Accueil SAVANTS MUSULMANS Ahmad ibnou Hanbal La croyance de l’Imam Ahmad

La croyance de l’Imam Ahmad

Ahmad ibn Hanbal, école hanbalite

De nos jours, il existe  un groupe qui prétend suivre l’école de l’Imam Ahmad Ibnou Hanbal, alors qu’il n’a pas les mêmes croyances que ce grand savant. Pire encore, ce groupe juge mécréante toute personne qui n’adopte pas ses croyances.
Nous montrons ici que l’Imam Ahmad avait la croyance des Prophètes et des compagnons du dernier des Prophètes que Dieu l’élève en degré.

1- L’Imam Ahmad déclare mécréant celui qui attribue le corps à Allah

AzZarkachiyy a rapporté dans son livre « Tachnifou l-masami^ » de l’auteur du livre Al-Khisal qu’il a dit : l’Imam Ahmad Ibnou Hanbal a dit :

مَنْ قَالَ إِنَّ اللهَ جِسْمٌ لاَ كَالأَجْسَامِ كَفَرَ

(man qala ‘inna l-Laha jismoun la ka l-‘ajsami kafar)

« celui qui dit que Allah est un corps pas comme les corps n’est pas musulman ».

De plus, l’Imam Al-Bayhaqiyy a rapporté dans son livre « Manaqibou Ahmad » (manuscrit) de l’Imam ‘Abou l-Fadl At-Tamimiyy qui est le chef et le fils du chef des hanbalites à Bagdad, les propos suivants : « l’Imam Ahmad a rétorqué contre ceux qui ont attribué le corps à Allah en disant que les noms sont pris de la religion et de la langue arabe , or les spécialistes de la langue ont mentionné que le mot « corps » est attribué pour tout ce qui présente une longueur, une largeur, une épaisseur, une composition et une image et Allah est exempt de tout ceci. Il n’est donc pas permis de Lui attribuer le corps car Il en est exempt, en plus ce terme n’a pas été cité dans la religion comme nom de Dieu ce qui montre que cela est infondé ». Fin de citation.

2- L’Imam Ahmad considère permise l’interprétation (at-ta’wil) qui est conforme aux textes de la religion et à langue des arabes

Il a interprété lui-même le verset 22 de Sourate Al-Fajr :

وَجَاءَ رَبُّكَ والْمَلَكُ صَفًّا صَفًّا

( waja’a Rabbouka wal-malakou saffan saffa )

en disant : « ja’a ‘amrouh » qui signifie : « son ordre est venu … » et dans une autre version, il a dit « ja’at qoudratouh » c’est-à-dire qu’au  jour du jugement, Allah montrera aux gens des choses terribles qu’Il a destinées. Ainsi, si l’Imam Ahmad avait comme croyance l’assimilation comme ces gens prétendant faire partie des musulmans du salaf (c’est-à-dire des trois premiers siècles de l’hégire), il n’aurait pas interprété cette ‘ayah (verset) mais il l’aurait prise selon son sens apparent.

Les gens de ce groupuscule disent : « at-ta’wilou ta^til » c’est-à-dire que celui qui procède à l’interprétation des textes tombera dans la négation de l’existence de Dieu ou de Ses attributs. Ainsi, selon eux, l’Imam Ahmad serait mécréant puisqu’il a interprété une ‘ayah ! Après cela, comment peuvent-ils se réclamer de l’école de jurisprudence de l’Imam Ahmad ?

3- L’Imam Ahmad exempte Allah de la forme et de l’image

Dans son livre « la croyance de l’Imam Ahmad Ibnou Hanbal : ‘i^tiqadou l-‘imami l-moubajjali Ahmad Ibnou Hanbal», ‘Abou l-Fadl At-Tamimiyy Al-hanbaliyy rapporte que l’Imam Ahmad a dit : « mahma tasawwarta bi balik fa l-Lahou bi khilafi dhalika » ce qui signifie : « Quoi que tu imagines en ton esprit Dieu en est différent. ». Cette parole est en fait tirée du hadith du Prophète :

لا فِكْرَةَ في الرَّبِّ

( la fikrata fi r-Rabb )

« La réalité de Dieu ne peut pas être atteinte par l’imagination»

Rapporté par Abou l-Qaçim Al-Ansariyy.

Elle est aussi tirée de la ‘ayah du Coran[1] (Qour’an)

وأنّى إلى ربّك المنتهى

( wa‘anna ‘ila Rabbika l-mountaha )  [An-Najm/42].

Ce verset a été interprété par le célèbre compagnon ‘Oubayy ibnou Ka^b ainsi : l’imagination de celui qui imagine s’arrête lorsqu’il s’agit du Créateur, ainsi les imaginations ne peuvent L’atteindre.

Par contre les assimilateurs disent ne pas pouvoir adorer ce qu’on ne peut pas imaginer, car ils font de l’imagination une condition de l’existence. On réplique à cette prétention de la manière suivante : Dieu a d’abord créé l’eau et le trône. Après la création de ces 2, Il a crée d’autres créatures à savoir la lumière et l’obscurité. Il y a donc eu un temps entre la création des deux premières créatures et la suite, où il n’y avait ni lumière ni obscurité. Malgré le fait qu’on ne peut pas imaginer cette réalité, on doit y croire puisque cela a été rapporté dans le Qour’an.

4- L’Imam Ahmad considérait permise la recherche des bénédictions de la tombe du Prophète

^Abdou l-Lah le fils de l’Imam Ahmad a rapporté de son père qu’il a dit dans le livre Al-^Ilalou wa Ma^rifatou r-Rijal : Je l’ai interrogé –c’est-à-dire qu’il a posé la question à son père l’Imam Ahmad– au sujet d’un homme qui touche ou embrasse le minbar du Prophète pour  en rechercher les bénédictions (tabarrouk) et qui agit de la même manière avec la tombe ou ce qui est de cet ordre en voulant par-là se rapprocher de l’agrément de Allah. Il lui a dit : « Il n’y a pas de mal en cela».

Or certains extrémistes disent que rechercher les bénédictions par les traces du Messager salla l-Lahou ^alayhi wasallam (faire le tabarrouk) est une forme d’association et que celui qui le fait n’est plus musulman/devient mécréant.

5- L’Imam Ahmad considérait permise l’invocation par le degré des Prophètes et des saints

Il a été rapporté par l’Imam Al-Mirdawiyy, dans son livre Al-‘insaf, que l’Imam Ahmad a écrit dans son mansak écrit/adressé à Al-Marwadhiyy qu’il est recommandé à celui qui demande à Allah la pluie de faire l‘invocation par le degré du Prophète.

Alors pourquoi certains égarés disent que l‘invocation par le degré du Prophète est interdite et qu’elle est une forme d’association. Ils ont même inventé une règle qui n’existe pas en Islam selon laquelle : « appeler autre que celui qui est vivant et présent est de l’association (chirk)».

6- L’Imam Ahmad ne juge pas interdit le voyage pour visiter la tombe du Prophète

Au contraire, il le considère comme une chose recommandée contrairement à ces extrémistes qui le considèrent comme une désobéissance et même de la mécréance si c’est par recherche des bénédictions. Alors que les jurisconsultes hanbalites sont unanimes sur le fait qu’il est recommandé pour celui qui termine son pèlerinage de voyager de la Mecque honorée vers Médine l’illuminée pour visiter la tombe du bien aimé le Prophète Mouhammad salla l-Lahou ^alayhi wasallam, ce qui constitue une distance de voyage. Ibnou Qoudamah a dit dans Al-Mouqni^ page 35 : « Quand le pèlerin termine son pèlerinage, il lui est recommandé de visiter la tombe du Prophète et celles de ses deux compagnons, que Dieu les agréé tous les deux. » Et l’Imam Al-Mardawiyy a dit dans son commentaire de la parole de Ibnou Qoudamah dans son livre Al-Insaf [Tome 4/Page 53] :

« c’est celle-ci, la voie sur laquelle sont tous les savants de l’école des premiers aux derniers. » Fin de citation.

Après tous ces jugements des célèbres savants de l’école hanbalite, que vont dire les théoriciens de ce groupuscule, ces assimilateurs qui interdisent ce qui est recommandé par unanimité des hanbalites et même de tous les musulmans.

Ceci n’est, certes, que quelques différences entre la croyance de l’Imam Ahmad et celle de ceux qui se réclament de son école. Ils se proclament hanbalites alors que l’Imam Ahmad n’a rien à voir avec eux.

 

A retenir :

Le nom du 4ème fondateur d’école de jurisprudence a été utilisé par un groupe d’extrémistes alors que leurs croyances n’ont rien à voir avec celles des hanbalites ni des musulmans sunnites.

L’Imam Ahmad déclare mécréant celui qui attribue le corps à Allah.

Il considère permise l’interprétation (at-ta’wil) qui est conforme aux textes de la religion et à la langue des arabes.

Il exempte Allah de la forme et de l’image.

Il considère permise la recherche des bénédictions de la tombe du Prophète.

Il considère permise l‘invocation par le degré des Prophètes et des saints.

Il ne juge pas interdit de voyager pour visiter la tombe du Prophète.


[1] On voit fréquemment ce mot écrit ainsi : Coran. Pour être plus proche de la prononciation dans la langue arabe, la Section de la Recherche et des Etudes Islamiques de l’APBIF a opté pour cette autre translittération : Qour’an. La lecture de ce mot en utilisant le tableau de translittération donne sa prononciation exacte. Pour en savoir plus sur la translittération