Accueil Khoutbah Khoutbah n°1110 : Les sortes de mécréance

Khoutbah n°1110 : Les sortes de mécréance

Surveille ton âme et fais attention à tes paroles, à ce que tu fais et à ce à quoi tu crois. Adore Dieu comme si tu Le voyais et même si tu ne Le vois pas, rappelle-toi que Lui te voit.

Khoutbah n°1110

Discours du vendredi 1er janvier 2021 correspondant au 17 joumada l-‘oula 1442 de l’Hégire

Les sortes de mécréance

الحمد لله والصلاة والسلام على سيّدنا محمد رسول الله يا أيها الذين ءامنوا اتقوا الله

Al-hamdou lil-Lahi [1] wassalatou was-salamou ^ala sayyidina Mouhammad, raçouli l-Lah ; ya ‘ayyouha l-Ladhina ‘amanou t-taqou l-Lah.

La louange est à الله Allah. Nous Le louons, nous recherchons Son aide, nous recherchons Sa bonne guidée, nous Le remercions, nous recherchons Son pardon et nous nous repentons à Lui. Nous demandons à Dieu qu’Il nous préserve du mal de nos âmes et de nos mauvaises œuvres ; celui que Dieu guide, nul ne peut l’égarer, et celui qu’Il égare, nul ne peut le guider.

Je témoigne qu’il n’est de dieu que Dieu, qu’Il est unique et qu’Il n’a pas d’associé, ni de semblable, ni d’épouse, ni d’enfant.

Ô Notre Seigneur, ne détourne pas nos cœurs après que Tu les as guidés et accorde-nous de Ta part une miséricorde, Tu es cestes Celui Qui accorde avec largesse la rétribution aux croyants. Ô Notre Seigneur, c’est à Toi Que nous demandons la protection, alors raffermis-nous sur la religion de مُحَمَّد Mouhammad, raffermis-nous sur l’enseignement révélé à مُحَمَّد Mouhammad, raffermis-nous sur la voie de مُحَمَّد Mouhammad, et accorde-nous l’aide de مُحَمَّد Mouhammad et élève le davantage en degré et préserve sa communauté de ce qu’il craint pour elle.

Je témoigne que notre maître مُحَمَّد Mouhammad est l’esclave de Dieu et Son messager et Son élu, celui qu’Il agrée le plus, celui qui a le cœur le plus détaché de la vie d’ici-bas et le plus attaché à l’adoration de Dieu. Il a bien transmis le message, il s’est acquitté de ce qui lui a été confié, il a porté conseil à la communauté, que Dieu le rétribue pour le bien qu’il nous a apporté, de la meilleure rétribution que Dieu ait accordée à l’un de Ses prophètes. Ô mon Dieu, honore et élève davantage en degré, préserve sa communauté de ce qu’il craint pour elle, et bénis notre maître مُحَمَّد Mouham­mad, ainsi que sa famille et ses compagnons bons et purs.

Esclaves de Allah, je vous recommande de faire preuve de piété à l’égard de Dieu tout-puissant, Lui Qui dit dans la révélation claire :

﴿يَـٰٓأَيُّهَا ٱلَّذِينَ ءَامَنُواْ ٱتَّقُواْ ٱللَّهَ وَقُولُواْ قَوۡلٗا سَدِيدٗا يُصۡلِحۡ لَكُمۡ أَعۡمَٰلَكُمۡ وَيَغۡفِرۡ لَكُمۡ ذُنُوبَكُمۡۗ وَمَن يُطِعِ ٱللَّهَ وَرَسُولَهُۥ فَقَدۡ فَازَ فَوۡزًا عَظِيمًا﴾

[33 / 70-71] (ya ‘ayyouha l-ladhina ‘amanou ttaqou l-Laha waqoulou qawlan sadida ; youslih lakoum ‘a^malakoum wayaghfir lakoum dhounoubakoum waman youti^i l-Laha waraçoulahou faqad faza fawzan ^adhima)

ce qui signifie : « Ô vous qui avez cru, faites preuve de piété à l’égard de Dieu et dites des paroles justes. Il fera que vos œuvres soient bonnes et Il vous pardonnera vos péchés. Et celui qui obéit à Dieu et à Son Messager, il obtiendra la grande réussite. »

Nous avons le grand bonheur d’avoir cette religion éminente qu’est l’Islam, cette religion que Dieu a agréée pour Ses esclaves, cette religion qu’Il nous a ordonné de suivre et dans laquelle nous devons persévérer. Chers frères de foi, attachez-vous donc à cette religion éminente. Persévérez dans cette religion jusqu’à la mort, vous serez ainsi au nombre des victorieux au Jour du jugement. Et écoutez avec moi ce qui est parvenu dans le حديث قدسي hadith qoudsiyy rapporté par le Messager de Dieu صلى الله عليه وسلّم d’après son Seigneur.

Le Messager de Dieu صلى الله عليه وسلّم a dit :

(( قالَ اللهُ تَعالى يا عِبَادِي إِنَّمَا أَعْمَالُكُمْ أُحْصِيها لَكُمْ ثُمَّ أُوَفيكُمْ إِيَّاها فَمَنْ وَجَدَ خَيْرًا فَلْيَحْمَدِ اللهَ وَمَنْ وَجَدَ غَيْرَ ذَلِكَ فَلا يَلُومَنَّ إِلاَّ نَفْسَهُ ))

[rapporté par Mouslim] (qala l-Lahou ta^ala ya ^ibadi ‘innama ‘a^maloukoum ‘ouhsiha lakoum thoumma ‘ouwaffikoum ‘iyyaha faman wajada khayran falyahmadi l-Laha waman wajada ghayra dhalika fala yaloumanna ‘il-la nafsah)

ce qui signifie : « اللهُ تَعالى Allah ta^ala dit [ce qui signifie] : « Ô vous Mes esclaves, ce sont vos actes que Je vous comptabilise et pour lesquels, par la suite, Je vous rétribuerai. Celui qui trouve du bien, qu’il fasse la louange à Dieu; et celui qui y trouve autre que cela, qu’il ne s’en prenne qu’à lui-même. » »

Fais-toi tes propres comptes, surveille ton âme et fais attention à tes paroles, à ce que tu fais et à ce à quoi tu crois. Adore Dieu comme si tu Le voyais et même si tu ne Le vois pas, rappelle-toi que Lui te voit. Dieu dit dans le قرءان Qour’an honoré :

﴿يَحۡلِفُونَ بِٱللَّهِ مَا قَالُواْ وَلَقَدۡ قَالُواْ كَلِمَةَ ٱلۡكُفۡرِ وَكَفَرُواْ بَعۡدَ إِسۡلَٰمِهِمۡ﴾

[9 / 74] (yahlifouna bil-Lahi ma qalou walaqad qalou kalimata l-koufri wakafarou ba^da ‘islamihim)

ce qui signifie : « Ils jurent par Dieu qu’ils ne l’ont pas dite, alors qu’ils ont effectivement dit la parole de mécréance. Ils ont ainsi montré leur mécréance après avoir montré l’Islam. »

Ce verset éminent du قرءان Qour’an a été retenu comme preuve par les savants concernant le fait qu’il y a parmi les sortes de mécréance ce qui est appelé la mécréance par la parole. Elle a lieu par la langue, et c’est la mécréance la plus répandue. Parmi ce qui relève de la mécréance par la parole, il y a le fait d’insulter Dieu, ou les prophètes, ou les anges. De même, il y a le fait de se moquer de la prière, ou du jeûne, ou du قرءان Qour’an, ou de l’enseignement prophétique: celui qui le fait devient mécréant, et ceci, qu’il l’ait dit en étant sérieux ou en plaisantant, en étant en colère ou en étant calme. Rien de tout cela n’est excusé.

اللهُ تَعالى Allah ta^ala dit :

﴿وَلَئِن سَأَلۡتَهُمۡ لَيَقُولُنَّ إِنَّمَا كُنَّا نَخُوضُ وَنَلۡعَبُۚ قُلۡ أَبِٱللَّهِ وَءَايَٰتِهِۦ وَرَسُولِهِۦ كُنتُمۡ تَسۡتَهۡزِءُونَ لَا تَعۡتَذِرُواْ قَدۡ كَفَرۡتُم بَعۡدَ إِيمَٰنِكُمۡۚ ﴾

[9 / 65-66] (wala’in sa’altahoum layaqoulounna ‘innama kounna nakhoudou wanal^ab ; qoul ‘abil-Lahi wa‘ayatihi waraçoulihi kountoum tastahzi’oun ; la ta^tadhirou qad kafartoum ba^da ‘imanikoum)

ce qui signifie : « Et si tu les avais interrogé, ils auraient répondu : « Nous ne faisions que discuter et plaisanter. » Dis : « Est-ce de Dieu, de Ses ‘ayah et de Son Messager dont vous vous moquiez ? Ne vous cherchez pas d’excuses, vous avez montré votre mécréance après avoir montré la foi. » »

Et Dieu, Celui Que nous aimons et que nous adorons dit dans le قرءان Qour’an honoré :

﴿إِنَّمَا ٱلۡمُؤۡمِنُونَ ٱلَّذِينَ ءَامَنُواْ بِٱللَّهِ وَرَسُولِهِۦ ثُمَّ لَمۡ يَرۡتَابُواْ﴾

[49 / 15] (‘innama l-mou’minouna l-ladhina ‘amanou bil-Lahi waraçoulihi thoumma lam yartabou)

ce qui signifie : « Certes, les croyants sont uniquement ceux qui ont cru en Dieu et en Son Messager et qui n’ont point douté. »

Par ce verset éminent du قرءان Qour’an, les savants ont retenu la preuve que parmi des sortes de mécréance, il y a ce qui est appelé la mécréance par la croyance. En effet, le doute a lieu dans le cœur. Celui qui a pour croyance que Dieu serait une lumière, ou un grand corps, ou un petit corps, ou un corps de taille intermédiaire, qui habiterait le ciel ou bien qui s’incarnerait Lui-même en tout endroit, il n’a pas connu son Seigneur, car Dieu n’a pas de ressemblance avec Ses créatures. Il n’a de ressemblance ni avec le soleil, ni avec la lune, ni avec les étoiles, ni avec les humains, ni avec les jinn, ni avec les anges. Mais, comme Il le dit à Son sujet dans la révélation :

 ﴿لَيۡسَ كَمِثۡلِهِۦ شَيۡءٞۖ وَهُوَٱلسَّمِيعُ ٱلۡبَصِيرُ ١١﴾

(layça kamithlihi chay’oun wahouwa s-Sami^ou l-Basir)

ce qui signifie : « Absolument rien n’est pareil à Lui et Il est Celui Qui entend, Celui Qui voit. »

Et Il dit ta^ala :

﴿وَلَمۡ يَكُن لَّهُۥ كُفُوًا أَحَدُۢ ٤﴾

(walam yakoun lahou koufouwan ‘ahad)

ce qui signifie : « Et Il n’a point d’équivalent. » Dieu n’a pas de ressemblant, Il n’a pas d’équivalent, Il n’a pas de semblable. Quoi que tu imagines en ton esprit, Dieu n’est pas ainsi, c’est-à-dire qu’Il n’a aucune ressemblance avec tout cela.

Dieu, Celui Que nous aimons et nous n’adorons nul autre que Lui dit dans le قرءان Qour’an honoré :

﴿لَا تَسۡجُدُواْ لِلشَّمۡسِ وَلَا لِلۡقَمَرِ وَٱسۡجُدُواْۤ لِلَّهِ ٱلَّذِي خَلَقَهُنَّ إِن كُنتُمۡ إِيَّاهُ تَعۡبُدُونَ﴾

[41 / 37] (la tasjoudou lich-chamsi wala lil-qamari wasjoudou lil-Lahi l-ladhi khalaqahounna ‘in kountoum ‘iyyahou ta^boudoun)

ce qui signifie : « Ne vous prosternez ni pour le soleil, ni pour la lune, prosternez-vous plutôt pour Dieu Qui les a créés, si c’est vraiment Lui Que vous adorez. »

Ce verset éminent du قرءان Qour’an a été retenu par les savants comme preuve qu’il y a, parmi les sortes de mécréance, la mécréance par les gestes. Elle consiste par exemple à se prosterner pour le soleil, ou pour la lune, ou pour le chaytan, ou pour le feu, ou bien à jeter le مصحف Moushaf –le livre du قرءان Qour’an– dans les ordures, ou le piétiner, ou même piétiner des livres de religion.

Tout cela fait sortir de la religion agréée par الله Allah. Celui de qui est provenu une mécréance, qu’elle ait eu lieu par une parole, par une croyance ou par un geste, cette mécréance l’ayant fait sortir de la religion, il doit revenir à l’Islam en prononçant les deux témoignages :

أشهد أن لا إله إلا الله وأشهد أن محمدا رسول الله

(‘ach-hadou ‘an la ‘ilaha ‘il-la l-Lah wa’ach-hadou ‘anna Mouhammadan raçoulou l-Lah) ce qui signifie : « Je témoigne qu’il n’est de dieu que Dieu et je témoigne que محمد Mouhammad est le Messager de Dieu. »

Ô mon Dieu, fais que nous mourions en ayant cette croyance, ô Toi Qui accorde le plus de miséricorde.

Second Discours[1] :

الحمد لله والصلاة والسلام على سيدنا محمّد رسول الله

يا أيّها الذين آمنوا اتّقوا الله

اللهم اغفِرْ للمؤمنين والمؤمنات

Al-hamdou lil-Lahi wassalatou was-salamou ^ala sayyidina Mouhammadir-raçouli l-Lah ; ya ‘ayyouha l-Ladhina ‘amanou t-taqou l-Lah.

Allahoumma ghfir lil-mou’minina wal-mou’minat.

[1] Il s’agit des piliers selon Ach-Chafi^iyy pour ceux qui seraient amenés à donner le discours entièrement en français. Les piliers devraient être dits en arabe.