Accueil Khoutbah Khoutbah n°1077 : La Nuit de Al-Qadr

Khoutbah n°1077 : La Nuit de Al-Qadr

Dans le mois de Ramadan, il y a une nuit qui est meilleure que mille mois, y accomplir des actes d’obéissance à Allah ta^ala vaut mieux qu’accomplir les mêmes œuvres dans les autres nuits que cette nuit-là durant mille mois.

Khoutbah n°1077

Discours du vendredi 15 mai 2020 correspondant au 22 Ramada1441 de l’Hégire.

La Nuit de Al-Qadr  

Al-hamdou lil-Lahi [1] wassalatou was-salamou ^ala sayyidina Mouhammad, raçouli l-Lah ; ya ‘ayyouha l-Ladhina ‘amanou t-taqou l-Lah.

La louange est à Allah puis la louange est à Allah. La louange est à Allah et que l’honneur soit accordé à Ses esclaves qu’Il a élus. La louange est à Allah, Celui Qui est Unique, Qui n’a besoin de rien, Qui n’engendre pas, Qui n’est pas engendré, Qui n’a pas de compagne ni d’enfant. Je Le remercie, je recherche Son aide, je recherche Sa bonne guidée, je Le remercie.

Que Allah élève et honore notre bien-aimé, notre maître, notre éminent, la cause de notre joie, Ahmad, celui que Allah a envoyé en tant que miséricorde pour les mondes, annonciateur de bonne nouvelle et avertisseur d’un châtiment, appelant à la religion agréée par Allah par Sa volonté telle un flambeau éclatant et une lune radieuse. Allah a guidé par lui la communauté, Il a délivré grâce à lui du tourment, il s’est acquitté de ce qui lui a été confié, il a porté le conseil à la communauté. Que Allah le rétribue du meilleur de ce dont Il a rétribué l’un de Ses prophètes.

Je témoigne qu’il n’est de dieu que Allah, Celui à Qui appartient toute chose, Celui Qui est différent de toutes Ses créatures. Je témoigne que notre maître Mouhammad est le Messager de Allah, il est véridique dans ce qu’il a promis, il est l’honnête, que Allah l’honore et l’élève davantage en degré ainsi que ses chastes compagnons.

Chers bien-aimés musulmans, je vous recommande et je me recommande à moi-même de faire preuve de piété à l’égard de Allah Al-^Adhim. Allah ta^ala dit dans le Qour’an honoré :

﴿ إِنَّآ أَنزَلۡنَٰهُ فِي لَيۡلَةِ ٱلۡقَدۡرِ ١ وَمَآ أَدۡرَىٰكَ مَا لَيۡلَةُ ٱلۡقَدۡرِ ٢ لَيۡلَةُ ٱلۡقَدۡرِ خَيۡرٞ مِّنۡ أَلۡفِ شَهۡرٖ ٣ تَنَزَّلُ ٱلۡمَلَـٰٓئِكَةُ وَٱلرُّوحُ فِيهَا بِإِذۡنِ رَبِّهِم مِّن كُلِّ أَمۡرٖ ٤ سَلَٰمٌ هِيَ حَتَّىٰ مَطۡلَعِ ٱلۡفَجۡرِ ٥ ﴾

(‘inna ‘anzalnahou fi laylati l-qadr wama ‘adraka ma laylatou l-qadr laylatou l-qadri khayroun min ‘alfi chahr tanazzalou l-mala’ikatou war-rouhou fiha bi’idhni Rabbihim min koulli ‘amr salamoun hiya hatta matla^i l-fajr)

« Nous l’avons fait descendre pendant la nuit de Al-Qadr. (1) Et que sais-tu de la nuit de Al-Qadr ? (2) La nuit de Al-Qadr est meilleure que mille mois. (3) Durant celle-ci, les anges descendent ainsi que Jibril, sur ordre de leur Seigneur pour toute chose [prédestinée par Allah jusqu’à l’année suivante]. (4) Elle est paix et salut jusqu’à l’apparition de l’aube. (5) » [sourat Al-Qadr / 1-5] 

Voici que nous sommes entrés, grâce à Dieu, dans les dix derniers jours de Ramadan et ce qu’ils comportent comme mérite et comme bénédictions. Nous comptons ses jours bénis qui en restent. Le Prophète salla l-Lahou ^alayhi wasallam s’appliquait davantage encore dans les dix derniers jours en faisant l’i^tikaf, c’est-à-dire en restant dans la mosquée avec l’intention, et en faisant le qiyam, c’est-à-dire en veillant la nuit en prières.

Allah tabaraka wata^ala a spécifié le mois de Ramadan béni par des spécificités qu’Il n’a pas accordées aux autres mois. C’est dans ce mois-là qu’a été descendu le Qour’an honoré à notre maître Mouhammad, et c’est en ce mois qu’a été descendu l’Évangile authentique à notre maître ^Iça le fils de Maryam, et c’est dans ce mois qu’a été révélé la Torah authentique à notre maître Mouça fils de ^Imran, que Allah les honore et les élève tous davantage en degré.

D’après Wathilah Ibnou l-‘Asqa^, le Messager de Allah salla l-Lahou ^alayhi wasallam a dit, d’après ce qu’a rapporté l’Imam Ahmad :

(( أُنْزِلَتِ التَّوْرَاةُ لِسِتٍّ مَضَيْنَ مِنْ رَمَضَانَ وَأُنْزِلَ الإِنْجِيلُ لِثَلاَثَ عَشْرَةَ خَلَتْ مِنْ رَمَضَانَ وَأُنْزِلَ الفُرْقَانُ لِأَرْبَعٍ وَعِشْرينَ خَلَتْ مِنْ رَمَضَانَ ))

(‘ounzilati t-Tawratou lisittin madayna min Ramadana wa’ounzila l-‘Injilou lithalatha ^achrata khalat min Ramadana wa’ounzila l-Fourqanou li’arba^in wa^ichrina khalat min Ramadan) ce qui signifie : « La Torah a été descendue lorsque six nuits furent passées de Ramadan, l’Évangile a été descendu treize nuits passées de Ramadan et Al-Fourqan vingt-quatre nuits passées de Ramadan. » Fin de citation

Dans le mois de Ramadan, il y a une nuit qui est meilleure que mille mois, y accomplir des actes d’obéissance à Allah ta^ala vaut mieux qu’accomplir les mêmes œuvres dans les autres nuits que cette nuit-là durant mille mois.

Dans la nuit de al-qadr, Jibril ^alayhi s-salam a reçu l’ordre de prendre à partir de la Table Préservée le Qour’an honoré. Il l’a fait descendre en une seule fois jusqu’à Baytou l-^Izzah dans le premier ciel. Puis, après cela, les versets du Qour’an ont été descendus, au fur et à mesure. La nuit de al-qadr, cette année-là fut la nuit du vingt-quatre Ramadan. Sa descente totale a été complétée en vingt-trois années et le Prophète salla l-Lahou ^alayhi wasallam a enseigné à ses compagnons honorables l’ordre actuel du Moushaf et comment le réciter et le réciter tel qu’il se trouve actuellement entre nos mains, c’est-à-dire le début étant sourat Al-Fatihah puis sourat Al-Baqarah et la fin du Moushaf étant sourat An-Nas.

Le Qour’an honoré a été descendu lors d’une nuit bénie tout comme Allah ta^ala le dit :

﴿إِنَّآ أَنزَلۡنَٰهُ فِي لَيۡلَةٖ مُّبَٰرَكَةٍۚ إِنَّا كُنَّا مُنذِرِينَ ٣﴾

[sourat Ad-Doukhan / 3] (‘inna ‘anzalnahou fi laylatin moubarakah ‘inna kounna moundhirin) ce qui signifie : « Nous l’avons fait descendre durant une nuit bénie, certes Nous mettons en garde. » Cette nuit bénie est la nuit de al-qadr et ce verset ne concerne pas la nuit de la mi-Cha^ban.

La nuit de al-qadr, c’est la nuit à propos de laquelle Allah ta^ala dit :

﴿فِيهَا يُفۡرَقُ كُلُّ أَمۡرٍ حَكِيمٍ ٤﴾

[sourat Ad-Doukhan / 4] (fiha youfraqou koullou ‘amrin hakim) ce qui signifie : « Durant cette nuit est annoncé [aux anges]tout ce qui est prédestiné [jusqu’à l’année prochaine]. » c’est-à-dire que c’est en cette nuit-là que Allah ta^ala donne à savoir à Ses anges honorables les nouvelles de l’année à venir, en tant que mort et vie qui vont subvenir, qui parmi les esclaves sera éprouvé par la maladie, par la pauvreté ou les catastrophes. Et qui, parmi eux, auront pour bienfait la bonne santé et la richesse.

Notre Seigneur tabaraka wata^ala dit :

﴿إِنَّآ أَنزَلۡنَٰهُ فِي لَيۡلَةِ ٱلۡقَدۡرِ ١ وَمَآ أَدۡرَىٰكَ مَا لَيۡلَةُ ٱلۡقَدۡرِ ٢﴾

(‘inna ‘anzalnahou fi laylati l-qadr wama ‘adraka ma laylatou l-qadr laylatou l-qadr) ce qui signifie : « Nous l’avons fait descendre pendant la nuit de Al-Qadr. (1) Et que sais-tu de la nuit de Al-Qadr ? (2) » C’est une nuit éminente qui n’a lieu que pendant le mois de Ramadan. Il n’est pas une condition que ce soit la nuit du vingt-septième jour. Preuve en est le hadith de Wathilah Ibnou l-‘Asqa^ qui indique que le Qour’an a été descendu la nuit du vingt-quatrième jour. Il est possible qu’elle ait lieu n’importe quelle nuit de Ramadan, mais elle ne peut avoir lieu que pendant le mois de Ramadan. Le plus souvent, elle a lieu durant les dix dernières nuits de Ramadan.

﴿ لَيۡلَةُ ٱلۡقَدۡرِ خَيۡرٞ مِّنۡ أَلۡفِ شَهۡرٖ ٣﴾

(laylatou l-qadri khayroun min ‘alfi chahr) ce qui signifie : « La nuit de Al-Qadr est meilleure que mille mois. » Celui qui veut veiller la nuit de al-qadr, qu’il se prépare en accomplissant des actes d’obéissance conformément aux textes religieux. Il la veille en évoquant Allah, il la veille en faisant des demandes du pardon, il la veille en prières surérogatoires, il la veille en récitant le Qour’an honoré. Et celui qui devait rattraper des prières, qu’il s’occupe durant la nuit de al-qadr en rattrapant les prières manquées au lieu de faire les prières surérogatoires. En effet, les savants ont dit que celui qui a été occupé par les obligations au détriment des surérogatoires, il est excusé –ma^dhour–, et celui qui a été occupé par les surérogatoires au détriment des obligations, il est dupé –maghrour–.

Quelle invocation, chers frères de foi, peut faire celui qui a vu la nuit de al-qadr ? Écoutez avec moi, chers frères de foi, ce que l’enseignant du bien, le Messager de Allah salla l-Lahou ^alayhi wasallam a incités à faire. ^A’ichah, que Allah l’agrée, avait interrogé le Messager de Allah salla l-Lahou ^alayhi wasallam que si elle voyait la nuit de al-qadr, que pourrait-elle faire comme invocation ? Il lui a dit :

(( قُولِي اللَّهُمَّ إِنَّكَ عَفُوٌّ تُحِبُّ العَفْوَ فَاعْفُ عَني ))

[rapporté par Ibnou Majah, Ahmad et d’autres.] (qouli : Allahoumma ‘innaka ^afouwwoun touhibbou l-^afwa fa^fou ^anni) ce qui signifie : « Dis : Ô Allah, Tu es Celui Qui pardonne, Tu agrée le pardon, alors pardonne-moi »

Comment la personne sait-elle qu’elle a vu la nuit de al-qadr à l’état d’éveil ? Il y a pour cela des signes, ainsi parmi ses signes, il y a la vision d’une lumière autre que la lumière du soleil, de la lune ou de l’électricité, ou la vision des arbres se prosterner pour Allah ta^ala, ou la vision des anges ou le fait d’entendre leur voix. Que Allah m’accorde ainsi qu’à vous de la voir et de faire des invocations durant cette nuit-là. Parmi ses signes, il y a que le soleil se lève le lendemain matin de cette nuit bénie, avec une lumière très douce. Il y a des gens qui la voient dans le rêve, mais le mieux et le plus fort c’est de la voir à l’état d’éveil. Celui qui la voit dans le rêve, il y a du bien en cela. Que celui que Allah honore par le fait de la voir, qu’il demande à Allah de délivrer du tourment les musulmans et de lever les épreuves et l’inflation, et de corriger leur état entre eux.

Sachez, chers frères de foi, qu’il convient à l’homme croyant d’accomplir les actes d’obéissance durant toutes les nuits de Ramadan pour coïncider avec cette nuit-là afin de ne pas manquer la récompense de sa veillée même s’ils n’ont pas vu les signes à l’état d’éveil ou dans le rêve. Alors préparez vos provisions pour le Jour du jugement. Demandez des comptes à vos âmes avant d’avoir à en rendre. Préparez-vous pour un Jour qui va arriver inéluctablement. Lorsque vous serez dans le trou de votre tombe, la tombe est telle une porte par laquelle tout le monde devra entrer et l’ange de la mort ne demande l’autorisation ni à quelqu’un d’âgé ni à quelqu’un de jeune. Il ne laisse ni quelqu’un de fort, en bonne santé, ni quelqu’un de malade, ni un vieillard d’un âge avancé. Alors empressez-vous d’œuvrer pour votre au-delà avec les actes d’obéissance, avec le repentir avant de mourir.

Ayant tenu mes propos, je demande que Allah me pardonne, ainsi qu’à vous-même.

Second Discours[1] :

Al-hamdou lil-Lahi wassalatou was-salamou ^ala sayyidina Mouhammadin raçouli l-Lah ;
ya ‘ayyouha l-ladhina ‘amanou t-taqou l-Lah.

Allahoumma ghfir lil-mou’minina wal-mou’minat.

[1] Il s’agit des piliers selon Ach-Chafi^iyy pour ceux qui seraient amenés à donner le discours entièrement en français. Les piliers devraient être dits en arabe.