Accueil Khoutbah Khoutbah n°1012 : Ceux qui sont agréés par Allah

Khoutbah n°1012 : Ceux qui sont agréés par Allah

Discours en Français

Discours en Arabe et en Français

Discours en Arabe

Khoutbah n°1012

Discours du vendredi 15 février 2019, correspondant au 10 joumada l-‘akhirah 1440 de l’Hégire

Ceux qui sont agréés par Allah

Al-hamdou lil-Lahi [1] wassalatou was-salamou ^ala sayyidina Mouhammadi r-raçouli l-Lah ; ya ‘ayyouha l-Ladhina ‘amanou t-taqou l-Lah.

La louange est à Allah. La louange est toujours à Allah et que le salut soit sur ceux qu’Il a élus au rang de la prophétie. La louange est à Allah Celui Qui est unique et Qui ne se divise pas, Celui Qui n’a besoin de rien et Dont tous ont besoin, Qui n’engendre pas et Qui n’est pas engendré, et Qui n’a absolument aucun égal. Je Le loue, gloire à Lui Qui est exempt d’imperfection, je recherche Son aide et Sa bonne guidée, je me repens à Lui et je recherche Son Pardon. Je demande à Allah qu’Il nous préserve du mal de nos âmes et de nos mauvaises œuvres. Celui que Allah guide, le voilà le bien guidé et celui que Allah égare, tu ne trouveras personne pour le préserver ni pour le guider.

Que l’honneur et l’élévation en degré ainsi que l’apaisement quant au sort de sa communauté, les plus parfaits et les plus complets, soient accordés à notre maître Mouhammad, le maître des fils de ^Adnan, que Allah a envoyé en tant que miséricorde pour les mondes, en tant que sceau des prophètes et des messagers, sur qui Allah a fait descendre le Qour’an, le Livre clair et compréhensible. Il a appelé à l’obéissance à Allah et a lutté dans la voie que Allah agrée, il a combattu l’idolâtrie et l’adoration d’autre que Dieu, il a invité à être sincère dans les œuvres pour Dieu uniquement et à repousser l’hypocrisie. Il était salla l-Lahou ^alayhi wasallam généreux, il a encouragé à venir en aide aux pauvres et aux miséreux, à être de ceux qui prodiguent de leurs biens avec générosité et munificence. Allah a fait que le prophète soit la cause du fondement d’une communauté, la meilleure qui ait jamais émergée pour les gens. Alors que Allah le rétribue pour ce qu’il nous a apporté, du meilleur de ce dont Il a jamais rétribué l’un de Ses prophètes.

Je témoigne qu’il n’est de dieu que Allah, Celui Qui a la souveraineté absolue, Celui Dont l’unicité et la toute-puissance est manifeste, Qui a la supériorité par la puissance et la domination sur toute chose.

Je témoigne que Mouhammad est le Messager de Allah, qui a tenu parole et fut parfaitement honnête. Que mon Seigneur l’honore et l’élève davantage en degrés ainsi que sa famille et ses compagnons bons et purs.

Chers bien-aimés musulmans, Allah ta^ala dit dans le Qour’an honoré :

﴿وَمَن يُطِعِ ٱللَّهَ وَٱلرَّسُولَ فَأُوْلَـٰٓئِكَ مَعَ ٱلَّذِينَ أَنۡعَمَ ٱللَّهُ عَلَيۡهِم مِّنَ ٱلنَّبِيِّ‍ۧنَ وَٱلصِّدِّيقِينَ وَٱلشُّهَدَآءِ وَٱلصَّـٰلِحِينَۚ وَحَسُنَ أُوْلَـٰٓئِكَ رَفِيقٗا ﴾

[sourat An-Niça’ / 69] (waman youti^i l-Laha war-raçoula fa’oula’ika ma^a l-ladhina ‘an^ama l-Lahou ^alayhim mina nabiyyina wassiddiqina wach-chouhada’i wassalihina wahaçouna ‘oula’ika rafiqa) ce qui signifie : « Qui obéit à Allah et au Messager sera avec ceux que Allah a comblés de bienfaits:  les prophètes, les véridiques, les martyrs et les vertueux ; et quelle bonne compagnie que la compagnie de ceux-là. »

Bonheur à celui qui aura fait partie de ceux que Allah ta^ala agrée, à celui qui se sera attaché à ceux que Allah agrée. Bonheur à celui qui aura suivi ceux que Allah agrée, bonheur à tous ceux qui seront concernés par la parole de Allah :

﴿أَلَآ إِنَّ أَوۡلِيَآءَ ٱللَّهِ لَا خَوۡفٌ عَلَيۡهِمۡ وَلَا هُمۡ يَحۡزَنُونَ ٱلَّذِينَ ءَامَنُواْ وَكَانُواْ يَتَّقُونَ لَهُمُ ٱلۡبُشۡرَىٰ فِي ٱلۡحَيَوٰةِ ٱلدُّنۡيَا وَفِي ٱلۡأٓخِرَةِۚ لَا تَبۡدِيلَ لِكَلِمَٰتِ ٱللَّهِۚ ذَٰلِكَ هُوَ ٱلۡفَوۡزُ ٱلۡعَظِيمُ﴾

[sourat Younous / 62 à 64] (‘ala ‘inna ‘awliya’a l-Lahi la khawfoun ^alayhim wala houm yahzanoun, ‘al-ladhina ‘amanou wakanou yattaqoun, lahoumou l-bouchra fi l-hayati d-dounya wafi l-‘akhirah) ce qui signifie : « Certes, les saints [ceux qui sont agréés par Allah] n’auront pas peur et ne seront pas chagrinés. [Il s’agit de] ceux qui ont été croyants et qui ont fait preuve de piété. Ils auront l’annonce de bonne nouvelle dans le bas-monde et dans l’au-delà. »

Bonheur à ceux qui sont concernés par la Parole de Allah dans le hadith Qoudsiyy :

(( أَعْدَدْتُ لِعِبَادِيَ الصَّالِحِينَ مَا لاَ عَيْنٌ رَأَتْ وَلاَ أُذُنٌ سَمِعَتْ وَلاَ خَطَرَ عَلَى قَلْبِ بَشَرٍ ))

[rapporté par Al-Boukhariyy et Mouslim] (‘a^dattou li^ibadiya ssalihina ma la ^aynoun ra’at wala ‘oudhounoun sami^at wala khatara ^ala qalbi bachar) ce qui signifie : « J’ai réservé pour Mes esclaves vertueux, ce qu’aucun œil n’a vu, aucune oreille n’a entendu et qui n’a même pas effleuré le cœur d’un humain. »

Bonheur à celui qui a suivi Adam, Mouça et ^Iça, bonheur à celui qui a suivi Dawoud, Soulayman, ‘Ayyoub et Younous, bonheur à celui qui a suivi Mouhammad ^alayhi ssalatou was-salam d’une manière complète.

            L’honneur que l’esclave obtiendra sera en fonction de l’honneur de son état, en ce qui concerne la croyance et les actes. L’esclave n’obtiendra pas un haut degré dans les hauteurs de ^il-liyin du simple fait qu’il a un bel aspect et qu’il plaît à ceux qui le voit. La félicité est pour celui qui s’est préparé pour ce qui vient après la mort et pour celui qui fait partie de ceux qui œuvrent dans la voie que Allah agrée. Bonheur à celui qui construit pour les musulmans et qui ne détruit pas. Bonheur à celui qui suit les traces des prophètes, des véridiques, des martyrs et des vertueux pour être avec eux dans les plus hauts degrés de ^il-liyin.

Œuvrer dans la voie que Allah agrée est un honneur pour celui qui œuvre ainsi. Œuvrer dans la voie que Allah agrée élève l’état de celui qui œuvre ainsi. Construire dans la voie que Allah agrée élève le degré de celui qui construit ainsi. Pour cela, Allah ta^ala dit à propos de Son esclave agréé Mouhammad ^alayhi ssalatou was-salam :

﴿وَرَفَعۡنَا لَكَ ذِكۡرَكَ ٤﴾

[sourat Ach-Charh / 4] (warafa^na laka dhikrak) ce qui signifie : « Nous avons élevé l’évocation de ton nom. »

Celui qui est agréé selon le jugement de Allah, c’est celui qui est dans un état que Allah agrée, c’est celui qui s’attache à la Loi de Allah, qui accomplit les devoirs et qui évite les péchés. Une telle personne, lorsqu’elle meurt, ne sera pas suppliciée dans sa tombe ni dans son au-delà. Les prophètes de Allah ^azza wajall, ont les plus hauts des degrés. Nul ange, ni aucun saint parmi les humains ne les égalent, quel que soit le sérieux dont ils font preuve dans l’obéissance et dans l’adoration. Abou Bakr n’arrivera pas au degré de Jésus (^Iça) ou de Moïse (Mouça). Et ^Oumar Ibnou l-Khattab, ^Outhman et ^Aliyy n’arriveront pas au degré de l’un des prophètes, quel que soit leur ardeur dans l’obéissance. Le statut de prophète ne peut s’acquérir, c’est Allah ta^ala qui spécifie des êtres qu’Il agrée parmi tous Ses esclaves et en fait des prophètes, annonciateurs de bonnes nouvelles et avertisseurs du châtiment. En raison du haut degré de Mouça fils de ^Imran, Allah ta^ala a fait son éloge par sa parole :

﴿وَكَانَ عِندَ ٱللَّهِ وَجِيهٗا﴾

[sourat Al-‘Ahzab / 69] (wakana ^inda l-Lahi wajiha) ce qui signifie : « Il a un haut degré selon le jugement de Allah. »

Quelle chose étonnante que ces gens prétendant faussement le soufisme, le tasawwouf, lorsqu’ils attribuent au prophète de Allah Mouça que Allah lui aurait dit : « Est-ce que tu penses que tu es meilleur qu’un chien galeux ? et qu’il aurait répondu : « Non » et que Allah ^azza wajall lui aurait dit : « Si tu avais répondu oui, je t’aurais effacé du registre des prophètes. »

Est-ce que quelqu’un de sensé ira dire une chose pareille, mensongère et calomnieuse, à propos d’un prophète vertueux, alors même que Allah dit à son sujet :

﴿وَكَانَ عِندَ ٱللَّهِ وَجِيهٗا﴾

(wakana ^inda l-Lahi wajiha) ce qui signifie : « Il a un haut degré selon le jugement de Allah. »

Ceux qui rapportent de telles histoires tout comme ceux qui les racontent, sont pareils à ceux qui ont eu l’ordre d’agir conformément à la Tawrat mais qui ne l’ont pas fait, à l’exemple d’un âne qui transporte de précieux livres de science.

            Les esclaves agréés de Allah ne calomnient pas les prophètes de Allah, les esclaves agréés de Allah ne racontent pas de fausses histoires à propos de Allah, les esclaves agréés de Allah ne falsifient pas le Livre de Allah. Comment un esclave peut-il être agréé selon le jugement de Allah ? L’élévation et le haut degré d’un esclave vient de son attachement à ce que Allah lui a ordonné d’accomplir. Le haut degré selon le jugement de Allah ne tient pas au fait d’avoir un beau physique, un joli visage, un ventre tendu, un cou gonflé, les poches pleines ou d’avoir plusieurs comptes bancaires remplis d’argent. Ce qui compte selon le jugement de Allah tabaraka wata^ala, c’est l’attachement à la Voie révélée par Allah. Ce qui compte selon le jugement de Allah ta^ala, c’est l’attachement au Livre de Allah. Ce qui compte selon le jugement de Allah ta^ala, après le maintien sur la bonne croyance, c’est d’œuvrer pour accomplir ce qui est utile aux musulmans, d’œuvrer pour régler leurs affaires, les affaires des veuves, des orphelins, des pauvres et des démunis. Les esclaves agréés de Allah ta^ala, ce sont les prophètes et ceux qui les ont suivis parfaitement.

            Le haut degré selon le jugement de Allah ta^ala n’est pas lié à la richesse. L’Imam Mouslim a rapporté qu’une des prostituées des fils de ‘Israil était musulmane, mais qu’elle pratiquait la fornication. Elle avait vu un jour un chien tourner autour d’un puits, près de mourir de soif. C’est alors que cette femme a retiré sa chaussure, a puisé de l’eau avec dans le puits et a donné à boire au chien. Allah lui a pardonné grâce à cela. Qu’ont donc tous ces gens à négliger de donner à boire à des âmes pures, à des enfants qui pleurent, à des veuves dont la situation est déplorable, à des hommes sur les joues desquels les larmes faillent couler à cause des soucis, des épreuves et de la cherté de la vie.

Celui qui est agréé selon le jugement de Allah, est comme Allah ta^ala le dit à propos de Ibrahim ^alayhi s-salam :

 ﴿وَلَقَدۡ ءَاتَيۡنَآ إِبۡرَٰهِيمَ رُشۡدَهُۥ مِن قَبۡلُ وَكُنَّا بِهِۦ عَٰلِمِينَ﴾

[sourat Al-‘Anbiya’ / 51] (walaqad ‘atayna ‘Ibrahima rouchdahou min qablou wakounna bihi ^alimin) ce qui signifie : « Nous avons accordé bien auparavant à ‘Ibrahim sa bonne guidée et Nous savions tout de lui. »

Il a appelé son peuple à croire en Allah et à rejeter l’adoration des idoles, mais ce à quoi ‘Ibrahim les a appelés comme croyance et unicité, ne leur a pas plu. Ils ont dit : « Brûlez-le et soutenez vos dieux. » Mais Allah ta^ala a promis Sa victoire dans Sa Parole :

﴿قُلۡنَا يَٰنَارُ كُونِي بَرۡدٗا وَسَلَٰمًا عَلَىٰٓ إِبۡرَٰهِيمَ﴾

[sourat Al-‘Anbiya’ / 69] (qoulna ya narou kouni bardan wasalaman ^ala ‘Ibrahim) ce qui signifie : « Nous avons dit : ô feu, sois fraicheur et paix pour ‘Ibrahim. »

            Nouh ^alayhi s-salam, lui qui était l’éminent dignitaire selon le jugement de Allah, a appelé son peuple durant mille années moins cinquante. Malgré cela, quand ils étaient passés auprès de lui alors qu’il construisait son navire en terre d’Irak avant le déluge, ils l’avaient frappé salla l-Lahou ^alayhi wasallam jusqu’à ce qu’il s’évanouisse. Allah ta^ala dit :

﴿وَنُوحًا إِذۡ نَادَىٰ مِن قَبۡلُ فَٱسۡتَجَبۡنَا لَهُۥ فَنَجَّيۡنَٰهُ وَأَهۡلَهُۥ مِنَ ٱلۡكَرۡبِ ٱلۡعَظِيمِ﴾

[sourat Al-‘Anbiya’ / 76] (waNouhan ‘idh nada min qablou fa-stajabna lahou fanajjaynahou wa’ahlahou mina l-karbi l-^adhim) ce qui signifie : « Et Nouh, après qu’il a appelé, Nous l’avons exaucé et l’avons donc sauvé lui et sa famille du grand déluge. »

            Le bas-monde est une résidence d’épreuves, il se peut qu’un prophète soit éprouvé dans ses biens, dans ses enfants ou dans sa santé, et il se peut qu’un mécréant, quelqu’un qui manque de sagesse ou quelqu’un de vil soit éprouvé dans ses biens, ses enfants ou sa santé ; mais ce qui compte, c’est d’avoir un degré selon le jugement de Allah, gloire à Lui, et non pas de prétendre avoir un haut degré sur les dépouilles des pauvres.

            À propos de Dawoud ^alayhi s-salam, Allah ^azza wajall dit :

﴿وَكُلًّا ءَاتَيۡنَا حُكۡمٗا وَعِلۡمٗاۚ وَسَخَّرۡنَا مَعَ دَاوُۥدَ ٱلۡجِبَالَ يُسَبِّحۡنَ وَٱلطَّيۡرَۚ وَكُنَّا فَٰعِلِينَ﴾

[sourat Al-‘Anbiya’ / 79] (wakoullan ‘atayna houkman wa^ilman wasakhkharna ma^a Dawouda l-jibala youçabbihna wattayra wakounna fa^ilin) ce qui signifie : « À chacun Nous avons accordé une sagesse et une science ; et Nous avons asservis à Dawoud les montagnes qui glorifient Allah ainsi que les oiseaux. »

Et Il dit également :

﴿وَلِسُلَيۡمَٰنَ ٱلرِّيحَ عَاصِفَةٗ تَجۡرِي بِأَمۡرِهِۦٓ﴾

[sourat Al-‘Anbiya’ / 81] (waliSoulaymana r-riha ^asifatan tajri bi’amrih) ce qui signifie : « …et à Soulayman, [Nous avons accordé] le vent, un vent puissant qui l’emporte où il veut…»

Et Il dit également :

﴿وَمِنَ ٱلشَّيَٰطِينِ مَن يَغُوصُونَ لَهُۥ وَيَعۡمَلُونَ عَمَلٗا دُونَ ذَٰلِكَۖ وَكُنَّا لَهُمۡ حَٰفِظِينَ﴾

(wamina ch-chayatina man yaghousouna lahou waya^malouna ^amalan douna dhalik) ce qui signifie : « …et des jinn mécréants qui plongent lui chercher des trésors dans la mer ou font d’autres travaux autres que cela » c’est-à-dire que Allah a accordé à Soulayman une souveraineté qu’il ne conviendrait à plus personne après lui d’obtenir. Malgré cela, Soulayman n’a jamais oublié que cette grâce provient de la part de Allah et il n’était pas de ceux qui tombent dans l’infatuation. Il faisait partie des gens qui œuvrent en bien, qui sont sincères et bienfaisants ; il avait un haut degré selon le jugement de Allah ta^ala.

            Tous les humains ne sont pas équivalents selon le jugement de Allah. Celui qui adore Allah n’est pas comme celui qui Le renie. Celui qui croit aux messagers de Allah n’est pas comme celui qui insulte les envoyés de Dieu. Celui qui fait preuve de bienfaisance n’est pas comme celui qui propage sa nuisance.

Nous terminons par ce que Allah tabaraka wata^ala nous a appris à propos de Son Prophète Nouh :

﴿رَّبِّ ٱغۡفِرۡ لِي وَلِوَٰلِدَيَّ وَلِمَن دَخَلَ بَيۡتِيَ مُؤۡمِنٗا وَلِلۡمُؤۡمِنِينَ وَٱلۡمُؤۡمِنَٰتِۖ وَلَا تَزِدِ ٱلظَّـٰلِمِينَ إِلَّا تَبَارَۢا﴾

[sourat Nouh / 28] (Rabbi ghfir li waliwalidayya waliman dakhala baytiya mou’minan walil-mou’minina wal-mou’minati wala tazidi dhdhalilmina ‘il-la tabara) ce qui signifie : « Seigneur, pardonne-moi ainsi qu’à mes parents et pour ceux qui sont rentrés chez moi en étant croyants, ainsi qu’aux croyants et aux croyantes, ô Allah n’augmente les injustes qu’en perdition. »

Ayant tenu mes propos, je demande que Allah me pardonne ainsi qu’à vous-mêmes.

Second Discours[1] :

Al-hamdou lil-Lahi wassalatou was-salamou ^ala sayyidina Mouhammadi r-raçouli l-Lah ; ya ‘ayyouha l-Ladhina ‘amanou t-taqou l-Lah.

Allahoumma ghfir lil-mou’minina wal-mou’minat.

[1] Il s’agit des piliers selon Ach-Chafi^iyy pour ceux qui seraient amenés à donner le discours entièrement en français. Les piliers devraient être dits en arabe.