Accueil Khoutbah Khoutbah n°1058 : Se fier à Allah et patienter face aux épreuves

Khoutbah n°1058 : Se fier à Allah et patienter face aux épreuves

Sache que si tous les humains et tous les jinn s’alliaient pour te nuire par quelque chose, ils ne te nuiront que par ce que Allah t’a prédestiné. Et si tous les humains et tous les jinn s’alliaient pour te faire profiter de quelque chose, ils ne te feront profiter que par ce que Allah t’a prédestiné.

Khoutbah n°1058

Discours du vendredi 3 janvier 2020 correspondant au 7 Joumada l-‘Oula 1441 de l’Hégire.

 Se fier à Allah et patienter face aux épreuves 

Al-hamdou lil-Lahi [1] wassalatou was-salamou ^ala sayyidina Mouhammad, raçouli l-Lah ; ya ‘ayyouha l-Ladhina ‘amanou t-taqou l-Lah.

La louange est à Allah, nous Le louons, nous recherchons Son aide, nous recherchons Sa bonne guidée, nous Le remercions, nous recherchons Son pardon, et nous nous repentons à Lui.. Nous recherchons la préservation de Allah contre le mal de nos âmes et de nos mauvais actes, celui que Allah guide, nul ne peut l’égarer et celui qu’Il égare, nul ne peut le guider. Je témoigne qu’il n’est de dieu que Allah, qu’Il est le dieu unique et qu’Il n’a pas d’associé, ni de ressemblant ni de semblable, ni d’équivalent, ni d’égal.

Je témoigne qu’il n’est de dieu que Allah, qu’Il est le dieu unique et Qui n’a pas d’associé, qu’Il n’a pas de semblable, ni de ressemblant, ni d’équivalent, qu’Il n’a pas de limite, ni de corps, ni de membre, qu’Il est unique et n’a besoin de rien, qu’Il n’engendre pas et qu’Il n’est pas engendré, et qu’Il n’a point d’équivalent. Je témoigne que notre maître, notre bien-aimé, notre éminence, notre guide, la cause de notre joie, Mouhammad est Son esclave et Son Messager. Celui qu’Il a élu et qu’Il agrée le plus, lui que Allah a envoyé en tant que miséricorde pour les mondes, en tant que guide, annonciateur de bonne nouvelle et avertisseur d’un châtiment. Ô Allah honore et élève davantage en degré et préserve sa communauté de ce qu’il craint pour elle, notre maître Mouhammad, le plus honoré des envoyés et le maître des premiers et des derniers, et honore sa famille et ses compagnons honorables dont les visages seront auréolés de lumière au Jour dernier.

Ô vous esclaves de Allah, je vous recommande ainsi qu’à moi-même de faire preuve de piété à l’égard de Allah, Al-^Aliyy, Al-^Adhim, Lui Qui dit dans un verset explicite de Son Livre :

﴿ وَمَن يَتَّقِ ٱللَّهَ يَجۡعَل لَّهُۥ مَخۡرَجٗا ٢ وَيَرۡزُقۡهُ مِنۡ حَيۡثُ لَا يَحۡتَسِبُۚ وَمَن يَتَوَكَّلۡ عَلَى ٱللَّهِ فَهُوَ حَسۡبُهُۥٓۚ إِنَّ ٱللَّهَ بَٰلِغُ أَمۡرِهِۦۚ قَدۡ جَعَلَ ٱللَّهُ لِكُلِّ شَيۡءٖ قَدۡرٗا ٣ ﴾

[Sourat AtTalaq / 2 et 3] (waman yattaqi l-Laha yaj^al lahou makhraja wayarzouqhou min haythou la yahtaçib, waman yatawakkal ^ala l-Lahi fahouwa hasbouh) ce qui signifie : « Celui qui fait preuve de piété à l’égard de Allah, Allah lui accorde une issue et une subsistance d’une voie à partir de laquelle il ne s’attendait pas à en recevoir. Et celui qui se fie à Allah, Allah lui donne sa suffisance. »

Mon frère musulman, tâche de faire en sorte de te fier totalement à Allah concernant la préservation et la subsistance, car Il est le Créateur de toute chose, ce qui est utile et ce qui est nuisible, et de tout ce qui entre en existence. N’aura lieu que ce que Allah veut. Fais preuve de piété à l’égard de Allah où que tu sois. Tâche de faire en sorte que ton souci ne soit pas l’agrément des gens afin de gagner un pouvoir, un bien ou une éloge. Fais preuve de piété à l’égard de Allah, ne prête attention à personne et sois comme le poète qui a dit :

Si j’arrive à obtenir Ton agrément,    ô Toi à Qui on le demande

Alors qu’importe tous les gens,          si jamais ils me réprimandent. 

Sache que si tous les humains et tous les jinn s’alliaient pour te nuire par quelque chose, ils ne te nuiront que par ce que Allah t’a prédestiné. Et si tous les humains et tous les jinn s’alliaient pour te faire profiter de quelque chose, ils ne te feront profiter que par ce que Allah t’a prédestiné. Alors fie-toi totalement à Allah ta^ala ! Aie confiance en Allah ! Ce que Allah veut est, et ce qu’Il ne veut pas n’est pas.

Mon frère musulman, rappelle-toi toujours que nous ne sommes pas au Paradis, mais que nous sommes maintenant dans le bas monde. Ce bas monde est une résidence d’épreuves, le bas monde trompe, nuit et puis s’en va. Fie-toi à Allah et patiente face à ce par quoi Allah t’a éprouvé. Garde-toi d’émettre des objections contre Allah. En effet, Allah ta^ala dit :

﴿ لَا يُسۡ‍َٔلُ عَمَّا يَفۡعَلُ وَهُمۡ يُسۡ‍َٔلُونَ ﴾

[sourat Al-‘Anbiya’ / 23] (la yous’alou ^amma yaf^alou wahoum yous’aloun) ce qui signifie : « Allah n’est pas interrogé au sujet de ce qu’Il fait, mais eux le seront », car Allah tabaraka wata^ala est le Créateur de toute chose. Il est Celui à Qui toute chose appartient. Il fait ce qu’Il veut de ce qui Lui appartient.

Patiente, tout comme Allah tabaraka wata^ala l’a ordonné dans le Qour’an honoré :

﴿ وَلَنَبۡلُوَنَّكُم بِشَيۡءٖ مِّنَ ٱلۡخَوۡفِ وَٱلۡجُوعِ وَنَقۡصٖ مِّنَ ٱلۡأَمۡوَٰلِ وَٱلۡأَنفُسِ وَٱلثَّمَرَٰتِۗ وَبَشِّرِ ٱلصَّـٰبِرِينَ  ٱلَّذِينَ إِذَآ أَصَٰبَتۡهُم مُّصِيبَةٞ قَالُوٓاْ إِنَّا لِلَّهِ وَإِنَّآ إِلَيۡهِ رَٰجِعُونَ ﴾

[sourat Al-Baqarah / 155 et 156] (walanablouwannakoum bichay’in mina l-khawfi wal-jou^i wanaqsin mina l-‘amwali wal-‘anfouçi wath-thamarati wabach-chiri ssabirina l-ladhina ‘idha ‘asabat-houm mousibatoun qalou ‘inna lil-Lahi wa‘inna ‘ilayhi raji^oun) ce qui signifie : « Nous vous éprouverons par un peu de crainte et de faim, et par un manque de biens, de personnes et de récoltes. Annonce la bonne nouvelle à ceux qui patientent, à ceux qui, lorsqu’ils sont atteints par une épreuve, disent : « Certes nous appartenons à Allah et nous serons ressuscités pour Son Jugement. » »

Mon frère musulman, si tu es atteint par une épreuve, alors prends exemple sur le Messager de Allah salla l-Lahou ^alayhi wasallam en matière de patience. D’après ‘Anas Ibnou Malik, que Allah l’agrée, Al-Boukhariyy a rapporté dans son Sahih ceci : « Lorsque je suis parti avec le Messager de Allah salla l-Lahou ^alayhi wasallam pour voir son fils ‘Ibrahim qui était en train d’agoniser, le Messager de Allah salla l-Lahou ^alayhi wasallam a pris son fils ‘Ibrahim, l’a embrassé et l’a senti. Ensuite, nous sommes partis, et ‘Ibrahim était toujours en train d’agoniser. C’est alors que les larmes  du Messager de Allah salla l-Lahou ^alayhi wasallam se sont mises à couler. Sur ce, ^Abdou r-Rahman Ibnou ^Awf, que Allah l’agrée, lui a dit : “Toi aussi, ô Messager de Allah ?” Il a répondu salla l-Lahou ^alayhi wasallam :

(( يَا ابْنَ عَوْفٍ إِنَّهَا رَحْمَةٌ ))

(ya bna ^Awf, ‘innaha rahmah) ce qui signifie : « Ô toi fils de ^Awf, ces [larmes] sont une miséricorde ! » Le Prophète salla l-Lahou ^alayhi wasallam a fait couler une autre larme et a dit :

(( إِنَّ العَيْنَ تَدْمَعُ وَالقَلْبَ يَحْزَنُ وَلاَ نَقُولُ إِلاَّ مَا يَرْضَى رَبُّنا وَإِنَّا بِفِرَاقِكَ يَا إِبْرَاهِيمُ لَـمَحْزُونُونَ ))

(‘inna l-^ayna tadma^, wal-qalba yahzan ; wala naqoulou ‘il-la ma yarda Rabbouna wa‘inna bifiraqika ya ‘Ibrahimou lamahzounoun) ce qui signifie : « Certes, les yeux pleurent, le cœur est chagriné ; mais nous ne disons que ce que notre Seigneur agrée. Et par ta séparation, ô ‘Ibrahim, nous sommes attristés.” »

Que Allah t’honore et t’élève davantage en degrés, toi mon maître, ô Messager de Allah !

Mes frères de foi, Allah ta^ala a juré dans le Qour’an dans sourat Al-Balad que l’être humain a été créé pour subir une vie d’épreuves, pour subir une vie de fatigue. Allah tabaraka wata^ala dit :

﴿ لَقَدۡ خَلَقۡنَا ٱلۡإِنسَٰنَ فِي كَبَدٍ ٤ ﴾

[sourat Al-Balad / 4] (laqad khalaqna l-‘insana fi kabad) ce qui signifie : « Nous avons créé l’être humain pour une vie d’épreuves. »

En effet, la première des épreuves à laquelle l’homme est confronté est la coupure du cordon ombilical. Ensuite, lorsqu’il est mis dans les langes, il endure l’étroitesse et la fatigue. Puis, il est confronté à l’allaitement, et s’il le rate il est perdu. Ensuite, il est confronté à la difficulté des dents qui poussent et d’articuler sa langue. Puis, il est confronté au sevrage qui est plus difficile pour lui que de recevoir des coups. Il est confronté ensuite à la circoncision, aux douleurs, au chagrin. Ensuite, il est confronté à ses enseignants et à leur autorité, aux éducateurs et leurs corrections, aux professeurs et au respect qu’on leur doit.

Puis, il est confronté au souci du mariage et au fait de ne pas le retarder. Suite à quoi, il est confronté aux préoccupations liées aux enfants et aux serviteurs. Puis, il est face à la nécessité de construire une maison, et à celle d’édifier des palais. Ensuite, c’est la vieillesse, la faiblesse des articulations, des genoux et des pieds, ainsi que de nombreuses épreuves trop longues à énumérer, dont les maux de tête et les douleurs des molaires, la conjonctivite, le tourment des dettes, le mal de dents et les douleurs aux oreilles. Il est confronté aux difficultés financières et à des épreuves physiques comme l’emprisonnement et les coups. Il ne se passe pas un seul jour sans qu’il ne subisse une difficulté et une épreuve. Puis après tout cela, il y a la mort. Puis, viendra l’interrogatoire des deux anges, puis la résurrection, puis le jugement après avoir rendu compte de ses actes, jusqu’à ce qu’il soit établi soit au Paradis, soit en enfer. Si tout cela dépendait de l’homme, il n’aurait choisi aucune de ces épreuves. Elles sont donc une preuve que l’être humain a un Créateur Qui lui prédestine ce qu’il lui arrive comme situation. Alors, qu’il se conforme à Son ordre.

Mes frères de foi, obéissez à l’ordre de Dieu. Recommandez-vous la pratique de la religion, recommandez-vous la patience. Mon frère honoré, la patience consiste à contraindre ton âme, à la forcer à supporter une difficulté ou à abandonner un plaisir. Attache-toi à la patience face à ce par quoi Allah t’a éprouvé. Ne désobéis pas à Allah à cause des épreuves. Patiente plutôt et contrains ton âme. Force-la à ne pas tomber dans la désobéissance à Allah à cause de l’épreuve. Et lors de l’épreuve, force-la à ne pas émettre d’objection envers Allah. Que Dieu nous préserve de désobéir et d’objecter envers Dieu ! Patiente pour accomplir les devoirs et pour éviter les péchés, car cela est un devoir.

Mon frère croyant, si tu es fortement attristé par une épreuve, si tu n’en peux plus à cause des difficultés, alors rends-toi dans un cimetière et visite tes parents, tes proches et tes frères décédés, et sache que tu auras le même devenir qu’eux. Sache que si le bas monde valait l’aile d’un moustique selon le jugement de Allah, Il n’y aurait pas accordé une gorgée d’eau au mécréant. Le bas monde est comme une prison pour les croyants et un paradis pour les mécréants. Alors, reste musulman jusqu’à la mort et surmonte les épreuves !

Tant que le bas monde laisse indemne           la religion d’un musulman,

ce qu’il rate dans le bas monde                      ne lui nuira pas absolument.

Mon frère croyant, ce que tu manges, tu vas le décomposer ! Ce que tu portes, tu vas l’user ! Mais ce que tu fais, tu en seras rétribué ! La mort est quelque chose de prédestiné, et le fait de quitter ses bien-aimés est une promesse qui sera réalisée. Le bas monde débute pour nous dans la faiblesse et la fatigue, et il s’achève pour nous dans la mort et les tombes. Alors fie-toi à Allah et remets-t’en totalement à Allah, patiente face aux épreuves que Allah te fais subir et garde-toi d’émettre des objections contre Allah en disant : « Ô Allah ! »

Après avoir tenu mes propos, je demande que Allah me pardonne ainsi qu’à vous-mêmes.

Second Discours [1] :

Al-hamdou lil-Lahi wassalatou was-salamou ^ala sayyidina Mouhammadin raçouli l-Lah ;
ya ‘ayyouha l-ladhina ‘amanou t-taqou l-Lah.

Allahoumma ghfir lil-mou’minina wal-mou’minat.

[1] Il s’agit des piliers selon Ach-Chafi^iyy pour ceux qui seraient amenés à donner le discours entièrement en français. Les piliers devraient être dits en arabe.