Accueil Khoutbah Khoutbah n°1075 : Les mérites du mois de Ramadan

Khoutbah n°1075 : Les mérites du mois de Ramadan

Ramadan est un mois dont le début est une miséricorde, le milieu est un pardon, et la fin est un affranchissement du feu de l’enfer. Un magnifique discours de l'APBIF sur les mérites du mois de Ramadan.

Khoutbah n°1075

Discours du vendredi 1er mai 2020 correspondant au 8 Ramada1441 de l’Hégire.

Les mérites du mois de Ramadan  

Al-hamdou lil-Lahi [1] wassalatou was-salamou ^ala sayyidina Mouhammad, raçouli l-Lah ; ya ‘ayyouha l-Ladhina ‘amanou t-taqou l-Lah.

La louange est à Allah, nous Le louons, nous recherchons Son aide. Nous demandons Sa bonne guidée. Nous recherchons Son pardon et nous faisons le repentir. Nous demandons à ce que Allah nous préserve du mal de nos âmes et de nos mauvaises œuvres. Celui que Allah guide, nul ne l’égare ; et celui qu’Il égare, nul ne le guide.

Je témoigne qu’il n’est de dieu que Allah, Lui seul. Il n’a pas d’associé, Il n’a pas de ressemblant. Il n’a ni d’équivalent, ni d’égal, ni de limites, ni de corps, ni d’organes. Il est unique, Il n’a besoin de rien. Il n’est pas engendré et Il n’engendre pas. Il n’a pas d’équivalent.

Et je témoigne que notre maître, notre bien-aimé, notre éminent et notre guide, la cause de notre joie, Mouhammad, est Son esclave et Son messager, Son élu et Son bien-aimé. Il est celui que Allah a envoyé en tant que miséricorde pour les Mondes, en tant que guide, annonciateur de bonnes nouvelles et avertisseur d’un châtiment.

Ô Allah, honore et élève davantage en degrés notre maître Mouhammad, ainsi que sa famille et les élus parmi ses compagnons.

Esclaves de Allah, je vous recommande ainsi qu’à moi-même de faire preuve de piété à l’égard de Allah, Al-^Aliyy, Al-^Adhim. Je commence par la meilleure des paroles, la parole de Allah. Notre Seigneur tabaraka wata^ala dit dans sourat Al-Baqarah :

﴿ شَهۡرُ رَمَضَانَ ٱلَّذِيٓ أُنزِلَ فِيهِ ٱلۡقُرۡءَانُ هُدٗى لِّلنَّاسِ وَبَيِّنَٰتٖ مِّنَ ٱلۡهُدَىٰ وَٱلۡفُرۡقَانِۚ فَمَن شَهِدَ مِنكُمُ ٱلشَّهۡرَ فَلۡيَصُمۡهُۖ وَمَن كَانَ مَرِيضًا أَوۡ عَلَىٰ سَفَرٖ فَعِدَّةٞ مِّنۡ أَيَّامٍ أُخَرَۗ يُرِيدُ ٱللَّهُ بِكُمُ ٱلۡيُسۡرَ وَلَا يُرِيدُ بِكُمُ ٱلۡعُسۡرَ وَلِتُكۡمِلُواْ ٱلۡعِدَّةَ وَلِتُكَبِّرُواْ ٱللَّهَ عَلَىٰ مَا هَدَىٰكُمۡ وَلَعَلَّكُمۡ تَشۡكُرُونَ ﴾

(chahrou Ramadana l-ladhi ‘ounzila fihi l-Qour’anou houdan lin-naçi wabayyinatin mina l-houda wal-fourqan ; faman chahida minkoumou ch-chahra falyasoumhou waman kana maridan ‘aw ^ala safarin fa^iddatoun min ‘ayyamin ‘oukhar ; youridou l-Lahou bikoumou l-yousra wala youridou bikoumou l-^ousra walitoukmilou l-^iddata walitoukabbirou l-Laha ^ala ma hadakoum wala^allakoum tachkouroun)

« C’est le mois de Ramadan dans lequel a été descendu Al-Qour’an comme guide pour les gens, comme indication de preuves de bonne guidée et de distinction entre le vrai et le faux. Celui d’entre vous qui est résident pendant ce mois, qu’il le jeûne. Et celui qui est malade ou en voyage, alors il rattrapera le nombre de jours non jeûnés plus tard. Allah vous accorde la facilité et ne vous ordonne pas de jeûner quand cela représente une grande difficulté pour vous. Allah vous ordonne de rattraper les jours que vous n’avez pas jeûnés [car vous étiez malades ou voyageurs] et de glorifier Allah pour la foi qu’Il vous a accordée. Puissiez-vous Le remercier. »

Il a été rapporté que Salman Al-Fariciyy a dit : « Le Messager de Allah nous a donné un discours le dernier jour de Cha^ban :

(( يَا أَيُّها النّاسُ قَدْ أَظَلَّكُمْ شَهْرٌ عَظِيمٌ مُبارَكٌ شَهْرٌ فِيهِ لَيْلَةٌ خَيْرٌ مِنْ أَلْفِ شَهْر، شَهْرٌ جَعَلَ اللهُ صِيامَهُ فَرِيضَةً وقِيامَ لَيْلِهِ تَطَوُّعًا وهُوَ شَهْرُ الصَّبْرِ، والصَّبْرُ ثَوابُهُ الجَنَّةُ، شَهْرُ الْمُواساةِ مَنْ فَطَّرَ فِيهِ صائِمًا كانَ مَغْفِرَةً لِذُنُوبِهِ وعِتْقَ رَقَبَتِهِ مِنَ النارِ وكانَ لَهُ مِثْلُ أَجْرِهِ مِنْ غَيْرِ أَنْ يَنْقُصَ مِنْ أَجْرِهِ شَىْءٌ ))

« Ô vous les gens, vous voici proches d’un mois éminent et béni. C’est un mois qui comporte une nuit qui est meilleure que mille mois. C’est un mois dont Allah a rendu le jeûne obligatoire et la veillée de ses nuits recommandée. C’est le mois de la patience ; et la récompense de la patience, c’est le Paradis. C’est le mois de la compassion et de la solidarité. Celui qui donne à un jeûneur de quoi rompre son jeûne, ce sera pour lui un pardon pour ses péchés et un affranchissement du feu de l’enfer. Et, il aura une récompense semblable[1] à la sienne sans qu’il ne soit diminué quoi que ce soit de sa récompense. »

Les compagnons ont alors dit : « Ô Messager de Allah, nous ne disposons pas tous de ce qui permet de donner à rompre le jeûne à un jeûneur. »

Il a alors répondu :

(( يُعْطِي اللهُ هَذا الثَّوابَ مَنْ فَطَّرَ صائِمًا عَلى تَمْرَةٍ أَوْ عَلَى شَرْبَةِ ماءٍ أَوْ مَذْقَةِ لَبَنٍ ومَنْ سَقَى صائِمًا سَقاهُ اللهُ مِنْ حَوْضِي شَرْبَةً لا يَظْمَأُ بَعْدَها حَتَّى يَدْخُلَ الجَنَّةَ وهُوَ شَهْرٌ أَوَّلُهُ رَحْمَةٌ وأَوْسَطُهُ مَغْفِرَةٌ وءاخِرُهُ عِتْقٌ مِنَ النّارِ اهـ ))

« Allah accorde cette récompense à celui qui donne à rompre le jeûne à un jeûneur, ne serait-ce qu’avec une datte ou une gorgée d’eau ou une gorgée de lait. Et celui qui donne à boire à un jeûneur, Allah l’abreuvera de mon bassin, après quoi, il n’aura plus jamais soif jusqu’à entrer au Paradis. Et c’est un mois dont le début est une miséricorde, le milieu est un pardon, et la fin est un affranchissement du feu de l’enfer. » [rapporté par Al-Bayhaqiyy et par d’autres

Al-Bayhaqiyy a rapporté dans Chou^abou l-‘Iman d’après le Messager que Allah ta^ala affranchit chaque jour de Ramadan, lors de la rupture du jeûne, mille fois mille personnes de l’enfer. Et le dernier jour du mois de Ramadan, Allah affranchit autant qu’Il en a affranchi du début jusqu’à la fin du mois. 

Que Allah fasse que nous soyons de ceux qui sont affranchis de l’enfer, en ce mois béni.

Mes frères de foi, le Seigneur nous a honorés par le fait de nous accorder parmi tous les mois, un mois dont nous passons les journées dans une adoration éminente. C’est un mois qui comporte des sagesses nobles et des récompenses immenses. Alors, il est indispensable de persévérer dans le jeûne en ces jours, en nous empressant pour accomplir cet acte d’obéissance éminent avec ardeur et volonté. Aussi, il est indispensable de faire preuve d’un grand sérieux en fournissant nos efforts afin d’obtenir des récompenses et du bien.

En vérité, Ramadan est un mois de bienfaits, un mois de tendresse, un mois de victoire sur les passions de son âme et un mois de victoire face aux suggestions du chaytan. Il convient qu’en ce mois honoré et béni dans lequel Allah a fait descendre le Qour’an, de suivre les traces du Prophète éminent, Mouhammad fils de ^Abdou l-Lah, que Allah l’honore et l’élève davantage en degrés. Il est celui qui a patienté, qui a encouru les difficultés dans la voie que Allah agrée afin d’élever haut la parole « la ‘ilaha ‘il-la l-Lah », diffusant ainsi la vérité et le bien parmi les gens.

En vérité, Ramadan est un mois duquel on retient les leçons. C’est le mois de la bataille de Badr et de la conquête de La Mecque… C’est le mois de la foi qui a changé beaucoup de choses puisque le Messager de Allah salla l-Lahou ^alayhi wasallam nous a appris que l’honneur dans l’au-delà ne sera que pour les gens qui ont la foi… Beaucoup de cœurs ont dès lors été rassurés. Grâce à cette foi, les âmes ont été tranquillisées. C’est la croyance musulmane qui a permis de rassembler Abou Bakr Al-Qourachiyy –de la tribu de Qouraych–, Bilal Al-Habachiyy –de la région de l’Abyssinie– et Souhayb Ar-Roumiyy –dit [2] le Romain–.

La croyance de l’Islam a transformé les compagnons en des hommes qui ont cru en Dieu et en Son Messager. Le bas monde n’était ni leur principal souci ni l’ultime objet de leur science. Ils ont dirigé la marche de la meilleure des manières au point que l’Islam est parvenu en différentes contrées de la terre. Ce sont des hommes qui avaient des âmes satisfaites et des ardeurs fortes, qui ne fléchissaient pas. Mes frères de foi, en ce mois éminent et béni, que chacun d’entre nous prenne exemple sur ces hommes, sur ces véritables hommes.

Ô vous, bien-aimés croyants, profitez des mérites de ce mois tout en espérant la sauvegarde de la part de Allah, afin que lorsque Ramadan s’achèvera, il vous soit pardonné. En effet, le Prophète a annoncé que lorsque le mois de Ramadan débute, les portes de la miséricorde et les portes du Paradis sont ouvertes, et les portes de l’enfer sont fermées et les diables sont enchaînés. Et à chaque nuit qui suit la rupture du jeûne, Allah ^azza wajall affranchit des gens de l’enfer.

Que Allah fasse que nous soyons, vous et moi, au nombre des affranchis de l’enfer, durant ce mois béni.

Je demande que Allah nous aide à jeûner, à veiller, à entretenir les relations avec nos proches, par le degré de Mouhammad, le meilleur des hommes.

Après avoir tenu mes propos, je demande que Allah me pardonne ainsi qu’à vous-mêmes.

Second Discours[3] :

Al-hamdou lil-Lahi wassalatou was-salamou ^ala sayyidina Mouhammadin raçouli l-Lah ;
ya ‘ayyouha l-ladhina ‘amanou t-taqou l-Lah.

Allahoumma ghfir lil-mou’minina wal-mou’minat.

 

[1] La signification de ce hadith est que celui qui donne à un jeûneur de quoi rompre son jeûne a une récompense éminente qui ressemble de ce point de vue à celle du jeûneur et non pas qu’il a une récompense égale à celle du jeûneur de tous les points de vue. 

[2] Souhayb fils de Sinan est arabe mais il a été pris en esclave par les romains quand il était petit, il est donc resté une période parmi eux.

[3] Il s’agit des piliers selon Ach-Chafi^iyy pour ceux qui seraient amenés à donner le discours entièrement en français. Les piliers devraient être dits en arabe.