Accueil Khoutbah Khoutbah n°1051 : Le Prophète Mouhammad

Khoutbah n°1051 : Le Prophète Mouhammad

Mouhammad, les cœurs s’attendrissent pour lui … Mouhammad, les âmes se réjouissent grâce à lui … Mouhammad, les yeux se mettent à briller pour lui… Au souvenir de Mouhammad les larmes de ceux qui l’aiment se mettent à couler… Une magnifique khoutbah sur le meilleur des hommes.

Khoutbah n°1051

Discours du vendredi 15 novembre 2019 correspondant au 18 rabi^ al-awwal 1441 de l’Hégire.

 Le Prophète Mouhammad

Al-hamdou lil-Lahi [1] wassalatou was-salamou ^ala sayyidina Mouhammadi r-raçouli l-Lah ; ya ‘ayyouha l-Ladhina ‘amanou t-taqou l-Lah.

La louange est à Allah. Je loue Allah ta^ala et je L’implore de me guider sur le chemin de droiture. Je recherche Son pardon et je me repens à Lui. Je recherche la préservation de Allah contre le mal de mon âme et de mes mauvais actes. Celui que Allah guide, nul ne peut l’égarer, et celui qu’Il égare, nul ne peut le guider. Je témoigne qu’il n’est de dieu que Allah, qu’Il est le dieu unique et qu’Il n’a ni associé, ni semblable, ni équivalent ni égal ; qu’Il a créé les endroits et n’a donc ni localisation, ni endroit, ni direction ; qu’Il a créé le comment et n’a donc ni comment, ni forme, ni image, ni membres. Et je témoigne que notre maître et notre bien-aimé, notre éminence et notre guide, la cause de notre joie, Mouhammad, est Son esclave et Son messager. Que Allah accorde davantage d’honneur et d’élévation en degrés et davantage d’apaisement à Mouhammad ainsi qu’à tout prophète qu’Il ait jamais envoyé. Que Allah, Celui Qui dispense Ses bienfaits à toutes Ses créatures, qu’elles soient reconnaissantes ou pas, Celui Qui accorde beaucoup de miséricordes aux croyants, que Allah élève en honneur et en degré et apaise davantage notre maître Mouhammad et que les anges des plus hauts rangs ainsi que les prophètes, les martyrs et les vertueux demandent encore plus d’honneur et d’élévation en degré et davantage d’apaisement quant au sort de sa communauté en faveur de notre maître Mouhammad, le fils de ^Abdou l-Lah, le sceau des prophètes, le maître des messagers, l’Imam des pieux et le bien aimé du Seigneur des mondes, autant de fois que l’une quelconque des créatures glorifie Allah.

Que te soient accordés l’honneur et l’élévation en degré ainsi que la préservation de ce que tu crains pour ta communauté, ô Mouhammad, toi l’étendard de la bonne guidée, toi le père de Zahrah, toi le père de Qaçim, ô Mouhammad, nos propres moyens de voir nos vœux exaucés sont bien réduits, mais toi, tu es la cause par laquelle nous espérons être exaucés, alors aies conscience de notre besoin, ô Messager de Allah, par la volonté de Allah.

Esclaves de Allah, je vous recommande ainsi qu’à moi-même de faire preuve de piété à l’égard de Allah, Al-^Aliyy, Al-^Adhim, Lui Qui dit dans une ayah explicite de Son Livre :

﴿لَقَدۡ جَآءَكُمۡ رَسُولٞ مِّنۡ أَنفُسِكُمۡ عَزِيزٌ عَلَيۡهِ مَا عَنِتُّمۡ حَرِيصٌ عَلَيۡكُم بِٱلۡمُؤۡمِنِينَ رَءُوفٞ رَّحِيمٞ﴾

[sourat At-Tawbah / 128] (laqad ja’akoum raçouloun min ‘anfouçikoum ^azizoun ^alayhi ma ^anittoum harisoun ^alaykoum bil-mou’minina ra’oufoun rahim) ce qui signifie : « Il est bien venu à vous un messager issu d’entre les vôtres, qui a de la compassion pour ce que vous endurez, qui veille à vous faire parvenir le bien ; bienveillant et miséricordieux envers les croyants. »

Mes frères de foi, aujourd’hui si Dieu le veut, nous allons parler de notre maître et de notre guide, de la cause de notre joie, de notre éminence, notre prophète Mouhammad ^alayhi ssalatou was-salam, celui au sujet duquel Son Seigneur a dit :

﴿وَمَآ أَرۡسَلۡنَٰكَ إِلَّا رَحۡمَةٗ لِّلۡعَٰلَمِينَ﴾

[sourat Al-‘Anbiya/ 107] (wama ‘arsalnaka ‘il-la rahmatan lil-^alamin) ce qui signifie : « Et Nous ne t’avons envoyé qu’en tant que miséricorde pour les mondes. »

Mouhammad, les cœurs s’attendrissent pour lui … Mouhammad, les âmes se réjouissent grâce à lui … Mouhammad, les yeux se mettent à briller pour lui… Au souvenir de Mouhammad les larmes de ceux qui l’aiment se mettent à couler… Comment n’en serait-il pas ainsi… ? Comment n’éprouverions-nous pas de la langueur et de la nostalgie pour celui pour qui le chameau a pleuré quand il l’a vu et à qui il s’est plaint du poids excessif de sa charge… ? Comment n’éprouverions-nous pas de langueur et de la nostalgie pour celui pour qui le tronc de palmier sec a éclaté en sanglots lorsqu’il s’était séparé de lui… ? Comment n’éprouverions-nous pas de la langueur et de la nostalgie pour celui pour qui le tronc a gémi comme un enfant jusqu’à ce qu’il l’ait touché et serré dans ses bras salla l-Lahou ^alayhi wasallam ?

Alors, ô vous peuple des musulmans, du bois a éclaté en sanglots pour le Messager de Allah salla l-Lahou ^alayhi wasallam, tant il avait envie et tant cela lui manquait d’être à son contact. Alors vous êtes bien plus à même de ressentir une envie et un manque profonds de sa présence, salla l-Lahou ^alayhi wasallam. Ainsi n’aie pas honte mon frère croyant, toi qui aime le Messager de Allah salla l-Lahou ^alayhi wasallam, n’aie pas honte des larmes qui perlent dans tes yeux à son souvenir salla l-Lahou ^alayhi wasallam, en éprouvant de l’amour et un manque profond de sa présence.

À vous qui aimez le Messager de Allah salla l-Lahou ^alayhi wasallam ! Ses qualités ^alayhi ssalatou was-salam t’amènent à l’aimer ; ses traits de caractère te poussent à le glorifier davantage, chacun de ses excellents caractères sont autant de preuves de son haut degré :

La politesse de sa convivialité, la douceur de son comportement, son dévouement à la bienfaisance, sa générosité à prodiguer de la nourriture, sa promptitude à passer le salam, sa régularité à visiter les malades, son engagement dans les préparatifs funéraires, son bon voisinage, sa clémence et son aptitude à réconcilier les gens ; sa générosité, sa grandeur d’âme, sa capacité à étouffer sa colère et à pardonner aux gens, et son éloignement total de ce que l’Islam a interdit, comme la médisance, le mensonge, la perfidie, la trahison, la tromperie, le fait de rapporter des paroles des uns aux autres pour semer la discorde, le mauvais comportement, l’orgueil, l’animosité, la jalousie, l’injustice et tout ce qui serait de nature à dissuader les gens d’accepter son appel salla l-Lahou ^alayhi wasallam.

Le plus indulgent des gens fut bien Mouhammad ; le plus courageux des gens fut bien Mouhammad ; le plus équitable des gens fut bien Mouhammad ; le plus chaste des gens fut bien Mouhammad ; le plus généreux des gens fut bien Mouhammad ; le plus intelligent des gens fut bien Mouhammad ; et le plus pudique des gens fut bien Mouhammad salla l-Lahou ^alayhi wasallam.

Le Prophète salla l-Lahou ^alayhi wasallam réparait lui-même ses sandales ; il raccommodait lui-même ses vêtements ; il accomplissait chez lui les tâches ménagères comme le fait chez lui tout un chacun. Il lui est arrivé salla l-Lahou ^alayhi wasallam de presser une pierre contre son ventre à cause de la faim. Il mangeait ce qu’on lui présentait et ne refusait pas ce qu’il trouvait. Allah est véridique, Lui Qui a dit :

﴿وَإِنَّكَ لَعَلَىٰ خُلُقٍ عَظِيمٖ﴾

[sourat Al-Qalam / 4] (wa‘innaka la^ala khoulouqin ^adhim) ce qui signifie : « Tu as certes des caractères éminents. »

Il était le plus éloquent des gens dans son discours et le plus agréable des gens dans ses paroles. Sa parole était distincte au point que tous ceux qui l’écoutaient pouvaient la comprendre. Il avait ^alayhi ssalatou was-salam une voix haute et la plus belle intonation parmi les gens ; Al-Bara, que Allah l’agrée a dit : « Je n’ai jamais entendu quelqu’un ayant une voix plus belle que la sienne. »

Mes frères de foi, lorsque notre maître Dawoud faisait le tasbih et glorifiait Dieu, les montagnes et les oiseaux faisaient le tasbih avec lui à cause de la beauté de sa voix ^alayhi ssalatou was-salam. Allah ta^ala dit à son sujet :

﴿۞وَلَقَدۡ ءَاتَيۡنَا دَاوُۥدَ مِنَّا فَضۡلٗاۖ يَٰجِبَالُ أَوِّبِي مَعَهُۥ وَٱلطَّيۡرَۖ وَأَلَنَّا لَهُ ٱلۡحَدِيدَ﴾

[sourat Saba’ / 10] (walaqad ‘atayna Dawouda minna fadlan ya jibalou ‘awwibi ma^ahou wattayra wa‘alanna lahou l-hadid) ce qui signifie : « Nous avons accordé à Dawoud une grâce de Notre part : ô vous, montagnes, et vous, oiseaux, faites le tasbih avec lui. Et Nous avons rendu le fer souple entre ses mains. »

D’autre part, il a été accordé à notre maître Youçouf la moitié de la beauté existant chez les humains. C’est dire qu’il était extrêmement beau. Allah ta^ala dit à son sujet :

﴿فَلَمَّا رَأَيۡنَهُۥٓ أَكۡبَرۡنَهُۥ وَقَطَّعۡنَ أَيۡدِيَهُنَّ وَقُلۡنَ حَٰشَ لِلَّهِ مَا هَٰذَا بَشَرًا إِنۡ هَٰذَآ إِلَّا مَلَكٞ كَرِيمٞ﴾

[sourat Youçouf / 31] (falamma ra‘aynahou ‘akbarnahou waqatta^na ‘aydiyahounna waqoulna hacha lil-Lahi ma hadha bacharan ‘in hadha ‘il-la malakoun karim) ce qui signifie : « Quand elles le virent, elles furent stupéfaites d’admiration au point de s’en tailler les mains ; elles avaient dit : « Gloire à Dieu, ce n’est pas un homme, ce n’est qu’un ange honoré ! » »

Quant à notre maître Mouhammad salla l-Lahou ^alayhi wasallam, il a dit :

(( مَا بَعَثَ اللهُ نَبِيًّا إِلَّا حَسَنَ الوَجْهِ حَسَنَ الصَّوْتِ وإِنَّ نَبِيَّكُمْ أَحْسَنُهُمْ وَجْهًا وأَحْسَنُهُمْ صَوْتًا ))

(ma ba^atha l-Lahou nabiyyan ‘il-la haçana l-wajhi haçana ssawti wa‘inna nabiyyakoum ‘ahçanouhoum wajhan wa‘ahçanouhoum sawta) ce qui signifie : « Allah n’a envoyé aucun prophète sans qu’il ait un beau visage et une belle voix, mais certes, votre prophète est celui d’entre eux qui a le plus beau visage et la plus belle voix. »

Il avait ^alayhi ssalatou was-salam une belle barbe, des sourcils arqués et fins… il avait des yeux noirs ornés de kouhl… son corps ne comportait aucun défaut, il était de taille moyenne, sa poitrine était large, sa tête bien proportionnée avec un large front, le haut de son nez était élevé et sa partie médiane légèrement bombée, de la naissance de son nez jaillissait une clarté resplendissante. Ses deux incisives supérieures étaient légèrement espacées. Il avait des joues douces et planes et des dents très blanches. Il n’était ni gras ni sec mais de corpulence moyenne. Il avait les mains larges au sens propre comme au sens figuré. Il marchait à vive allure et d’un pas ample.

Que davantage d’honneur et d’élévations en degrés te soient accordés, ô mon maître, ô Messager de Alla! Combien ta personne est belle ! Combien tes caractères sont parfaits ! Combien ton mérite est grand sur ta communauté ! Ensemble par recherche de l’agrément de Dieu dans l’amour de Mouhammad ! Que Allah t’honore et t’élève davantage en degrés dans la vie de l’au-delà et dans la vie d’ici-bas.

Voici donc mes propos et je demande à Allah qu’Il me pardonne ainsi qu’à vous-mêmes.

Second Discours[1] :

Al-hamdou lil-Lahi wassalatou was-salamou ^ala sayyidina Mouhammadi r-raçouli l-Lah ; ya ‘ayyouha l-Ladhina ‘amanou t-taqou l-Lah. Allahoumma ghfir lil-mou’minina wal-mou’minat.

[1] Il s’agit des piliers selon Ach-Chafi^iyy pour ceux qui seraient amenés à donner le discours entièrement en français. Les piliers devraient être dits en arabe.