Quelques exemples de paroles de mécréance

0

Mécréance, apostasie

À notre époque, le relâchement dans la parole est un fait si répandu qu’un certain nombre de gens prononcent des paroles qui les font sortir de l’Islam sans considérer cela comme un mal alors que c’est de la mécréance. Ils ne sont donc plus musulmans.

Ce qui va être cité pour présenter la mécréance par la parole, que ce soit l’énumération de paroles en dialecte ou d’autres paroles de mécréance, répond à un grand besoin : ce sont des paroles de plus en plus répandues. C’est donc un devoir de mettre en garde en citant ces paroles et c’est par Dieu (Allah) que l’on recherche la protection.

Insulter la religion ou les lois de l’Islam

Devient mécréant celui qui insulte l’Islam comme en disant à un musulman : « yal^an dinak » c’est-à-dire « maudite soit ta religion. » Cette parole est plus connue chez certains maghrébins comme suit : « na^ dinik. » Celui qui dit cette parole à un musulman tout en comprenant sa signification sort de l’Islam. Cette insulte est tellement répandue que des non arabophones la répètent sans même en comprendre le sens. Ils ne sortent donc pas de l’Islam mais il faut leur expliquer qu’il n’est pas permis de dire cela.

Certains contemporains disent que la religion de l’Islam est archaïque ou dépassée, c’est aussi un rabaissement.

Appeler « dieu » une créature

Il n’est pas permis d’appeler autre que Allah « dieu ». Celui qui dit « untel est un dieu » sort de l’Islam.

Insulter ou se moquer de Dieu, de Sa promesse ou de Sa menace

Celui qui insulte Dieu sort de l’Islam comme si une personne dit à une autre : (yal^an Rabbak) ce qui signifie : « que soit maudit ton Seigneur », elle est devenue mécréante.

De même n’est pas musulman celui qui se moque d’un des noms de Allah ta^ala, de Sa promesse (à savoir le Paradis pour les croyants) ou de Sa menace (c’est-à-dire ce par quoi Allah punit les non musulmans ou les grands pécheurs comme le châtiment de l’enfer), pour quelqu’un à qui il n’échappe pas que ceci est attribué à Allah.

Ainsi, celui qui dit : « si Allah me donnait le Paradis, je n’y entrerais pas » par dédain ou par entêtement, n’est pas croyant. De même, celui qui dit au sujet du châtiment de l’enfer : « On s’y réchauffera après la mort », car cela comporte un démenti de Allah en ce qu’Il nous a fait savoir de l’extrême chaleur de l’enfer. Toutefois, si quelqu’un renie ou raille un aspect de la menace qu’il ignore être rapporté dans la Loi révélée, on ne le considère pas mécréant. C’est le cas par exemple de celui qui renie l’existence des scorpions en enfer. Cependant, insulter l’enfer et le maudire est permis car l’enfer, Allah ne l’agrée pas et nous ne l’aimons pas.

Attribuer à Dieu un fils ou une mère

Celui qui attribue à Dieu un fils, une mère ou ce qui est du même genre, sort de l’Islam. Comme par exemple celui qui dit : (‘oukht Rabbik) ce qui signifie : « sœur de ton Seigneur » ou (‘ibn Allah) ce qui signifie : « fils de Dieu. » La mécréance a eu lieu dans ces cas, même s’il n’a pas cru que Allah a une sœur ou un fils.

Attribuer l’injustice à Dieu

Les paroles qui attribuent l’injustice à Dieu sont de la mécréance. Comme ceux qui lors du décès de leur proche disent : « Dieu est injuste, Il m’a pris ma mère (ou mon père ou ma sœur …) ! »

Ou encore, si un malade perd patience à cause de sa maladie et que quelqu’un lui dit : « Fais la prière ! N’abandonne pas la prière, il t’est un devoir de l’accomplir ! » Et qu’il répond : « Si Allah me punit parce que je ne prie plus à cause de cet état, alors Il sera injuste. »

Il n’est plus musulman, car il y a en cela un rabaissement de Allah ta^ala et un démenti de Sa parole :

وما ربُّكَ بِظَلّـٰمٍ لِلعَبِيدِ

(wama Rabbouka bidhallamin lil-^abid)

« Ton Seigneur n’est pas injuste envers les esclaves. » [Foussilat / 46]

Insulter ou se moquer d’un Prophète

De même, le manque de respect à l’égard d’un Prophète, en se moquant de l’une de ses attitudes ou de l’un de ses actes ou de ses noms est de la mécréance.

Insulter un ange

Également, comme l’a dit Ibnou Farhoun dans son livre Tabsiratou l-Houkkam, n’est pas musulman celui qui insulte Azraël (^Azrail) ou quiconque parmi les anges. En effet, certains insultent ^Azrail, l’ange chargé de donner la mort par ordre de Allah, lors du décès d’un de leur proche.

Se moquer ou rabaisser un emblème de la religion

Celui qui se moque ou rabaisse un emblème de la religion c’est-à-dire ce qui fait manifestement partie des choses de la religion comme la prière, l’appel à la prière (al-‘adhan), la mosquée ou encore le voile (hijab) n’est pas musulman. C’est le cas de celui qui dit : « je n’ai rien gagné de bon depuis que je fais la prière. » De même, celui qui dit : « jeûne et fais la prière, tu seras atteint de pauvreté » aura par là rabaissé la prière et le jeûne et c’est de la mécréance.

Par contre, si une femme qui a les menstrues (les règles) dit : « La prière n’est pas pour moi » en visant par-là qu’il ne lui est pas permis de faire la prière durant les jours de menstrues, ce n’est pas une apostasie.

Nier la prédestination

Dire que le destin n’existe pas, en disant au sujet d’un acte : « c’est arrivé sans que Allah l’ait prédestiné » c’est de la mécréance. Si quelque chose se produit et qu’il a dit : « cela n’a pas été prédestiné par Allah », il sort de l’Islam car toute chose est prédestinée par Allah. En effet, Dieu dit :

إنَّا كُلَّ شَىْءٍ خَلَقْنَاهُ بِقَدَر

(’inna koulla chay’in khalaqnahou bi qadar)

« Nous avons certes créé toute chose selon une destinée. » [Al-Qamar / 49]

Traiter un musulman de non musulman

Traiter un musulman de non musulman, en visant par là qu’il est véritablement mécréant, c’est-à-dire que ce n’est pas dans le simple but de l’assimiler aux non musulmans, c’est de la mécréance.

Il y a donc deux cas concernant celui qui a pour conviction qu’une personne est musulmane et qui lui dit « tu n’es pas musulman » ou le traite de kafir :

  • s’il visait par là qu’il ressemble aux mécréants en raison d’un mauvais acte, il ne devient pas mécréant mais il comment un grand péché.
  • s’il a nié catégoriquement le fait qu’il soit musulman, alors il devient mécréant. En effet, il n’a pas visé par là qu’il n’est pas un musulman accompli (c’est-à-dire un musulman s’acquittant de toutes ses obligations et évitant tous les interdits) mais il a nié son Islam.

Pour tous les cas cités la colère ou l’ignorance du jugement ne sont pas des excuses.

A retenir :

De nombreuses paroles font sortir de l’Islam. Parmi elles, il y a :
– Insulter ou se moquer de l’Islam, de Dieu, de Sa promesse ou de Sa menace, d’un Prophète ou d’un ange
– Se moquer ou rabaisser un emblème ou un rituel de la religion
– Nier la prédestination

Que Dieu nous en préserve.

Poster une Réponse

Horaires des prières
PARIS
Fajr06:46
Chourouq08:29
Dhouhr13:09
Asr15:20
Maghrib17:43
Icha18:49