Eloge de l’Imam Malik

0

Imam malik

L’Imam Ach-Chafi^iyy, que Dieu l’agrée, a dit au sujet de l’Imam Malik : « Lorsque les savants sont cités, Malik est comme une étoile parmi eux » c’est-à-dire qu’il en est la référence. Et selon Yahya Ibnou Sa^id Al-Qattan : « Malik est l’Emir des croyants dans le hadith. » Quant à Ibnou Sa^id, il a dit : « Malik était digne de confiance, il était honnête, il était sûr, il était très précautionneux, spécialiste de jurisprudence, il était savant, il était de ceux qui avaient de forts arguments. »

Il prenait exemple sur les meilleurs

L’Imam Malik Ibnou ‘Anas, que Allah l’agrée, était de ceux qui glorifiaient le Prophète salla l-Lahou ^alayhi wasallam et qui le respectait énormément. Mous^ab, fils de ^Abdou l-Lah, a dit :

« Lorsqu’on mentionnait le Prophète auprès de Malik, la couleur de son visage changeait et il se penchait par humilité. »

Un jour, interrogé à ce sujet, l’Imam Malik a répondu : « Si vous aviez vu ce que j’ai vu, vous n’auriez pas renié ce que je fais. Je voyais par le passé Mouhammad Ibnou l-Mounkadir, qui était le maître des spécialistes de récitation. Pas une seule question sur un hadith ne lui était posée sans qu’il se mette à pleurer jusqu’à ce que nous le laissions. Je voyais Ja^far Ibnou Mouhammad qui avait pour habitude de sourire, mais lorsqu’on mentionnait le nom du Prophète en sa présence, son visage devenait pâle et je ne l’ai jamais vu rapporter les paroles du Messager de Allah sans avoir les petites ablutions (al-woudou’). J’ai été chez lui plusieurs fois et je ne le voyais que dans une de ces situations : il était en train de faire la prière, ou il se taisait, ou il récitait le Coran[1] (Qour’an). Il ne parlait pas de ce qui ne le concernait pas et il était de ceux qui étaient savants, qui s’adonnaient aux actes d’adorations et qui craignaient Allah ^azza wa jall. »

Recommandations de l’Imam Malik au calife Haroun Ar-Rachid

Il a été rapporté que le calife Haroun Ar-Rachid s’était rendu à Médine l’Illuminée. Il lui était parvenu que l’Imam Malik enseignait son livre "Al-Mouwatta’", il le transmettait aux gens. Haroun Ar-Rachid avait alors envoyé son ministre Al-Barmakiyy passer le salam à l’imam Malik. Il lui a demandé de lui dire de venir auprès du calife afin qu’il lui lise son livre "Al-Mouwatta’". Al-Barmakiyy était donc passé voir l’Imam Malik et lui a transmis le message du calife Haroun Ar-Rachid. C’est alors que l’Imam Malik, que Allah l’agrée, lui a dit :

« Passe le salam à l’Emir des croyants et dis-lui que la science, on vient la chercher et ce n’est pas elle qui vient à nous. »

Ar-Rachid est alors parti chez l’Imam Malik. Il s’est adossé contre le mur et l’Imam Malik lui a dit :

« Ô Emir des croyants, c’est un signe de glorification du Messager de Allah que de glorifier la science. »

En effet, se tenir correctement pendant une assemblée de science de la religion est signe de respect à son égard. Cet acte de la part de l’Imam Malik n’était pas un signe d’orgueil vis à vis du Calife mais c’était pour un intérêt légal, à savoir de montrer le mérite de la science et des savants et d’enseigner aux gens qu’ils soient des gouverneurs ou des gouvernés le respect de la science et sa glorification. A noter que l’Imam Malik, que Allah l’agrée, était de ceux de son époque parmi les plus modestes et les plus doux.

Son grand respect pour le hadith

L’Imam Malik Ibnou ‘Anas était de ceux qui honoraient tellement la science que lorsqu’il voulait transmettre le hadith du Prophète salla l-Lahou ^alayhi wasallam, il faisait auparavant le woudou’. Il accomplissait ensuite deux rak^ah (cycles de prière) surérogatoires et il s’asseyait bien droit à l’endroit où il se tenait. Il coiffait sa barbe, il se parfumait et il prenait une position assise droite qui inspire le respect puis il se mettait à rapporter le hadith du Prophète. Lorsque les gens venaient chez l’Imam Malik, on leur disait : Le Chaykh vous demande : « Est ce que vous voulez aujourd’hui apprendre le hadith ou bien les questions de jurisprudence ? » S’ils répondaient les questions, il sortait à eux. Mais s’ils lui disaient le hadith, il rentrait dans l’endroit où il faisait le woudou’, faisait le woudou’ et se parfumait. Il mettait ensuite des habits neufs et un turban, ainsi que son écharpe verte et sa cape. On lui sortait une estrade, il s’asseyait dessus avec la crainte de Allah présente dans son cœur et on faisait brûler de l’encens (du bois d’agar, en arabe ^oud ) jusqu’à ce qu’il finisse de rapporter le hadith du Messager de Allah. L’Imam Malik, que Allah lui fasse miséricorde, ne s’asseyait sur cette estrade que lorsqu’il rapportait le hadith du Messager de Allah. On l’a interrogé à ce sujet et la raison de cela, il a répondu :

« J’aime glorifier le hadith du Messager de Allah, et je ne cite le hadith qu’en ayant fait mon woudou’ et en étant bien assis. »

Son éloge

Ad-Darawardiyy, que Allah lui fasse miséricorde, a dit :

 « J’ai vu dans le rêve que j’étais entré dans la mosquée du Messager de Allah et j’ai vu le Prophète exhorter les gens. C’est alors que Malik est entré et lorsque le Prophète a vu Malik venir, il lui a dit ce qui signifie : "approche-toi de moi, viens approche-toi de moi". Malik s’est rapproché jusqu'à être près du Prophète. Le Prophète a alors enlevé la bague de son doigt et il l’a mise dans l’auriculaire de Malik, que Allah l’agrée. » Ad-Darawardiyy qui a fait ce rêve a dit : « J’ai interprété cela par la science. »

Les savants prenaient pour modèle Malik dans sa science et les gouverneurs recherchaient ses avis et s’enrichissaient par eux. En effet, le fait de côtoyer un grand savant permet d’élargir les horizons, les compréhensions et autres facultés. Ainsi la personne va être en quelque sorte éclairée, les avis de ce grand imam permettaient à ces élèves de mieux comprendre les questions relatives à la religion et autre que cela. Les gens du commun suivaient sa parole. Il ordonnait et les gens obéissaient à son ordre sans qu’il ait de pouvoir. L’Imam Ibnou Hibban a dit dans sont livre Ath-Thiqat :

« Malik a été le premier à avoir sélectionné les gens parmi les spécialistes de jurisprudence de Médine et il s’est détourné de ceux qui n’étaient pas dignes de confiance dans le hadith. Il n’a rapporté que des hadith qui étaient de degré sûr (sahih). Il rapportait exclusivement de quelqu’un digne de confiance qui a la science, qui s’attache à la religion, qui a le mérite et qui s’applique dans les actes d’adorations. »

Par ailleurs, les paroles des savants qui lui sont contemporains nous ont amené à déduire son extrême insistance et sa grande précaution dans la religion, que Allah l’agrée. Et les savants sont plus à même de juger la valeur des autres savants. Ainsi l’Imam Ach-Chafi^iyy, que Allah l’agrée, a dit de lui :

« Lorsque les savants sont cités, Malik est comme une étoile parmi eux » c’est-à-dire qu’il en est la référence.

Yahya Ibnou Sa^id Al-Qattan a dit : « Malik est l’Emir des croyants dans le hadith » et Ibnou Sa^id a dit :

« Malik était digne de confiance, il était honnête, il était sûr, il était très précautionneux, spécialiste de jurisprudence, il était savant, il était de ceux qui avaient les forts arguments. »

A retenir :

L’Imam Malik était reconnu à son époque comme étant un des plus grands savants.

Il était très respectueux envers la parole du Messager de Dieu.

Un grand nombre de savants ont fait son éloge.

 

[1] On voit fréquemment ce mot écrit ainsi : Coran. Pour être plus proche de la prononciation dans la langue arabe, la Section de la Recherche et des Etudes Islamiques de l’APBIF a opté pour cette autre translittération : Qour'an. La lecture de ce mot en utilisant le tableau de translittération donne sa prononciation exacte. Pour en savoir plus sur la translittération…

Poster une Réponse

Horaires des prières
PARIS
Fajr06:19
Chourouq08:02
Dhouhr12:42
Asr14:52
Maghrib17:15
Icha18:21