khoutbah n°900 : La naissance de notre Maître ^Iça l-Maçih ^alayhi s-salam

0

vendredi_16-12-16 (2)

بِــــــــــــــــــسمِ اللهِ الرَّحمنِ الرَّحِيــــــــــــــــــــــم

Je commence par le nom de Allah, Celui Qui accorde Sa miséricorde à toutes les créatures dans le bas monde mais aux seuls croyants dans l’au-delà, Celui Qui accorde beaucoup de miséricordes aux croyants

الحَمدُ للهِ رَبِّ العَالَمِين

La louange est à Allah le Seigneur des mondes,

والصَّلاةُ والسَّلامُ عَلى سَيِّدِنَا مُحَمَّدٍ رَسُولِ اللهِ

Que l’honneur et l’élévation en degrés soient accordés à notre maître Mouhammad le Messager de Allah, ainsi que la préservation de sa communauté de ce que le Prophète craint pour elle.

Khoutbah n°900

Le vendredi 23 Décembre 2016 correspondant au 24 Rabi^ Al-‘Awwal 1438 de l’Hégire

 

La naissance de notre Maître
^Iça l-Maçih
^alayhi s-salam

 

La louange est à Allah. Je loue Allah ta^ala et je recherche Son pardon, je recherche Son aide et je L’implore de me guider sur le chemin de droiture et je Lui rends grâce. Je recherche la préservation de Allah contre le mal de mon âme et de mes mauvais actes. Celui que Allah guide, nul ne peut l’égarer et celui qu’Il égare, nul ne peut le guider.

Je demande que l’honneur et l’élévation en degrés et l’apaisement quant au sort de sa communauté soient accordés à notre maître Mouhammad ainsi qu’à sa famille et à ses compagnons.

Je témoigne qu’il n’est de dieu que Allah, qu’il est le dieu unique, qu’Il n’a pas d’associé, ni de semblable, ni de similaire ni d’égal, Lui Qui n’a ni parent, ni enfant ni compagne, Celui Qui n’engendre pas et n’est pas engendré et Qui n’a aucun équivalent. Je témoigne que notre maître, notre bien aimé, notre éminence et notre guide, la cause de notre joie, Mouhammad, est Son esclave et Son messager, Son élu et Son bien-aimé. Que Allah l’honore et l’élève en degrés et préserve sa communauté de ce qu’il craint pour elle, ainsi que tous les messagers qu’Il ait jamais envoyés.

Je vous recommande ainsi qu’à moi-même de faire preuve de piété à l’égard de Allah Al-^Aliyy, Al-^Adhim, Al-Qadir, Lui Qui dit dans un verset explicite de Son livre :

﴿ إِذْ قَالَتِ الْمَلآئِكَةُ يَا مَرْيَمُ إِنَّ اللهَ يُبَشِّرُكِ بِكَلِمَةٍ مِّنْهُ اسْمُهُ الْمَسِيحُ عِيسَى ابْنُ مَرْيَمَ وَجِيهًا فِي الدُّنْيَا وَالآخِرَةِ وَمِنَ الْمُقَرَّبِينَ ٤٥ وَيُكَلِّمُ النَّاسَ فِي الْمَهْدِ وَكَهْلاً وَمِنَ الصَّالِحِينَ 

[sourat ‘Ali ^Imran / 45-46] (‘idh qalati l-mala’ikatou ya Maryamou ‘inna l-Laha youbach-chirouki bikalimatin minhou smouhou l-maçihou ^Iça bnou Maryama wajihan fi d-dounya wal-‘akhirati wamina l-mouqarrabin ; wayoukallimou n-naça fi l-mahdi wakahlan wamina ssalihin)

« Les anges ont dit : “Ô Maryam, Allah t’annonce la bonne nouvelle d’un prophète nommé Al-Maçih ^Iça fils de Maryam, qui sera illustre dans le bas monde et dans l’au-delà, qui fera partie de ceux qui ont les plus haut degrés, parlant aux gens au berceau et à l’âge mûr et qui fera partie des vertueux.” »

Mes frères de foi, c’est pour nous un plaisir aujourd’hui de vous parler d’un prophète éminent, ^Iça bnou Maryam –Jésus Fils de Marie–, qui est l’un des cinq meilleurs prophètes dotés d’une résolution et d’une patience particulières (Oulou l-^Azm). Allah l’a spécifié par une grâce éminente, du fait que Allah soubhanah l’a créé sans père, et cela n’est pas chose difficile pour Allah puisqu’Il a créé notre maître ‘Adam ^alayhi s-salam sans père et sans mère. Ceci nous est parvenu dans le Qour’an Honoré :

﴿ إِنَّ مَثَلَ عِيسَىٰ عِندَ ٱللَّهِ كَمَثَلِ ءَادَمَۖ خَلَقَهُۥ مِن تُرَابٖ ثُمَّ قَالَ لَهُۥ كُن فَيَكُونُ ﴾

[sourat ‘Ali ^Imran / 59] (‘inna mathala ^Iça ^inda l-Lahi kamathali ‘Adama khalaqahou min tourabin thoumma qala lahou koun fayakoun)

  « ^Iça est à l’exemple de ‘Adam que Allah a créé de terre sans aucune difficulté. »

Chers bien-aimés, la mère de notre maître ^Iça est la dame Maryam ^alayha s-salam. Elle est la meilleure des femmes de l’humanité. Elle est celle que Allah ta^ala a qualifiée dans le Qour’an honoré par le titre de siddiqah, la sainte hautement véridique. Elle a grandi sur la pureté de l’âme et la chasteté. Elle a été élevée dans la piété, elle s’acquittait des devoirs, se gardait des interdictions et multipliait les actes d’adoration surérogatoires. Les anges lui ont annoncé la bonne nouvelle qu’elle avait été élue par Allah ta^ala parmi toutes les femmes, et qu’elle était pure de toute souillure et de toute vilenie.

﴿ وَإِذْ قَالَتِ الْمَلاَئِكَةُ يَا مَرْيَمُ إِنَّ اللهَ اصْطَفَاكِ وَطَهَّرَكِ وَاصْطَفَاكِ عَلَى نِسَاء الْعَالَمِينَ ﴾

[sourat ‘Ali ^Imran / 42] (wa‘idh qalati l-mala’ikatou ya Maryamou ‘inna l-Laha stafaki watahharaki wastafaki ^ala niça’i l-^alamin)

« C’est alors que les anges ont dit : “Ô Maryam Allah t’a accordé un haut degré, Il t’a purifiée et t’a accordé un rang supérieur à celui de toutes les femmes de l’humanité.” »

Mes frères de foi, les anges ne sont ni mâles ni femelles. Ce sont des esclaves honorés qui ont été créés de lumière. Ils peuvent prendre l’apparence d’un homme sans appareil génital. Ainsi, Allah a envoyé un jour notre maître Jibril ^alayhi s-salam, sous l’apparence d’un jeune homme au teint blanc, auprès de la dame Maryam. Lorsque notre dame Maryam a vu notre maître Jibril ^alayhi s-salam sous l’aspect d’un jeune homme au teint blanc, elle ne l’a pas reconnu, elle a pris peur et a tressailli. Elle avait craint pour elle-même car elle avait pensé que c’était quelqu’un qui voulait lui faire du tort. Elle dit ce que Allah nous a annoncé dans le Qour’an :

 ﴿ قَالَتْ إِنِّي أَعُوذُ بِالرَّحْمَن مِنكَ إِن كُنتَ تَقِيًّا 

[sourat Maryam / 18] (qalat ‘inni ‘a^oudhou bir-Rahmani minka ‘in kounta taqiyya)

« Elle a dit :  Je demande au Rahman de me préserver de tout mal de ta part ; si tu es quelqu’un de pieux et d’obéissant [envers Lui, alors ne me fais pas de mal]. »

Sur ce, Jibril ^alayhi s-salam lui a répondu que c’est Allah Qui l’avait envoyé à elle pour lui offrir un enfant vertueux pur de tout péché. Maryam avait alors dit : « Comment pourrais-je avoir un garçon sans qu’un époux ne m’ait approchée, alors que je ne suis pas une débauchée fornicatrice ?! » Jibril ^alayhi s-salam répondit à son interrogation que la création d’un enfant sans père est chose facile pour Allah ta^ala, et que Allah soubhanah fera de lui un signe pour l’humanité, une preuve de Sa parfaite toute-puissance, une miséricorde ainsi qu’une grâce pour ceux qui le suivront, pour ceux qui croiront en sa véracité et qui croiront en lui.

Notre Seigneur dit dans le Qour’an Honoré :

﴿ فَحَمَلَتۡهُ فَٱنتَبَذَتۡ بِهِۦ مَكَانٗا قَصِيّٗا ٢٢ فَأَجَآءَهَا ٱلۡمَخَاضُ إِلَىٰ جِذۡعِ ٱلنَّخۡلَةِ
قَالَتۡ يَٰلَيۡتَنِي مِتُّ قَبۡلَ هَٰذَا وَكُنتُ نَسۡيٗا مَّنسِيّٗا ٢٣ فَنَادَىٰهَا مِن تَحۡتِهَآ أَلَّا تَحۡزَنِي قَدۡ جَعَلَ رَبُّكِ تَحۡتَكِ سَرِيّٗا ٢٤ وَهُزِّيٓ إِلَيۡكِ بِجِذۡعِ ٱلنَّخۡلَةِ تُسَٰقِطۡ عَلَيۡكِ رُطَبٗا جَنِيّٗا ٢٥  فَكُلِي وَٱشۡرَبِي وَقَرِّي عَيۡنٗاۖ فَإِمَّا تَرَيِنَّ مِنَ ٱلۡبَشَرِ أَحَدٗا فَقُولِيٓ إِنِّي نَذَرۡتُ لِلرَّحۡمَٰنِ صَوۡمٗا فَلَنۡ أُكَلِّمَ ٱلۡيَوۡمَ إِنسِيّٗا ٢٦ ﴾

(fahamalat-hou fantabadhat bihi makanan qasiyya ; fa’aja’aha l-makhadou ‘ila jidh^i n-nakhlati qalat ya laytani mittou qabla hadha wakountou naçyan mansiyya ; fanadaha min tahtiha ‘alla tahzani qad ja^ala Rabbouki tahtaki sariyya ; wahouzzi ‘ilayki bijidh^i n-nakhlati tousaqit ^alayki routaban janiyya ; fakouli wachrabi waqarri ^ayna ; fa’imma tarayinna mina l-bachari ‘ahadan faqouli ‘inni nadhartou lir-Rahmani sawman falan ‘oukallima l-yawma ‘insiyya)

Mes frères de foi, cette ayah signifie que Jibril ^alayhi s-salam ayant soufflé dans l’encolure de la chemise de notre dame Maryam, elle est tombée enceinte de ^Iça ^alayhi s-salam. Elle s’est éloignée alors qu’elle était enceinte loin des gens, de peur que les gens ne parlent en mal d’elle en disant qu’elle avait donné naissance sans être mariée. Puis, les douleurs de l’accouchement l’ont amenée au pied d’un palmier sec. Et là, par crainte de la nuisance des gens, elle avait souhaité mourir. Mais Jibril ^alayhi s-salam l’a interpellée d’un endroit situé en contrebas de la montagne pour la tranquilliser. Il lui annonça que, pour lui réjouir le cœur, Allah tabaraka wata^ala avait fait couler pour elle un petit ruisseau et il lui dit de secouer le tronc du palmier pour que des dattes fraîches et tendres tombent sur elle afin qu’elle puisse manger et boire ce que Allah lui accordait comme subsistance. Ensuite, il lui a dit de répondre à quiconque la verrait et l’interrogerait au sujet de son enfant qu’elle s’était engagée par vœu (nadhr) envers Allah de ne parler à personne. Il était valable de pratiquer ce type de vœu dans les lois révélées précédentes.

Chers bien-aimés, après la naissance bénie, la dame Maryam ^alayha s-salam a rejoint son peuple en portant son nouveau-né ^Iça ^alayhi ssalatou was-salam dans ses bras, comme Allah ^azza wajall nous en a informé :

﴿ فَأَتَتۡ بِهِۦ قَوۡمَهَا تَحۡمِلُهُۥۖ قَالُواْ يَٰمَرۡيَمُ لَقَدۡ جِئۡتِ شَيْئًا فَرِيّٗا ٢٧ ﴾

[sourat Maryam / 27] (fa’atat bihi qawmaha tahmilouhou qalou ya Maryamou laqad ji’ti chay’an fariyya)

« Puis, elle se rendit en le portant dans ses bras auprès des gens de son peuple qui lui dirent : “Ô Maryam, tu as fait là quelque chose d’abominable.” »

Ils avaient pensé du mal d’elle et s’étaient mis à la blâmer et à lui nuire alors qu’elle était silencieuse, elle ne répondait à personne car elle leur avait fait comprendre qu’elle avait fait le vœu de ne pas parler. Lorsque la situation est devenue extrêmement difficile pour elle, elle leur a montré ^Iça ^alayhi s-salam en leur faisant signe de lui parler. C’est alors qu’ils lui ont dit ce que Allah nous a appris dans le Qour’an par Sa parole :

﴿ فَأَشَارَتْ إِلَيْهِ قَالُوا كَيْفَ نُكَلِّمُ مَن كَانَ فِي الْمَهْدِ صَبِيًّا ﴾

[sourat Maryam / 29] (fa’acharat ‘ilayh ; qalou kayfa noukallimou man kana fi l-mahdi sabiyya)

« Elle fit un signe vers lui, et ils dirent : “ Comment parlerions-nous à quelqu’un qui est encore un bébé dans le berceau ?! ” »

Chers frères de foi, c’est à ce moment-là que Allah, Lui Qui est tout puissant sur toute chose, a fait parler par Sa toute-puissance notre maître ^Iça ^alayhi s-salam alors qu’il était encore nourrisson. ^Iça ^alayhi s-salam a dit ce qui nous est parvenu dans le Qour’an Honoré :

﴿ قَالَ إِنِّي عَبْدُ اللهِ ﴾

[sourat Maryam / 30] (qala ‘inni ^abdou l-Lahi)

C’est-à-dire que Allah l’a fait parler alors qu’il était au berceau et que la première parole qu’il a dite ^alayhi s-salam est : (‘inni ^abdou l-Lah) ce qui signifie : « Je suis l’esclave de Allah » en reconnaissant son statut de créature appartenant à Allah, Lui Qui est unique, Lui Qui domine toute chose.

﴿ ءاتَانِيَ الْكِتَابَ وَجَعَلَنِي نَبِيًّا ﴾

[sourat Maryam / 30] (‘ataniya l-kitaba waja^alani nabiyya)

« Il m’a accordé de recevoir un Livre révélé et a fait de moi un prophète »

et il s’agit de Al-‘Injil, l’Évangile véritable.

Quant à sa parole ^alayhi s-salam :

﴿ وَجَعَلَنِي مُبَارَكًا أَيْنَ مَا كُنتُ ﴾

(waja^alani moubarakan ‘aynama kountou),

« Et Il a fait que je sois béni où que je sois »

c’est-à-dire qu’Il a fait que je sois profitable à autrui et enseignant la religion où que je j’aille.

﴿ وَأَوْصَانِي بِالصَّلاةِ وَالزَّكَاةِ مَا دُمْتُ حَيًّا وَبَرًّا بِوَالِدَتِي وَلَمْ يَجْعَلْنِي جَبَّارًا شَقِيًّا وَالسَّلامُ عَلَيَّ يَوْمَ وُلِدتُّ وَيَوْمَ أَمُوتُ وَيَوْمَ أُبْعَثُ حَيًّا ﴾

[sourat Maryam / 31-33] (wa‘awsani bis-salati wazzakati ma doumtou hayya ; wabarran biwalidati walam yaj^alni jabbaran chaqiyya ; was-salamou ^alayya yawma woulidtou wayawma ‘amoutou wayawma ‘oub^athou hayya)

« et Il m’a prescrit la prière et la zakat tant que je serai vivant ; Il a innocenté ma mère et n’a pas fait de moi un injuste promis à l’enfer ; que la paix soit sur moi le jour où je suis né, le jour où je mourrai et le jour où je serai ressuscité vivant. »

^Iça ^alayhi s-salam a grandi avec une bonne éducation, il a mémorisé la Torah véritable dans les lieux où elle était transmise, et il a œuvré en fonction de la Loi révélée dans la Torah jusqu’à ce que Allah fasse descendre sur lui la révélation. Il s’est alors adressé aux descendants de Israil en leur disant ce dont Allah nous informe dans le Qour’an Honoré :

﴿ وَإِذۡ قَالَ عِيسَى ٱبۡنُ مَرۡيَمَ يَٰبَنِيٓ إِسۡرَٰٓءِيلَ إِنِّي رَسُولُ ٱللَّهِ إِلَيۡكُم مُّصَدِّقٗا لِّمَا بَيۡنَ يَدَيَّ مِنَ لتَّوۡرَىٰةِ وَمُبَشِّرَۢا بِرَسُولٖ يَأۡتِي مِنۢ بَعۡدِي ٱسۡمُهُۥٓ أَحۡمَدُۖ فَلَمَّا جَآءَهُم بِٱلۡبَيِّنَٰتِ قَالُواْ هَٰذَا سِحۡرٞ مُّبِينٞ ٦ ﴾

[sourat AsSaff / 6] (wa‘idh qala ^Iça bnou Maryama ya bani ‘Israila ‘inni raçoulou l-Lahi ‘ilaykoum mousaddiqan lima bayna yadayya mina t-tawrati wamoubachchiran biraçoulin ya’ti min ba^di smouhou ‘Ahmadou falamma ja‘ahoum bil-bayyinati qalou hadha sihroun moubin)

« Et quand ^Iça, fils de Maryam a dit : “ Ô descendants de ‘Israil, je suis le messager que Allah vous a envoyé, pour confirmer la véracité de la Torah qui est actuellement entre mes mains et annoncer la bonne nouvelle d’un prophète qui viendra après moi dont le nom sera Ahmad” ; mais quand il leur a apporté les miracles prouvant sa véracité, ils ont dit : “c’est une magie manifeste.” »

Notre Maître ^Iça a donc appelé son peuple, comme tous les prophètes et les messagers l’ont fait, à l’Islam, à l’adoration de Allah Lui seul et à ne pas Lui attribuer d’associé dans la divinité. Cependant, ils l’ont démenti, ils l’ont envié et ont dit de lui que c’était un sorcier. Mais ils n’ont pas cru en lui, hormis très peu de gens ; ils lui ont fait du tort et ils ont comploté pour le tuer. Cependant Allah l’a protégé et l’a élevé au ciel comme cela nous est parvenu dans le Qour’an Honoré.

Tout comme les autres messagers, notre maître ^Iça ^alayhi s-salam a annoncé la venue du Dernier des prophètes, notre maître Mouhammad, que les meilleurs invocation d’élévation en degré et de préservation de sa communauté de ce qu’il craint pour elle lui soient accordées. Et il a recommandé à sa communauté de le suivre et de le soutenir pour ceux qui seraient encore vivants lors de son envoi.

Abou Sa^d An-Nayçabouriyy a rapporté dans son livre Charafou l-Moustafa que quatre hommes avaient quitté le Yémen en direction de la Mecque, au tout début de la mission de prophète de notre maître Mouhammad. Parmi ces quatre, il y avait un homme répondant au nom de Ja^d Ibnou Qays Al-Mouradiyy. Ils furent rejoints par la nuit alors qu’ils étaient en pleine campagne et ont donc fait halte quelque part et se sont tous endormis sauf Ja^d Ibnou Qays Al-Mouradiyy. Durant la nuit, ce Ja^d a entendu une voix sans voir la personne qui parlait, qui lui disait :

Ô voyageurs qui faites halte, veuillez transmettre

Dès qu’au Hatim et à Zamzam vous parviendrez

À Mouhammad l’Envoyé des salutations de notre part

Qui le suivent où qu’il aille et où qu’il se dirige

Et dites-lui que nous sommes des partisans de sa religion

C’est ce que ^Iça le fils de Maryam nous a ordonné

Chers bien-aimés, cette voix était celle d’un jinn croyant. Ce jinn avait vécu depuis l’époque de notre Maître ^Iça ^alayhi s-salam et il avait cru en ^Iça avant que ^Iça ne soit élevé au ciel. Il avait entendu de ^Iça la recommandation de croire en Mouhammad et de le suivre lorsqu’il apparaitrait ^alayhi ssalatou was-salam. Ce jinn a donc recommandé à Ja^d, lorsqu’il arriverait à la Mecque, de transmettre son salam à notre Maître Mouhammad. Lorsqu’ils sont arrivés à la Mecque, Ja^d a interrogé les gens de la Mecque au sujet de notre maître Mouhammad. Ainsi, il a pu rencontrer le Prophète, il a cru en lui et il est entré en Islam. Cela a eu lieu avant que la nouvelle concernant la mission de prophète de notre maître Mouhammad ne se propage dans la péninsule arabique.

Que Allah honore et élève davantage en degré notre Maître Mouhammad ainsi que tous ses frères prophètes et envoyés. Il y a dans cette histoire abondance de preuves que Jésus ^alayhi s-salam est venu avec la religion de l’Islam comme le reste des prophètes envoyés par Allah ta^ala, comme l’a rapporté Al-Boukhariyy, que le Messager de Allah a dit :

( الأَنْبِياءُ إِخْوَةٌ لِعَلاَّتٍ دِينُهُمْ وَاحِدٌ – أَيِ الإِسْلامُ – وَأُمَّهَاتُهُمْ شَتَّى – أَيْ شَرائِعُهُمْ مُخْتَلِفَةٌ – وأَنا أَوْلَى النَّاسِ بِعِيسَى ابْنِ مَرْيَمَ لَيْسَ بَيْنِي وَبَيْنَهُ نَبِيٌّ )

(al-‘anbiya’ou ‘ikhwatoun li^al-latin dinouhoum wahidoun [‘ayyi l-‘Islam] wa’oummahatouhoum chatta [‘ayy chara’i^ouhoum moukhtalifah] wa’ana ‘awla n-naci bi^Iça Bni Maryama layça bayni wabaynahou nabiyy)

« Les prophètes sont comme des frères de même père, leur religion est une seule et même religion [c’est-à-dire l’Islam], et dont les mères sont différentes [c’est-à-dire que leurs lois révélées sont différentes] et je suis le plus proche des gens par rapport à ^Iça, entre lui et moi il n’y a pas eu de prophète. »

Ayant tenu mes propos, je demande que Allah me pardonne ainsi qu’à vous-même.

 

Poster une Réponse

Horaires des prières
PARIS
Fajr05:57
Chourouq07:38
Dhouhr14:02
Asr17:31
Maghrib20:21
Icha21:23