Accueil Khoutbah Khoutbah n°1048 : Le mérite de faire l’invocation en faveur du Prophète...

Khoutbah n°1048 : Le mérite de faire l’invocation en faveur du Prophète et de faire son éloge

L'invocation en faveur du Prophète "Salla l-Lahou ^alayhi wasallam" signifie: Ô Allah élève davantage le degré du Prophète et apaise ses craintes quant au sort de sa communauté.

 

Khoutbah n°1048

Discours du vendredi 25 octobre 2019 correspondant au 26 safar 1441 de l’Hégire.

Le mérite de faire l’invocation en faveur du Prophète et de faire son éloge

Al-hamdou lil-Lahi [1] wassalatou was-salamou ^ala sayyidina Mouhammadi r-raçouli l-Lah ; ya ‘ayyouha l-Ladhina ‘amanou t-taqou l-Lah.

La louange est à Allah, nous Le louons, nous recherchons Son aide, nous recherchons Sa bonne guidée, nous Le remercions. Nous demandons à Allah de nous préserver du mal de nos âmes et de nos mauvaises œuvres. Celui que Allah guide, nul ne peut l’égarer et celui que Allah égare, nul ne peut le guider. Je témoigne qu’il n’est de dieu que Allah, qu’Il est le dieu unique et qu’Il n’a pas d’associé, ni de semblable, ni d’équivalent, ni d’égal. Et je témoigne que notre maître et notre bien-aimé, notre éminence et notre guide, la cause de notre joie, celui qui est cher à nos cœurs, Mouhammad, est Son esclave et Son messager, Son élu et Son bien-aimé, que Allah lui accorde davantage d’honneur et d’élévation en degrés ainsi qu’à tout messager qu’Il ait jamais envoyé. Que l’honneur, l’élévation en degrés et l’apaisement quant au sort de ta communauté te soient accordés, à toi, mon maître, ô Messager de Allah.

نَطَقَ الفُؤادُ وبِالغَرامِ أَجابَكُمْ            أَنا مَذْهَبِي عَنْ حُبِّكُمْ لا أَذْهَبُ

nataqa l-fou’adou wabil-gharami ‘ajabakoum          

                                                                                    ‘ana madh-habi ^an houbbikoum la ‘adh-habou

Le cœur s’est exprimé et vous a répondu avec un amour éperdu

                                   Ma voie, quant à moi, est de ne jamais dévier de celle de votre amour

Que l’élévation en honneur et en degrés et l’apaisement quant au sort de ta communauté te soient accordés, ô toi, sur qui est descendu le Livre révélé, ô toi Abou l-Qacim, ô toi Abou zZahra, ô Mouhammad.

Esclaves de Allah, je vous recommande ainsi qu’à moi-même la piété à l’égard de Allah, Lui Qui dit dans les versets explicites de Son livre :

﴿إِنَّ ٱللَّهَ وَمَلَـٰٓئِكَتَهُۥ يُصَلُّونَ عَلَى ٱلنَّبِيِّۚ يَٰٓأَيُّهَا ٱلَّذِينَ ءَامَنُواْ صَلُّواْ عَلَيۡهِ وَسَلِّمُواْ تَسۡلِيمًا﴾

[sourat Al-‘Ahzab / 56] (inna l-Laha wamala’ikatahou yousallouna ^ala n-nabiyy ya’ayyouha l-ladhina ‘amanou sallou ^alayhi wasallimou taslima) ce qui signifie : « Certes Allah glorifie et élève davantage en degré le Prophète, et les anges font des invocations en sa faveur. Vous qui êtes croyants, invoquez Allah pour qu’Il le glorifie et l’élève davantage en degré, et qu’Il apaise les craintes du Prophète quant au sort de sa communauté. » Assalat dont il est question dans cette ayah, veut dire la glorification. Allah a glorifié le rang de Mouhammad et nous a ordonné de Lui demander, soubhanah, assalat, c’est-à-dire d’augmenter notre maître Mouhammad en honneur et en gloire, et de Lui demander as-salam en faveur du Prophète, c’est-à-dire de l’apaiser quant au sort de sa communauté.

الله عظَّمَ قَدْرَ محمّدٍ                             وأَنالهُ فضلًا لديهِ عظيمًا

Allahou ^adhdhama qadra Mouhammadin        wa’analahou fadlan ladayhi ^adhima

Allah a glorifié le rang de Mouhammad     Et lui a accordé une éminente grâce,

في مُحكَمِ التَنزيلِ قال لِخَلقِهِ           صَلُّوا عليهِ وسَلّموا تَسليمًا

fi mouhkami t-tanzili qala likhalqihi              sallou ^alayhi wasallimou taslima

Par un terme explicite du Livre révélé, Il dit aux créatures

                                                de demander davantage d’élévation en honneur,     

                                                                        d’apaisement des craintes et de sérénité

Chers frères de foi, il a été rapporté dans le mérite de l’invocation en faveur du Prophète salla l-Lahou ^alayhi wasallam plusieurs hadith parmi lesquels il y a ce qu’a rapporté An-Naça’iyy :

((  مَنْ صَلَّى عَلَيَّ مِنْ أُمَّتِي صَلاةً مُخْلِصًا مِنْ قَلْبِهِ صَلَّى اللهُ عَلَيْهِ بِها عَشْرَ صَلَواتٍ ورَفَعَهُ بِها عَشْرَ دَرَجاتٍ وكَتَبَ لَهُ بِها عَشْرَ حَسَناتٍ ومَحَا عَنْهُ عَشْرَ سَيئاتٍ ))

(man salla ^alayya min ‘oummati salatan moukhlisan min qalbihi salla l-Lahou ^alayhi biha ^achra salawatin warafa^ahou biha ^achra darajatin wakataba lahou biha ^achra haçanatin wamaha ^anhou ^achra sayyi’at) ce qui signifie : « Celui de ma communauté qui fait en ma faveur, en étant sincère pour Dieu, une invocation venant de son cœur, grâce à elle, Allah l’augmente en honneur et l’élève de dix degrés. Grâce à elle, Il lui inscrit dix bonnes actions. Et grâce à elle, Il lui efface dix mauvaises actions. »

Et il a dit salla l-Lahou ^alayhi wasallam, dans ce qu’a rapporté l’Imam Ahmad :

(( صَلُّوا عَلَيَّ فَإِنَّها زَكاةٌ لَكُمْ واسْأَلُوا اللهَ لِي الوَسِيلَةَ فَإِنَّها دَرَجَةٌ في أَعْلَى الجَنَّةِ لا يَنالُها إِلَّا رَجُلٌ وأَرْجُو أَنْ أَكُونَ أَنا هُوَ ))

(sallou ^alayya fa’innaha zakatoun lakoum was’alou l-Laha li l-wacilata fa’innaha darajatoun fi ‘a^la l-jannati la yanalouha ‘il-la rajouloun wa’arjou ‘an ‘akouna ‘ana hou) ce qui signifie : « Faites des invocations en ma faveur, car ce sera une source de purification pour vous et demandez à Allah qu’Il m’accorde la wacilah, car c’est un haut degré au Paradis que n’obtiendra qu’un seul homme et j’espère être celui-là. »

Et il a dit ^alayhi ssalatou was-salam dans ce qu’a rapporté Mouslim :

(( إِذا سَمِعْتُمُ الْمُؤَذِّنَ فَقُولُوا مِثْلَ ما يَقُولُ ثُمَّ صَلُّوا عَلَيَّ فَإِنَّهُ مَنْ صَلَّى عَلَيَّ صَلاةً صَلَّى اللهُ عَلَيْهِ بِها عَشْرًا ثُمَّ سَلُوا اللهَ لِي الوَسِيلَةَ فَإِنَّها مَنْزِلَةٌ في الجَنَّةِ لا تَنْبَغِي إِلَّا لِعَبْدٍ مِنْ عِبادِ اللهِ وأَرْجُو أَنْ أَكُونَ أَنا هُوَ فَمَنْ سَأَلَ لِي الوَسِيلَةَ حَلَّتْ لَهُ الشَّفاعَةُ ))

(‘idha sami^toumou l-mou’adh-dhina faqoulou mithla ma yaqoulou thoumma sallou ^alayya fa’innahou man salla ^alayya salatan salla l-Lahou ^alayhi biha ^achran thoumma salou l-Laha li l-wacilata fa’innaha manzilatoun fi l-jannati la tanbaghi ‘il-la li^abdin min ^ibadi l-Lahi wa’arjou ‘an ‘akouna ‘ana houwa faman sa’ala li l-wacilata hallat lahou ch-chafa^ah) ce qui signifie : « Lorsque vous entendez le mou’adh-dhin, répétez ce qu’il dit ; puis faites l’invocation en ma faveur, car celui qui fait une invocation en ma faveur, Allah l’élève de dix degrés ; puis demandez à Allah qu’Il m’accorde la wacilah, car c’est un degré au Paradis qui ne sera accordé qu’à un seul des esclaves de Allah et j’espère être celui-là ; celui qui demande en ma faveur la wacilah aura mon intercession. »

Et il a dit salla l-Lahou ^alayhi wasallam, dans ce qu’ont rapporté At-Tirmidhiyy et Ibnou Hibban :

(( إِنَّ أَوْلَى الناسِ بِي يَوْمَ القِيامَةِ أَكْثَرُهُمْ عَلَيَّ صَلاةً ))

(‘inna ‘awla n-naci bi yawma l-qiyamati ‘aktharouhoum ^alayya salatan) ce qui signifie : « Les gens les plus proches de moi [par le mérite]au Jour du jugement, sont ceux qui auront fait le plus d’invocations en ma faveur. »

Alors, Seigneur, fais que nous soyons de leur nombre, ô Toi qui accorde beaucoup de grâces, ô Allah, honore et élève d’avantage en degrés notre maître Mouhammad, celui à qui Tu as accordé un mérite par lequel il a dépassé les gens des orients et des occidents. Ô Allah, honore et élève d’avantage en degrés le Prophète Mouhammad autant de fois que l’évoquent ceux qui évoquent et autant de fois qu’oublient de l’évoquer ceux qui l’oublient.

Mes frères de foi, Allah soubhanah nous a ordonné de glorifier notre maître Mouhammad salla l-Lahou ^alayhi wasallam, ainsi Il dit :

﴿فَٱلَّذِينَ ءَامَنُواْ بِهِۦ وَعَزَّرُوهُ وَنَصَرُوهُ وَٱتَّبَعُواْ ٱلنُّورَ ٱلَّذِيٓ أُنزِلَ مَعَهُۥٓ أُوْلَـٰٓئِكَ هُمُ ٱلۡمُفۡلِحُونَ﴾

[sourat Al-^Alaq / 157] (fal-ladhina ‘amanou bihi wa^azzarouhou wanasarouhou wattaba^ou n-noura l-ladhi ‘ounzila ma^ahou ‘oula’ika houmou l-mouflihoun) ce qui signifie : « Ceux qui ont cru en le Messager, qui ont fait son éloge et l’ont glorifié, qui l’ont soutenu et qui ont suivi la lumière qui a été descendue avec lui, ceux-là sont les gagnants. »

Sa parole (wa^azzarouh) signifie donc « Ceux qui ont vanté ses mérites, qui ont fait son éloge et l’ont glorifié. » Ainsi le respecter, avoir de la considération pour lui, lui rendre hommage et le glorifier salla l-Lahou ^alayhi wasallam est une obligation qui fait partie des obligations les plus importantes de la religion, c’est l’une des œuvres de ceux qui réussissent et c’est la voie des saints et des vertueux.

Il nous a été rapporté dans les Sounan de Ibnou Majah d’après Anas Ibnou Malik que le Prophète salla l-Lahou ^alayhi wasallam, passant par l’un des quartiers de Médine, avait entendu des jeunes filles qui tapaient du douff et chantaient en disant : « Nous sommes des filles des descendants de An-Najar, quel bon voisin que Mouhammad », c’est alors que le Prophète salla l-Lahou ^alayhi wasallam leur a dit :

(( اللهُ يَعْلَمُ إِني لَأُحِبُّكُنَّ ))

(Allahou ya^lamou ‘inni la’ouhibboukounn) ce qui signifie : « Allah sait que vraiment je vous aime. »

Et ceci chers bien-aimés est une preuve qu’il est méritoire de faire l’éloge du Messager de Allah tout en tapant du douff, car le Messager salla l-Lahou ^alayhi wasallam ne s’est jamais tu devant quelque chose de blâmable. Non seulement il ne les a pas blâmées pour ce qu’elles étaient en train de faire mais au contraire il leur a adressé des paroles de louange pour cela. Ceci indique que faire l’éloge du Prophète, en étant seul ou en groupe, avec ou sans douff, est un acte qui fait mériter l’agrément de Allah, c’est un acte qui est agréé, ce n’est pas une mauvaise innovation comme le prétendent ceux qui interdisent le Mawlid honoré.

D’autant plus que Allah soubhanahou wata^ala fait l’éloge de Son Prophète, celui qu’Il agrée le plus, l’Élu, par de nombreuses ‘ayah dans Son Livre honoré. Il a ainsi manifesté ses caractères louables, l’honneur de son état et l’éminence de son degré et de son mérite. Il a dit :

﴿وَإِنَّكَ لَعَلَىٰ خُلُقٍ عَظِيمٖ ٤﴾

[sourat Al-Qalam / 4] (wa’innaka la^ala khoulouqin ^adhim) ce qui signifie : « Tu as certes un caractère éminent. »

Et Allah ta^ala a dit :

﴿وَمَآ أَرۡسَلۡنَٰكَ إِلَّا رَحۡمَةٗ لِّلۡعَٰلَمِينَ﴾

[sourat Al-‘Anbiya/ 107] (wama ‘arsalnaka ‘il-la rahmatan lil-^alamin) ce qui signifie : « Nous ne t’avons envoyé qu’en tant que miséricorde pour les mondes. »

Et Allah soubhanah a dit :

﴿لَقَدۡ جَآءَكُمۡ رَسُولٞ مِّنۡ أَنفُسِكُمۡ عَزِيزٌ عَلَيۡهِ مَا عَنِتُّمۡ حَرِيصٌ عَلَيۡكُم بِٱلۡمُؤۡمِنِينَ رَءُوفٞ رَّحِيمٞ ﴾

[sourat At-Tawbah / 128] (laqad ja’akoum raçouloun min ‘anfouçikoum ^azizoun ^alayhi ma ^anittoum harisoun ^alaykoum bil-mou’minina ra’oufoun rahim) ce qui signifie : « Vous avez reçu un messager qui est l’un d’entre vous, qui éprouve de la peine pour ce que vous endurez, qui veille sur vous, compatissant et miséricordieux envers les croyants. »

Comment serait-il permis après tout cela d’interdire à quelqu’un de faire l’éloge du Prophète salla l-Lahou ^alayhi wasallam, éloge dont le caractère méritoire nous est parvenu dans la Chari^ah, et comment serait-il permis de prétendre que ce serait une forme d’outrance ??

Chers bien-aimés, il a été rapporté de Soufyan Ath-Thawriyy, que Allah l’agrée, qu’il a dit : « J’ai vu un homme dans la campagne qui faisait l’invocation en faveur du Prophète chaque fois qu’il posait ou qu’il levait un pied. Je lui ai dit :

–   mon frère, tu délaisses le tasbih, le tahlil et tu te consacres à l’invocation en faveur du Prophète, as-tu quelque chose à dire à ce sujet ? Il m’a dit alors :

–   Qui es-tu ? Je lui ai dit :

–   Je suis Soufyan Ath-Thawriyy. Il m’a dit :

–   Si tu n’étais pas l’une des personnes les plus émérites de ton époque, je ne te dévoilerais aucunement mon état, pas plus que je ne te donnerais à connaître mon secret. Puis il a dit : Je suis parti avec mon père pour accomplir le pèlerinage à la Maison sacrée ; alors que nous avions atteint l’une de nos étapes, mon père est tombé malade. J’ai alors veillé sur lui pour le soigner. Alors que je me tenais au niveau de sa tête, il est mort et son visage a noirci. J’ai alors tiré son pagne pour couvrir son visage, puis le sommeil m’a gagné et je me suis assoupi. C’est alors que j’ai vu un homme, et je n’ai jamais vu quelqu’un d’aussi beau que lui, ni personne porter des vêtements plus propres que les siens, ni avoir un meilleur parfum, il a marché, un pas après l’autre jusqu’à s’approcher de mon père, il a soulevé l’habit qui couvrait son visage et il a passé sa main sur le visage de mon père. Son visage est alors redevenu blanc. Alors qu’il allait repartir, je me suis agrippé à son vêtement et je lui ai dit :

–   Qui es-tu, que Dieu te fasse miséricorde. Allah m’a fait grâce par ta venue ainsi qu’à mon père dans cette résidence où nous sommes tous deux étrangers. Il m’a dit :

–   Tu ne me reconnais pas ? Je suis Mouhammad fils de ^Abdou l-Lah, je suis celui à qui a été révélé le Qour’an. Ton père était quelqu’un qui commettait beaucoup de péchés, mais il faisait beaucoup d’invocations en ma faveur. Lorsque lui est arrivé ce qui lui est arrivé, il a demandé mon secours ; je suis celui qui vient au secours de ceux qui font beaucoup d’invocations en ma faveur. L’homme a dit :

–   Je me suis réveillé, j’ai dévoilé le visage de mon père et j’ai constaté qu’il était effectivement redevenu blanc. » Fin de citation

Ô Allah honore et élève davantage en degrés, d’une manière complète et parfaite, notre maître Mouhammad, celui grâce auquel les difficultés sont dénouées et les tourments dissipés, celui grâce auquel sont réglées les affaires, sont réalisés les souhaits et sont obtenues les fins heureuses ; il est celui par le visage duquel on demande la pluie. Honore-le ainsi que sa famille et ses compagnons, ô Toi le Seigneur des mondes. Ô Allah, par le degré de ton Prophète, de celui que Tu as élu, fais qu’il s’attendrisse sur nous et guéris-nous par un regard de sa part, ô Allah, Toi qui accorde beaucoup de grâces, honore-nous par le fait de lui rendre visite et de rester à ses côtés. Ô Allah, fais qu’il intercède en notre faveur, fais que nous puissions boire de son bassin, accorde-nous de boire de ce bassin après lequel nous n’aurons plus jamais soif, ô Toi Qui accorde beaucoup de bienfaits, ô Toi Qui a la majesté et la munificence.

Ayant tenu mes propos, je demande que Allah me pardonne ainsi qu’à vous-même.

Second Discours[1] :

Al-hamdou lil-Lahi wassalatou was-salamou ^ala sayyidina Mouhammadin raçouli l-Lah ;
ya ‘ayyouha l-ladhina ‘amanou ttaqou l-Lah
.

Allahoumma ghfir lil-mou’minina wal-mou’minat.

[1] Il s’agit des piliers selon Ach-Chafi^iyy pour ceux qui seraient amenés à donner le discours entièrement en français. Les piliers devraient être dits en arabe.