Croire en tous les Prophètes FOI Khoutbah Mouhammad, dernier Messager

Khoutbah n°1120 : Explication du Sens du Second Témoignage

La croyance au message du Prophète محمّد Mouhammad صلَّى الله عليه وسلم est la base et le fondement du second témoignage. Ce témoignage comporte également le sens que le Prophète ne se trompe en rien dans ce qu’il transmet de la part de Dieu.

Khoutbah n°1120

Discours du vendredi 12 mars 2021 correspondant au 28 rajab 1442 de l’Hégire

Explication du Sens du Second Témoignage

الحمد لله والصلاة والسلام على سيّدنا محمد رسول الله يا أيها الذين ءامنوا اتقوا الله

Al-hamdou lil-Lahi wassalatou was-salamou ^ala sayyidina Mouhammad, raçouli l-Lah ; ya ‘ayyouha l-Ladhina ‘amanou t-taqou l-Lah.

La louange est à Dieu. Nous Le louons, nous recherchons Son pardon, nous recherchons Son aide et nous L’implorons de nous guider sur le chemin de droiture. Et nous recherchons la préservation de Dieu contre le mal de nos âmes et de nos mauvais actes. Celui que Dieu guide, nul ne peut l’égarer, et celui qu’Il égare, nul ne peut le guider. Je témoigne qu’il n’est de dieu que Dieu, qu’Il est le dieu unique et qu’Il n’a pas d’associé, qu’Il est de toute éternité alors qu’aucun endroit n’est de toute éternité, qu’Il a fait exister les êtres et qu’Il a établi le temps, gloire à Lui Qui est exempt de toute imperfection, absolument rien ne Lui est semblable et Il est Celui Qui entend, Celui Qui voit. Et je témoigne que محمّد Mouhammad est Son esclave et Son messager, Son élu et Son bien-aimé. Que Dieu accorde davantage d’honneur et d’élévation en degrés et davantage d’apaisement quant au sort de sa communauté à محمّد Mouhammad, ainsi qu’à l’ensemble de ses frères, les prophètes et les messagers.

Esclaves de Dieu, je vous recommande ainsi qu’à moi-même de faire preuve de piété à l’égard de Dieu العَلِيّ العَظِيم Al-^Aliyy Al-^Adhim, Lui Qui dit dans un verset explicite de la révélation :

﴿ قُلۡ إِن كُنتُمۡ تُحِبُّونَ ٱللَّهَ فَٱتَّبِعُونِي يُحۡبِبۡكُمُ ٱللَّهُ وَيَغۡفِرۡ لَكُمۡ ذُنُوبَكُمۡۚ وَٱللَّهُ غَفُورٞ رَّحِيمٞ قُلۡ أَطِيعُواْ ٱللَّهَ وَٱلرَّسُولَۖ فَإِن تَوَلَّوۡاْ فَإِنَّ ٱللَّهَ لَا يُحِبُّ ٱلۡكَٰفِرِينَ ﴾

(qoul ‘in kountoum touhibbouna l-Laha fat-tabi^ouni youhbibkoumou l-Lahou wayaghfir lakoum dhounoubakoum wal-Lahou Ghafouroun Rahim, qoul ‘ati^ou l-Laha war-raçoula fa’in tawallaw fa’inna l-Laha la youhibbou l-kafirin)

[3 / 31 et 32] ce qui signifie : « Dis : si vous aimez Dieu, alors suivez-moi, Dieu vous agrée et vous pardonne vos péchés. Certes, Dieu est Celui Qui pardonne et Qui est miséricordieux.” Dis : “Croyez en Dieu et en le Messager.” Alors s’ils rejettent la foi… certes, Dieu n’agrée pas les mécréants. »

Mes bien-aimés, sachez que la voie pour être sauvé dans le bas monde et dans l’au-delà consiste à suivre notre Maître محمّد Mouhammad صلَّى الله عليه وسلم de la manière la plus parfaite, en croyant en Dieu comme il se doit et en croyant au Messager محمّد Mouhammad صلَّى الله عليه وسلم comme il se doit, puis en accomplissant tous les devoirs et en évitant tous les péchés.

Mes bien-aimés, nous allons parler aujourd’hui du sens du second témoignage. Mais avant de commencer, j’aimerais vous rappeler succinctement le sens du premier témoignage.

Globalement, c’est-à-dire sans entrer dans les détails, le sens de لا إله إلَّا الله la ‘ilaha ‘il-la l-Lah est : je reconnais par ma langue et je crois par mon cœur que nul ne mérite l’adoration si ce n’est Dieu.

Dieu, Lui seul, est Celui Qui mérite le plus haut degré de la glorification et l’extrême limite de la soumission, car Il est notre Créateur et Il est le Créateur de toute chose. Il est Celui Qui pourvoit à notre subsistance en réalité. Il n’a pas d’associé dans la divinité et Il n’a pas d’équivalent.

Le sens du témoignage que محمّد Mouhammad est le Messager de Dieu صلَّى الله عليه وسلم, est : je reconnais par ma langue et je crois fermement par mon cœur que notre maître محمّد Mouhammad صلَّى الله عليه وسلم a été envoyé de la part de Dieu à la totalité des créatures, à l’ensemble des mondes, à savoir les humains et les jinn.

Mes frères de foi, ce qui est visé par les deux témoignages, c’est de nier la divinité à tout autre que Dieu et de la confirmer pour Dieu, tout en affirmant le caractère de messager de notre Maître محمّد Mouhammad صلَّى الله عليه وسلم, c’est-à-dire, tout en reconnaissant et en croyant à son envoi en tant que prophète صلَّى الله عليه وسلم.

Lorsque la connaissance s’accompagne de l’adhésion du cœur –c’est-à-dire de la satisfaction de l’âme de ce qu’elle a connu– c’est cela la foi qui est agréée selon le jugement de Dieu. Quant à la connaissance à elle seule[1], elle ne suffit pas. En effet, Dieu تعالى nous apprend que certains peuples qui nous ont précédés savaient que محمّد Mouhammad صلَّى الله عليه وسلم était prophète, mais Dieu dit à leur sujet :

﴿ ٱلَّذِينَ ءَاتَيۡنَٰهُمُ ٱلۡكِتَٰبَ يَعۡرِفُونَهُۥ كَمَا يَعۡرِفُونَ أَبۡنَآءَهُمُۘ ٱلَّذِينَ خَسِرُوٓاْ أَنفُسَهُمۡ فَهُمۡ لَا يُؤۡمِنُونَ ﴾

(‘al-ladhina ‘ataynahoumou l-kitaba ya^rifounahou kama ya^rifouna ‘abna’ahoum)

[6 / 20] ce qui signifie : « Ceux à qui Nous avions fait descendre le Livre le connaissent, tout comme ils connaissent leurs propres fils. »

Mais, leurs âmes n’ont pas adhéré à ce que le Prophète a apporté عليه الصلاة والسلام. C’est pour cela qu’ils l’ont démenti par leur langue, bien que التوراة At-Tawrat –la Torah d’origine– qui a été révélée à notre maître Mouça عليه السلام, contienne l’annonce selon laquelle notre bien-aimé محمّد Mouhammad est le messager de Dieu صلَّى الله عليه وسلم.

En effet, mes frères de foi, notre bien-aimé محمّد Mouhammad est envoyé de la part de Dieu à tous les mondes, preuve en est la parole de Dieu :

﴿ تَبَارَكَ ٱلَّذِي نَزَّلَ ٱلۡفُرۡقَانَ عَلَىٰ عَبۡدِهِۦ لِيَكُونَ لِلۡعَٰلَمِينَ نَذِيرًا ١ ﴾

(tabaraka l-Ladhi nazzala l-fourqana ^ala ^abdihi liyakouna lil-^alamina nadhira)

[25 / 1] qui signifie : « Que restent abondantes les grâces de Celui Qui a fait descendre الفُرقَان Al-Fourqan –c’est-à-dire القرآن Al-Qour’an sur Son esclave afin qu’il avertisse les mondes. »

Cela veut dire qu’il a été envoyé à l’ensemble des humains, qu’ils soient arabes ou non arabes et à tous les jinn. Quant aux anges, ils ne sont pas concernés par cela, car ils sont créés de sorte qu’ils ne choisissent que l’obéissance à Dieu, et ce par la volonté de Dieu. En effet, les anges n’ont pas besoin d’être avertis, tout comme Dieu les a décrits par Sa parole :

﴿ لَّا يَعۡصُونَ ٱللَّهَ مَآ أَمَرَهُمۡ وَيَفۡعَلُونَ مَا يُؤۡمَرُونَ ٦ ﴾

(la ya^souna l-Laha ma ‘amarahoum wayaf^alouna ma you‘maroun)

[66 / 6] ce qui signifie : « Ils ne désobéissent à aucun ordre que Dieu leur donne et ils font ce qu’il leur est ordonné de faire. »

Mes chers bien-aimés, la croyance au message de notre Maître محمّد Mouhammad صلَّى الله عليه وسلم est la base et le fondement du second témoignage, cependant, le second témoignage inclut de nombreux points de croyance, dont découlent de nombreux jugements. Parmi ces points de croyance, il y a qu’il est né à la Mecque صلَّى الله عليه وسلم, qu’il a été envoyé –c’est-à-dire qu’il a reçu la révélation de la prophétie– alors qu’il résidait à la Mecque. Ensuite, il a émigré à Médine et il y est décédé, il a donc été enterré dans l’habitation de la Dame ^A’ichah, que Dieu l’agrée.

Mes frères de foi, le second témoignage comporte également le sens que le Prophète ne se trompe en rien dans ce qu’il transmet de la part de Dieu, et que tout ce qu’il a rapporté est véridique et correct, qu’il s’agisse des nouvelles des communautés et des prophètes antérieurs, du début de la création, des jugements relatifs au caractère licite ou illicite de certains gestes ou certaines paroles des esclaves, ou encore concernant ce qu’il a annoncé que cela se produira dans le futur, dans le bas monde, dans le بَرْزَخ barzakh –la période intermédiaire entre la mort et le jour de la résurrection– et dans l’au-delà. Tout cela est confirmé par la parole de Dieu تعالى :

﴿ وَمَا يَنطِقُ عَنِ ٱلۡهَوَىٰٓ ٣ إِنۡ هُوَ إِلَّا وَحۡيٞ يُوحَىٰ ٤ ﴾

(wama yantiqou ^ani l-hawa ‘in houwa ‘il-la wahyoun youha)

[53 / 3 et 4] ce qui signifie : « Il ne parle pas sous l’effet de passions, il ne parle que suite à une révélation qui lui est révélée. »

Pour nous, il est un devoir de nous soumettre à tout ce qui est parvenu dans la سُنّة Sounnah –l’enseignement de notre Prophète محمّد Mouhammad عليه الصلاة والسلام–, que cela se rapporte au وضوء woudou, à la prière, au mariage, au divorce, à l’héritage, à la récompense et au châtiment. Nous n’en rejetons rien et n’en réfutons rien par nos opinions personnelles, nous n’élevons pas nos avis en tant qu’arbitres sur tout cela. Bien au contraire, nous écartons nos avis personnels au profit de ce avec quoi est venu le Messager de Dieu صلَّى الله عليه وسلم, que nous en connaissions la sagesse ou que nous ne la connaissions pas, tout comme l’a dit le Chaykh Ahmad Al-Marzouqiyy : 

فَكُــلُّ مَا جَاءَ بِهِ الرَّسُـولُ                  فَحَـقُّهُ التَّسْـلِيمُ وَالقَـبُولُ

(fakoullou ma ja’a bihi r-Raçoulou         fahaqqouhou t-taslimou wal-qaboulou)

Tout ce avec quoi est              venu le Messager

nous devons l’admettre, et                  nous devons l’accepter

En étant croyants en Sa parole :

﴿ فَلَا وَرَبِّكَ لَا يُؤۡمِنُونَ حَتَّىٰ يُحَكِّمُوكَ فِيمَا شَجَرَ بَيۡنَهُمۡ ثُمَّ لَا يَجِدُواْ فِيٓ أَنفُسِهِمۡ حَرَجٗا مِّمَّا قَضَيۡتَ وَيُسَلِّمُواْ تَسۡلِيمٗا ﴾

(fala waRabbika la you‘minouna hatta youhakkimouka fima chajara baynahoum thoumma la yajidou fi ‘anfoucihim harajan mimma qadayta wayouçallimou taslima)

[4 / 65] ce qui signifie : « Alors non, par ton Seigneur, ils ne seront croyants que s’ils acceptent ton arbitrage dans les différends qui pourront leur arriver, puis ne trouvent en leurs âmes aucune objection sur la sentence que tu leur donnes et s’ils se soumettent totalement. »

Et en étant croyants en la véracité de la parole du Prophète Élu صلَّى الله عليه وسلم, puisqu’il a dit :

(( لَيْسَ أَحَدٌ إِلَّا يُؤْخَذُ مِنْ قَوْلِهِ وَيُدَعُ غَيْرَ النَّبِيِّ صَلَّى الله عليه وسَلَّمَ ))

(layça ‘ahadoun ‘il-la you’khadhou min qawlihi wayouda^ou ghayra n-nabiyy salla l-Lahou ^alayhi wasallam)

ce qui signifie : « Il n’est personne sans que l’on prenne ou que l’on délaisse de sa parole, excepté le Prophète صلَّى الله عليه وسلم. »

Ô Dieu, fais que nous soyons de ceux qui persévèrent sur l’Islam, qui s’attachent à la bonne guidée du Prophète عليه الصلاة والسلام et qui défendent sa religion, quels que soient les revers de situations.

Ayant tenu mes propos, je demande que Dieu me pardonne ainsi qu’à vous-mêmes.

Second Discours[2] :

الحمد لله والصلاة والسلام على سيدنا محمّد رسول الله يا أيّها الذين آمنوا اتّقوا الله اللهم اغفِرْ للمؤمنين والمؤمنات

Al-hamdou lil-Lahi wassalatou was-salamou ^ala sayyidina Mouhammadin raçouli l-Lah ;
ya ‘ayyouha l-ladhina ‘amanou t-taqou l-Lah
.

Allahoumma ghfir lil-mou’minina wal-mou’minat.

Esclaves de Dieu je vous recommande de faire preuve de piété à l’égard de العَلِيّ القدير Al-^Aliyy Al-Qadir, et de persévérer sur l’obéissance, de persévérer sur le repentir. Crains Dieu dans ton fort intérieur et au grand jour, crains Dieu quand tu es devant les gens et quand tu es tout seul. Dieu تعالى dit :

﴿ إِنَّ ٱلَّذِينَ يَخۡشَوۡنَ رَبَّهُم بِٱلۡغَيۡبِ لَهُم مَّغۡفِرَةٞ وَأَجۡرٞ كَبِيرٞ ﴾

(‘inna l-ladhina yakhchawna Rabbahoum bil-ghaybi lahoum maghfiratoun wa’ajroun kabir)

ce qui signifie : « Certes, ceux qui craignent leur Seigneur quand ils sont seuls, ils auront un pardon et une grande récompense. »

Attachez-vous mes frères de foi à persévérer à assister aux assemblées de sciences, de bienfaisances et de bénédictions, aux assemblées de sciences de la religion. Le cœur d’un ignorant est mort, il est exposé à toute sorte de maux, de mécréances, de grands et de petits péchés. Empresse-toi mon frère croyant de faire le bien, maintenant dans ce bas monde et œuvre pour ton au-delà, rappelle-toi le حديث hadith du Messager de Dieu صلَّى الله عليه وسلم:

(( لاَ يَشْبَعُ مُؤْمِنٌ مِنْ خَيْرٍ حَتَّى يَكُونَ مُنْتَهَاهُ الجَنَّة ))

(la yachba^ou mou’minoun hatta yakouna mountahahou l-jannah)

ce qui signifie : « Un croyant ne se lasse pas d’un bien jusqu’à ce qu’il parvienne au Paradis. »

[1] C’est-à-dire sans la soumission.

[2] Il s’agit des piliers selon Ach-Chafi^iyy pour ceux qui seraient amenés à donner le discours entièrement en français. Les piliers devraient être dits en arabe.