَهُ عَمَلٌ صالِحٌ أُخِذَ مِنْهُ بِقَدْرِ مَظْلَمَتِهِ، وإِنْ لَمْ تَكُنْ لَهُ حَسَناتٌ أُخِذَ مِنْ سَيِّئاتِ صاحِبِهِ فَحُمِلَ عَلَيْهِ ))

(man kanat lahou madhlamatoun li’akhihi min ^irdihi ‘aw chay’in falyatahallalhou minhou l-yawma qabla ‘an la yakouna dinaroun wala dirham, ‘in kana lahou ^amaloun salihoun ‘oukhidha minhou biqadri madhlamatihi wa’in lam takoun lahou haçanatoun ‘oukhidha min sayyi’ati sahibihi fahoumila ^alayh) ce qui signifie : « Celui qui avait commis une injustice envers son frère concernant sa réputation ou quelque chose, alors qu’il s’en libère aujourd’hui même, avant le Jour où il n’y aura plus ni dinar ni dirham, [ce jour-là] s’il a de bonnes œuvres, il lui en sera prélevé à la mesure de son injustice, et s’il n’avait pas de bonnes œuvres, il sera prélevé des mauvaises actions de celui qu’il avait opprimé et elles lui seront imputées. » [rapporté par Al-Boukhariyy]

Il convient donc à celui qui a entendu ou a récité cela, d’en tirer des moralités, d’en être exhorté, de cesser de commettre l’injustice et de juger selon la balance de l’équité, même si c’est contre lui-même. L’injustice est une grande source de perdition et un mal répandu, alors que la justice est un moyen de sauvegarde et une lumière. Bonheur à celui qui se sera protégé des péchés, qui se sera abstenu de commettre l’injustice, qui n’aura pas couru après ce à quoi il n’a pas droit et qui n’aura pas amélioré son bas monde en corrompant sa religion. Combien d’injustes sous terre ont beaucoup regretté, là où les regrets ne leur sont plus utiles. Combien d’opprimés dans le bas monde seront heureux dans l’au-delà ! Le Messager de Dieu صلَّى الله عليه وسلم a dit :

(( أَلا يا رُبَّ مُكْرِمٍ لِنَفْسِهِ وهُوَ لَها مُهِينٌ، أَلا يا رُبَّ مُهِينٍ لِنَفْسِهِ وهُوَ لَها مُكْرِمٌ ))

(‘ala ya roubba moukrimin linafsihi wahouwa laha mouhin ‘ala ya roubba mouhinin linafsihi wahouwa laha moukrim) ce qui signifie : « Certes, combien de ceux qui croient honorer leur âme, sont, en réalité, en train de l’humilier ?! Certes, combien de ceux qui subissent des humiliations sont au contraire en train d’honorer leur âme ?! » [rapporté par Al-Bayhaqiyy]

Celui qui croit s’honorer lui-même en commettant l’injustice, c’est quelqu’un qui est humilié, il en verra les conséquences au Jour dernier. Et celui qui a été opprimé en patientant pour Dieu et que l’épreuve n’a pas fait sortir du cadre de la patience et de l’extrême soumission à la Loi révélée, il aura honoré son âme et en verra les conséquences au Jour du jugement. Celui qui réussit, c’est celui à qui Dieu accorde la réussite.

Second Discours :

الحمد لله والصلاة والسَّلام على سيّدنا محمّد رسول الله يا أيّها الذين آمنوا اتّقوا الله اللهم اغفِرْ للمؤمنين والمؤمنات

Al-hamdou lil-Lahi wassalatou was-salamou ^ala sayyidina Mouhammadin raçouli l-Lah ;
ya ‘ayyouha l-ladhina ‘amanou t-taqou l-Lah
.

Allahoumma ghfir lil-mou’minina wal-mou’minat.