Accueil Khoutbah Khoutbah n°1026 : L’obligation de la Zakat

Khoutbah n°1026 : L’obligation de la Zakat

Faites-vous partie de ceux pour qui la zakat est un devoir ? Si c’est le cas, avez-vous appris sur quoi vous devez payer la zakat et combien vous devez payer ? À qui vous devez la donner et quand la donner?

Khoutbah n°1026

Discours du vendredi 24 mai 2019 correspondant au 19 ramadan 1440 de l’Hégire.

L’obligation de la Zakat  

Al-hamdou lil-Lahi [1] wassalatou was-salamou ^ala sayyidina Mouhammadi r-raçouli l-Lah ; ya ‘ayyouha l-Ladhina ‘amanou t-taqou l-Lah.

La louange est à Allah, nous Le louons soubhanahou wata^ala, nous recherchons Son aide, nous recherchons sa bonne guidée, nous Le remercions, nous demandons qu’Il nous pardonne et nous nous repentons à Lui. Nous demandons que Allah nous préserve du mal de nos âmes et de nos mauvaises œuvres. Celui que Allah guide, nul ne peut l’égarer et celui qu’Il égare, nul ne peut le guider.

La louange est à Allah qui a fait que la zakat soit purificatrice pour les âmes, une purification et une bénédiction pour elles. Il a ordonné à Ses esclaves de la donner par miséricorde envers eux. Il a fait l’éloge de ceux qui la donnent et Il leur a promis une récompense éminente. Il a menacé ceux qui s’abstiennent de la verser d’un châtiment douloureux, puisque l’or ou l’argent qu’ils auront épargnés et pour lequel ils n’auront pas versé la zakat sera chauffé à blanc dans le feu de l’enfer, et leurs fronts, leurs côtés et leur dos en seront brûlés.

Je témoigne qu’il n’est de dieu que Allah, qu’Il est le dieu unique et qu’Il n’a pas d’associé. Ainsi il n’y a pas d’être qui soit comme Son Être, il n’y a pas d’attribut qui soit comme Ses attributs et il n’y a pas d’acte qui soit comme Ses actes. Il est exempt d’imperfection, absolument rien n’est pareil à Lui.

Je témoigne que notre maître Mouhammad est Son esclave et Son Messager. Ô Allah, honore et élève davantage en degré Mouhammad, d’un honneur et d’une élévation en degré par lesquels on demande que nos affaires soient réglées, nos tourments soient dissipés, le mal que nous craignons nous soit épargné, et préserve-le ainsi que ses proches musulmans d’une grande préservation.

Esclaves de Allah, je vous recommande ainsi qu’à moi-même de faire preuve de piété à l’égard de Allah, Al-^Aliyy, Al-Qadir, Lui Qui dit dans un verset explicite de Son Livre :

﴿وَٱلَّذِينَ يَكۡنِزُونَ ٱلذَّهَبَ وَٱلۡفِضَّةَ وَلَا يُنفِقُونَهَا فِي سَبِيلِ ٱللَّهِ فَبَشِّرۡهُم بِعَذَابٍ أَلِيمٖ يَوۡمَ يُحۡمَىٰ عَلَيۡهَا فِي نَارِ جَهَنَّمَ فَتُكۡوَىٰ بِهَا جِبَاهُهُمۡ وَجُنُوبُهُمۡ وَظُهُورُهُمۡۖ هَٰذَا مَا كَنَزۡتُمۡ لِأَنفُسِكُمۡ فَذُوقُواْ مَا كُنتُمۡ تَكۡنِزُونَ﴾

[sourat At-Tawbah / 34 et 35] (wal-ladhina yaknizouna dh-dhahaba wal-fiddata wala younfiqounaha fi sabilil l-Lahi fabach-chirhoum bi^adhabin ‘alim ; yawma youhma ^alayha fi nari jahannama fatoukwa biha jibahouhoum wajounoubouhoum wadhouhourouhoum hadha ma kanaztoum li’anfousikoum fadhouqou ma kountoum taknizoun) ce qui signifie : « Ceux qui thésaurisent l’or et l’argent et ne les dépensent pas dans la voie que Allah agrée, annonce leur un châtiment douloureux ; le jour où ils seront brûlés en enfer et où leurs fronts, ainsi que leurs côtés et leurs dos en seront brûlés, voici ce que vous mettiez de côté pour vous-mêmes, goûtez à ce que vous amassiez ! »

Mes frères de foi, Allah ta^ala a ordonné d’accomplir des obligations, ne manquez pas de les accomplir. Il a fixé des limites, ne les dépassez pas. Il a interdit d’autres choses, ne les commettez pas. Parmi ce que Allah ta^ala nous a ordonné d’accomplir, il y a la zakat. Son obligation a été instaurée la deuxième année de l’Hégire. La zakat, chers frères de foi, compte au nombre des sujets les plus importants de l’Islam, comme l’ont rapporté Al-Boukhariyy et Mouslim d’après le Messager de Allah salla l-Lahou ^alayhi wasallam :

(( بُنِيَ الإِسْلامُ عَلى خَمْسٍ شَهادَةِ أَنْ لا إِلَهَ إِلاَّ اللهُ وَأَنَّ مُحَمَّدًا رَسُولُ اللهِ وَإِقَامِ الصَّلاَةِ وَإِيتَاءِ الزَّكَاةِ وَحَجِّ البَيْتِ وَصَوْمِ رَمَضَانَ ))

(bouniyal-‘Islamou ^ala khams : chahadati ‘an la ‘ilaha ‘il-la l-Lahou wa‘anna Mouhammadan raçoulou l-Lah, wa‘iqami ssalati wa‘ita’i zzakati wahajjil-bayti wasawmi Ramadan) ce qui signifie : « L’Islam est fondé sur cinq principaux devoirs : le témoignage qu’il n’est de dieu que Allah et que Mouhammad est le Messager de Allah, l’accomplissement de la prière, l’acquittement de la zakat, le pèlerinage à la Maison Sacrée et le Jeûne de Ramadan. »

Mon frère en Islam, fais-tu partie de ceux pour qui la zakat est un devoir ?

Si c’est le cas, as-tu appris sur quoi tu dois payer la zakat et combien tu dois payer ? À qui tu dois la donner et quand la donner ?

Chers frères de foi, la personne responsable qui possède un bien sur lequel la zakat est obligatoire doit apprendre les détails qui s’y rapportent pour s’acquitter de cette obligation de la manière convenable selon la religion.

Sur quoi la zakat est-elle un devoir chers frères de foi ? La zakat est un devoir sur les chameaux, les bovins, les chèvres et les moutons. Par conséquent, si tu possèdes des chameaux, des bovins, des chèvres ou des moutons, alors tu dois demander aux gens de science si la zakat est un devoir pour toi, sur ce que tu possèdes, et combien tu dois donner au titre de la zakat.

La zakat est également un devoir sur les dattes, les raisins secs et les récoltes que les gens prennent comme nourriture de base, quand ils ont le choix et non pas en période de famine, comme le blé, l’orge, les pois chiches, les fèves et le maïs. Si tu possèdes des vergers dans lesquels il y a des dattiers ou des vignes, alors tu dois demander aux gens de science si la zakat est un devoir pour toi sur les fruits de ton verger et combien tu dois en donner au titre de la zakat.

Si tu possèdes des champs dans lesquels tu cultives ce que les gens prennent comme nourriture de base en période de choix, comme le blé, l’orge, les pois chiches, les fèves, les lentilles et ce qui est de cet ordre, alors tu devras demander aux gens de science si la zakat est un devoir pour toi sur tes récoltes et combien tu dois en donner au titre de la zakat.

La zakat est également obligatoire sur l’or et l’argent métal, que la personne les ait obtenus en les achetant, ou bien reçus en dons, ou extraits de l’endroit dans lequel Allah les a créés, après les avoir nettoyés de la terre, ou encore trouvés enfouis depuis l’époque de la jahiliyyah dans une terre commune à l’ensemble des gens. Si tu possèdes quelque chose de ce genre, tu devras demander aux gens de science si la zakat est obligatoire pour toi sur la part d’or et d’argent que tu possèdes, et combien, le cas échéant, tu dois donner comme zakat pour l’or et l’argent métal.

La zakat est également obligatoire sur les biens commerciaux, c’est-à-dire les biens qu’on achète et qu’on vend dans le but de faire des bénéfices, comme par exemple les vêtements, les poulets, le fer ou autres, pour celui qui en fait le commerce. Si tu es un commerçant, tu devras demander aux gens de science si la zakat est un devoir sur toi ou pas, concernant les biens de ton commerce et combien tu dois en donner au titre de zakat.

Voici en résumé les biens sur lesquels la zakat est un devoir. Nous n’oublierons pas bien sûr la zakat de la fin du jeûne, parce qu’elle est un devoir pour celui qui a vécu une partie de Ramadan et une partie de Chawwal, c’est-à-dire qui était vivant pendant Ramadan et toujours vivant après le coucher du soleil du dernier jour de Ramadan. La zakat de la fin du jeûne est alors un devoir sur tout musulman, sur lui-même et sur tous ceux qui sont à sa charge s’ils sont musulmans.

Mes frères de foi, beaucoup de gens ne versent pas la zakat, ou bien en versent une partie mais moins que la part obligatoire, ou bien la donnent à des gens qui n’y ont pas droit. Celui qui est responsable –moukallaf– et qui possède un bien sur lequel la zakat est obligatoire doit apprendre les détails qui s’y rapportent. Celui qui fait preuve de manquement en cela, c’est-à-dire qu’il n’a pas appris les sujets de la zakat qui lui sont obligatoires d’apprendre et a failli à s’acquitter de la zakat qui lui est obligatoire de verser, alors qu’il se rattrape avant qu’il ne soit trop tard. Car s’abstenir de payer la zakat compte au nombre des grands péchés, retarder son versement par rapport à son temps sans excuse est également un grand péché, comme l’a dit le Prophète salla l-Lahou ^alayhi wasallam :

(( لعَنَ اللهُ آكِلَ الرِّبَا وَمُوكِلَهُ وَمَانِعَ الزَّكَاةِ ))

[rapporté par Ibnou Hibban] (la^ana l-Lahou ‘akila r-riba wamoukilahou wamani^a zzakah) ce qui signifie : « Allah a maudit ceux qui consomment le riba, ceux qui le donnent à consommer et ceux qui s’abstiennent de payer la zakat. »

Chers frères de foi, celui à qui Allah a accordé des biens et qui ne s’acquitte pas de sa zakat, son bien au Jour du jugement lui sera présenté sous forme d’un serpent, énorme, qui l’étouffera et lui dira : « C’est moi ton bien, c’est moi ton trésor ! »

Chers frères de foi, au Jour du jugement, Allah fait que ceux qui ont fait preuve d’avarice et se sont abstenus de payer la zakat porteront un collier qui enserrera leur cou. Allah tabaraka wata^ala dit :

﴿ وَلَا يَحۡسَبَنَّ ٱلَّذِينَ يَبۡخَلُونَ بِمَآ ءَاتَىٰهُمُ ٱللَّهُ مِن فَضۡلِهِۦ هُوَ خَيۡرٗا لَّهُمۖ بَلۡ هُوَ شَرّٞ لَّهُمۡۖ سَيُطَوَّقُونَ مَا بَخِلُواْ بِهِۦ يَوۡمَ ٱلۡقِيَٰمَةِۗ وَلِلَّهِ مِيرَٰثُ ٱلسَّمَٰوَٰتِ وَٱلۡأَرۡضِۗ وَٱللَّهُ بِمَا تَعۡمَلُونَ خَبِيرٞ﴾

[sourat ‘Ali- ^Imran / 180] (wala yahsabanna l-ladhina yabkhalouna bimaatahoumou l-Lahou min fadlihi houwa khayran lahoum bal houwa charroun lahoum sayoutawwaqouna ma bakhilou bihi yawma l-qiyamati walil-Lahi mirathou s-samawati wal-‘ardi wal-Lahou bima ta^malouna khabir) ce qui signifie : « Que ceux qui ont été avares des biens que Allah leur a accordés ne pensent pas que ce sera un bien pour eux ; en réalité, ce sera un mal pour eux. Leurs biens les étoufferont au Jour du jugement. À Allah revient la possession des cieux et de la terre et Allah sait tout de ce que vous faites. »

Alors prends garde, mon frère musulman, d’être de ce genre-là. Sois plutôt au nombre de ceux à propos desquels Allah dit :

﴿ رِجَالٞ لَّا تُلۡهِيهِمۡ تِجَٰرَةٞ وَلَا بَيۡعٌ عَن ذِكۡرِ ٱللَّهِ وَإِقَامِ ٱلصَّلَوٰةِ وَإِيتَآءِ ٱلزَّكَوٰةِ يَخَافُونَ يَوۡمٗا تَتَقَلَّبُ فِيهِ ٱلۡقُلُوبُ وَٱلۡأَبۡصَٰرُ﴾

[sourat An-Nour / 37] (rijaloun la toulhihim tijaratoun wala bay^oun ^an dhikri l-Lahi wa’iqami ssalati wa’ita’i zzakati takhafouna yawman tataqallabou fihi l-qouloubou wal-‘absar) ce qui signifie : « Des hommes qu’aucun commerce ni aucune vente ne détournent de l’évocation de Dieu, de l’accomplissement de la prière ou de l’acquittement de la zakat. Ils craignent un jour dans lequel les cœurs et les regards seront animés de crainte. »

Craignez Dieu, ô vous, esclaves de Dieu, donnez ce que Allah vous a ordonné de donner avant qu’il ne soit trop tard. Avant que ne vienne un Jour où ni les biens ni les enfants ne seront d’aucune utilité sauf pour ceux qui viendront avec un cœur sauf de toute mécréance. Allah tabaraka wata^ala dit :

﴿ وَأَنفِقُواْ مِن مَّا رَزَقۡنَٰكُم مِّن قَبۡلِ أَن يَأۡتِيَ أَحَدَكُمُ ٱلۡمَوۡتُ فَيَقُولَ رَبِّ لَوۡلَآ أَخَّرۡتَنِيٓ إِلَىٰٓ أَجَلٖ قَرِيبٖ فَأَصَّدَّقَ وَأَكُن مِّنَ ٱلصَّـٰلِحِينَ وَلَن يُؤَخِّرَ ٱللَّهُ نَفۡسًا إِذَا جَآءَ أَجَلُهَاۚ وَٱللَّهُ خَبِيرُۢ بِمَا تَعۡمَلُونَ﴾

[sourat Al-Mounafiqoun / 10-11] (wa’anfiqou min ma razaqnakoum min qabli ‘an ya’tiya ‘ahadakoumou l-mawtou fayaqoula Rabbi lawla ‘akhkhartani ‘ila ‘ajalin qaribin fa’asaddaqa wa’akoun mina ssalihin, walan you’akhkhira l-Lahou nafsan ‘idha ja’a ‘ajalouha wal-Lahou khabiroun bima ta^maloun) ce qui signifie : « Et donnez de la subsistance que Allah vous a accordée avant que ne vienne à l’un d’entre vous la mort et qu’il ne dise : « Seigneur, si tu me donnais encore un court répit, je donnerais de la zakat et je serais au nombre des vertueux. » Mais Allah ne retarde le terme de personne lorsque son terme est venu. Allah sait absolument tout de ce que vous faites. »

Je demande à Allah qu’Il nous accorde la réussite pour accomplir ce qu’Il agrée, certes Il est sur toute chose tout puissant et Il est miséricordieux envers Ses esclaves et Il sait toute chose les concernant.

Ayant tenu mes propos, je demande que Allah me pardonne ainsi qu’à vous-mêmes.

Second Discours [1] :

Al-hamdou lil-Lahi wassalatou was-salamou ^ala sayyidina Mouhammadin raçouli l-Lah ; ya ‘ayyouha l-ladhina ‘amanou ttaqou l-Lah.

Allahoumma ghfir lil-mou’minina wal-mou’minat.

[1] Il s’agit des piliers selon Ach-Chafi^iyy pour ceux qui seraient amenés à donner le discours entièrement en français. Les piliers devraient être dits en arabe.