Accueil À la une ECOUTEZ La brillance des Minarets : Cours 11

ECOUTEZ La brillance des Minarets : Cours 11

L’APBIF vous propose des cours sur la croyance musulmane. Cette série intitulée "La brillance des Minarets" est une explication des termes du célèbre traité de croyance enseigné par le chaykh Fakhrou d-Din Ibnou ^Açakir.

قال الشيخ فخر الدين بن عساكر رحمه الله:

وَلا يَلْحَقُهُ وَهْمٌ، وَلا يَكْتَنِفُهُ عَقْلٌ، وَلا يَتَخَصَّصُ بِالذِّهْنِ، وَلا يَتَمَثَّلُ في النَّفْسِ، وَلا يُتَصَوَّرُ في الوَهْمِ، وَلا يَتَكَيَّفُ في العَقْلِ، لا تَلْحَقُهُ الأَوْهامُ وَالأَفْكارُ،

﴿لَيۡسَ كَمِثۡلِهِۦ شَيۡءٞۖ وَهُوَ ٱلسَّمِيعُ ٱلۡبَصِيرُ ١١﴾ اهـ

 

L’auteur, que Allah lui fasse miséricorde, a dit :

L’illusion ne l’atteint pas et la raison ne le cerne pas. Il n’est pas caractérisé par l’intellect et Il n’est pas représenté dans l’esprit. Il n’est pas imaginé dans les illusions et n’a pas de comment dans nos raisons. Les illusions et les idées ne l’atteignent pas.

Explication : Ceci se résume dans la parole de l’Imam Dhou n-Noun Al-Misriyy, Thawban Ibnou ‘Ibrahim, que Allah ta^ala lui fasse miséricorde, puisqu’il a dit :

« مهما تصوّرت ببالك فالله بخلاف ذلك »

[Rapporté entre autres par Ibnou ^Açakir dans Tarikh Dimachq] ce qui signifie : « Quoi que tu imagines en ton esprit, Allah en est différent. » fin de citation. Et ceci vient du fait que tout ce que tu imagines en ton esprit est créé et le Créateur n’a pas de ressemblance avec Sa création. Tout comme l’a rapporté notre maître Ahmad Ar-Rifa^iyy et d’autres : « Notre Imam Ach-Chafi^iyy, que Allah l’agrée, a dit : « Celui qui cherche à connaître son Créateur et qui aboutit à un être qu’il arrive à imaginer, c’est un mouchabbih (quelqu’un qui croit à une ressemblance entre Allah ta^ala et sa création), et celui qui aboutit à un pur néant c’est un athée, et celui qui aboutit à un être existant et reconnaît son incapacité à atteindre sa réalité alors, c’est celui-là qui est mouwahhid (un croyant en l’unicité de Dieu). » fin de citation. C’est pour cela que les gens du Salaf défendaient aux gens de réfléchir avec l’objectif de connaître la réalité de Allah ta^ala car Seul Allah la sait. Quant à notre connaissance de Allah, elle est par la connaissance de ce qui est obligatoire selon la raison s’agissant de Lui, de ce qui est impossible à Son sujet et de ce qui est possible à Son sujet. Ibnou ^Abbas, que Allah les agrée lui et son père, a dit :

« تفكّروا في خلق الله ولا تفكّروا في ذات الله »

[Rapporté par Al-Bayhaqiyy avec une bonne chaîne de transmission] ce qui signifie : « Réfléchissez sur la création de Allah et ne réfléchissez pas sur la réalité de Allah. »

Toute personne qui réfléchit sur la réalité de Allah ta^ala et qui s’imagine en son esprit une image ou s’en illusionne par son illusion et croit que ce qu’il s’est imaginé ou ce dont il s’est illusionné, c’est Allah, celui-là n’est pas musulman, il ne croit pas en l’unicité de Allah. En effet,  il n’y a pas de différence entre lui et l’adorateur d’idole puisque l’adorateur d’idole adore une image que lui ou un autre a façonnée tandis que celui-là adore une image qu’il s’est imaginée. Quant au croyant véridique, il adore Celui Qui n’a ni de ressemblant ni d’équivalent, comme l’a dit l’Imam Ahmad Ar-Rifa^iyy, que Allah l’agrée :

« غاية المعرفة بالله الإيقان بوجوده تعالى بلا كيف ولا مكان »

Ce qui signifie : « L’extrême limite de la connaissance que l’on peut avoir au sujet de Allah, c’est d’avoir la certitude en Son existence ta^ala et qu’Il est sans comment et sans endroit. » Ceci est tiré de Sa parole tabaraka wa ta^ala dans la ayah explicite de sourat Ach-Choura :

﴿ لَيۡسَ كَمِثۡلِهِۦ شَيۡءٞۖ ﴾

 [ayah 11] qui signifie : « Rien n’est tel que Lui absolument. »

C’est pour cela que l’auteur, que Allah lui fasse miséricorde, a conclu son traité de croyance utile en citant cette ayah :

﴿ لَيۡسَ كَمِثۡلِهِۦ شَيۡءٞۖ وَهُوَ ٱلسَّمِيعُ ٱلۡبَصِيرُ ١١﴾

 [sourat Ach-Choura / ‘ayah 11] ce qui signifie : «  Rien n’est tel que Lui absolument et Il est Celui Qui entend et Qui voit. »

Explication : L’affirmation que Allah est exempt d’imperfection précède dans cette ayah Sa parole (وَهُوَ ٱلسَّمِيعُ ٱلۡبَصِيرُ) « wa houwa s-Sami^ou l-Basir » qui signifie « et Il est Celui Qui entend et Qui voit » afin que l’on sache que Son ouïe n’est pas comme l’ouïe d’autre que Lui c’est-à-dire qu’elle est sans oreille ni par l’intermédiaire de quelque chose et que Sa vue n’est pas comme la vue d’autre que Lui c’est-à-dire sans que ce soit avec une pupille, car Allah soubhanah, rien n’est tel que Lui absolument..

Avec cette parole on termine l’explication des termes du traité enseigné par le chaykh Fakhrou d-Din Ibnou ^Açakir.

Tajou d-Din As-Soubkiyy a mentionné ce traité de croyance dans son livre citant les biographies de générations de savants chafi^iyy, puis il a dit ce qui suit : « Ceci est l’ultime expression de ce traité de croyance qui guide vers la vérité (العقيدة المرشدة), ­et il n’y figure rien que renierait un sunnite » fin de citation.

Et il convient ici de conclure cette brève explication des expressions de ce traité en rapportant ce qu’a transmis Abou Nou^aym dans son livre Al-Hilyah dans un passage de la biographie de ^Aliyy fils de Abou Talib, il a dit : Abou Bakr ‘Ahmad fils de Mouhammad fils de Al-Harith m’a rapporté, de Al-Fadl fils de Al-Houbbab Al-Joumahiyy, de Mouçaddad, de ^Abdou l-Warith fils de Sa^id, de Mouhammad fils de ‘Is-haq, de An-Nou^man fils de Sa^d qu’il a dit : « J’étais à Koufa dans la résidence de l’émirat, la maison de ^Aliyy fils de Abou Talib lorsqu’entra auprès de nous Nawf fils de ^Abdou l-Lah qui informa l’Emir des croyants de la présence de quarante non-musulmans devant la porte. ^Aliyy dit alors : « Laissez-les entrer ». Lorsqu’ils furent donc en sa présence, ils lui dirent : « Ô ^Aliyy, décris-nous ton Seigneur, celui qui est dans le ciel, comment est-il ? Et comment est-il entré en existence ? Quand est-il entré en existence ? Et sur quoi est-il ? » En fait, ces personnes faisaient partie des assimilationnistes (mouchabbihah) qui croient que Allah est dans le ciel et qu’Il est assis sur le Trône, Allah est exempt de ce qu’ils Lui attribuent. ^Aliyy s’assit et dit : « Écoutez-moi et vous n’aurez à demander à personne d’autre que moi, certes mon Seigneur ^azza wajall est Celui Qui n’a pas de début, Il n’est issu de quoi que ce soit, ni mélangé à quoi que ce soit, Il n’est pas atteint par l’imagination, Il n’est pas un corps de sorte à le chercher, Il n’est pas voilé car sinon Il serait contenu dans un volume, et Il n’est pas un être existant après n’avoir pas existé. » Et il dit : « Celui qui prétend que notre Dieu est limité (mahdoud), il est certes ignorant du Créateur, Celui Qui mérite d’être adoré. » fin de citation.

Al-mahdoud, ce qui a une limite, selon les savants du Tawhid et de la langue, c’est ce qui a un volume. Le Trône a un volume, le corpuscule voltigeant dans l’air aussi a un volume. Ainsi, la parole de ^Aliyy, que Allah l’agrée, signifie que Allah ta^ala n’est pas un être ayant un volume mais qu’Il existe sans endroit. Sa parole signifie aussi que l’on n’attribue pas à Allah la position assise, car celui qui s’assoit est limité et a un volume alors que Allah n’est pas un corps, ni un grand corps ni un petit corps. La parole de ^Aliyy signifie aussi que l’on n’attribue pas à Allah les attributs des corps. Les attributs des corps sont nombreux, parmi ceux-là il y a la forme, le volume, la couleur, la chaleur, la froideur, la position assise, le mouvement, l’immobilité et le changement.

Et Allah soubhanahou wata^ala sait plus que tout autre.

Questions de révision

Question 1 : Cite une parole de l’Imam Dhou n-Noun Al-Misriyy résumant le fait que les illusions et les idées n’atteignent pas Allah.

Réponse : L’Imam Dhou n-Noun Al-Misriyy, Thawban Ibnou ‘Ibrahim, que Allah ta^ala lui fasse miséricorde, puisqu’il a dit :

« مهما تصوّرت ببالك فالله بخلاف ذلك » 

ce qui signifie : « Quoi que tu imagines en ton esprit, Allah en est différent. » [Rapporté entre autres par Ibnou ^Açakir dans Tarikh Dimachq]

Question 2 : Quelle est la traduction de la parole de  l’Imam Ach-Chafi^iyy dans laquelle il explique la différence entre un croyant en l’Unicité de Dieu, quelqu’un qui croit que Dieu ressemble à sa création et un athée?

Réponse : L’Imam Ach-Chafi^iyy, que Allah l’agrée, a dit : « Celui qui cherche à connaître son Créateur et qui aboutit à un être qu’il arrive à imaginer, c’est un mouchabbih (quelqu’un qui croit à une ressemblance entre Allah ta^ala et sa création), et celui qui aboutit à un pur néant c’est un athée, et celui qui aboutit à un être existant et reconnaît son incapacité à atteindre sa réalité alors, c’est celui-là qui est mouwahhid (un croyant en l’unicité de Dieu). »

Question 3 : Que signifie la parole de Ibnou ^Abbas :

 » تفكّروا في خلق الله ولا تفكّروا في ذات الله »

Réponse : Elle signifie : « Réfléchissez sur la création de Allah et ne réfléchissez pas sur la réalité de Allah.  

Question 4 : Que signifie la parole de l’Imam Ahmad Ar-Rifa^iyy, que Allah l’agrée :

« غاية المعرفة بالله الإيقان بوجوده تعالى بلا كيف ولا مكان »

Réponse : Elle signifie : « L’extrême limite de la connaissance que l’on peut avoir au sujet de Allah, c’est d’avoir la certitude en Son existence ta^ala et qu’Il est sans comment et sans endroit. »

Question 5 : Par quelle ayah du Qour’an le chaykh Fakhrou d-Din Ibnou ^Açakir a-t-il conclu son traité de croyance ? Expliquer cette ayah.

Réponse : Il l’a conclu par la ayah 11 de sourat Ach-Choura :

﴿ لَيۡسَ كَمِثۡلِهِۦ شَيۡءٞۖ وَهُوَ ٱلسَّمِيعُ ٱلۡبَصِيرُ ١١﴾

qui signifie : «  Rien n’est tel que Lui absolument et Il est Celui Qui entend et Qui voit. »

Question 6 : Que peut-on dire à propos du fait que la parole de Allah ta^ala  لَيۡسَ كَمِثۡلِهِۦ شَيۡءٞۖ précède Sa parole وَهُوَ ٱلسَّمِيعُ ٱلۡبَصِيرُ dans le verset ?

Réponse : L’affirmation que Allah est exempt d’imperfection précède dans cette ayah Sa parole (وَهُوَ ٱلسَّمِيعُ ٱلۡبَصِيرُ) « wa houwa s-Sami^ou l-Basir » qui signifie « et Il est Celui Qui entend et Qui voit » afin que l’on sache que Son ouïe n’est pas comme l’ouïe d’autre que Lui c’est-à-dire qu’elle est sans oreille ni par l’intermédiaire de quelque chose et que Sa vue n’est pas comme la vue d’autre que Lui c’est-à-dire sans que ce soit avec une pupille, car Allah soubhanah, rien n’est tel que Lui absolument.

Question 7 : Qu’a dit l’illustre savant Tajou d-Din As-Soubkiyy concernant la conclusion du traité de croyance du chaykh Fakhrou d-Din Ibnou ^Açakir ?

Réponse : Il a dit : « Ceci est l’ultime expression de ce traité de croyance qui guide vers la vérité (العقيدة المرشدة), ­et il n’y figure rien que renierait un sunnite« .

Question 8 : Que signifie le terme arabe « Al-mahdoud » ?

Réponse : Al-mahdoud, ce qui a une limite, selon les savants du Tawhid et de la langue c’est  ce qui a un volume qu’il soit petit ou grand.

Question 9 : Cite des exemples d’attributs des corps.

Réponse : Les attributs des corps sont nombreux, parmi ceux-là il y a la forme, le volume, la couleur, la chaleur, la froideur, la position assise, le mouvement, l’immobilité et le changement.